Affaire Narumi Kurosaki : Nicolas Zepeda condamné à 28 ans de réclusion criminelle

Publié le 12/04/2022 - 14:40
Mis à jour le 12/04/2022 - 17:42

Le procès de Nicolas Zepeda, accusé d’avoir assassiné l’étudiante japonaise Narumi Kurosaki en décembre 2016 a été reconnu coupable ce mardi 12 avril après 11 jours de procès à la cour d’assises de Besançon. Le Chilien de 31 ans a 10 jours pour faire appel. 

Nicolas Zepeda risquait d’être condamné à la perpétuité si le jury ne retenait pas la préméditation mais le reconnaissait comme un ex-concubin de la victime, une circonstance aggravante.

A l'énoncé du verdict de la cour d'assises du Doubs et au terme de quatre heures de délibéré, le jeune homme de 31 ans, à l'encontre duquel avait été requise la réclusion criminelle à perpétuité, est resté figé, semblant abattu.

Lui faisant face, la mère de Narumi l'a observé, la tête légèrement penchée sur le côté, mouchoir à la main et tenant toujours bien serrée dans ses mains la photo de sa fille qu'elle n'avait pas lâchée depuis le début du procès, deux semaines plus tôt.

"L'essentiel est que l'assassinat ait été retenu", a réagi Me Sylvie Galley, avocate de la famille de Narumi Kurosaki.

"Cette peine me paraît très juste et réfléchie", a pour sa part estimé Me Randall Schwerdorffer, avocat du petit ami français de l'étudiante au moment des faits, également partie civile.

Lors du procès "particulièrement fort en émotions", selon les mots du président de la cour Matthieu Husson, Nicolas Zepeda n'a jamais cessé de clamer son innocence.

"Je ne suis pas qui je voudrais, mais je ne suis pas un assassin, je ne suis pas l'assassin de Narumi", a-t-il encore déclaré, en français, lors de sa dernière prise de parole mardi matin. "Je n'ai jamais voulu être au milieu de la douleur de la famille de Narumi, j'ai jamais voulu être au milieu de la douleur de ma propre famille, de ma propre douleur", a ajouté le Chilien, versant quelques larmes.

Lundi, l’avocat général Etienne Manteaux avait requis une peine de réclusion à perpétuité. 

La cour, composée du président, ses deux assesseurs ainsi que les six jurés (trois hommes et trois femmes) ont répondu aux questions qui leur ont été posées :

Nicolas Zepeda est-il coupable d'avoir donné volontairement la mort à Narumi Kurosaki ?

Réponse : Oui

Nicolas Zepeda avait-il formé le dessein préalablement de commettre le meurtre ?

Réponse : Oui

Le cour et le jury ont  donc condamné Nicolas Zepeda Contreras à une peine de 28 ans de réclusion criminelle et à une peine d'interdiction définitive du territoire français une fois qu'il aura purgé sa peine en France. Il a dix jours pour se pourvoir en appel.

Au cours de ces deux semaines, Nicolas Zepeda n'a cessé de clamer son innocence. "Je ne suis pas qui je voudrais, mais je ne suis pas un assassin, je ne suis pas l'assassin de Narumi", a-t-il encore déclaré, en français, lors de sa dernière prise de parole mardi matin.

Lors de ce procès "particulièrement fort en émotions", selon les mots de Matthieu Husson, Nicolas Zepeda n'a jamais cessé de clamer son innocence. Nicolas Zepeda a reconnu avoir passé la nuit du 4 au 5 décembre 2016 avec elle dans la petite chambre qu'elle occupait dans une résidence universitaire de Besançon. Mais il a assuré tout ignorer du destin de l'étudiante de 21 ans que plus personne d'autre n'a revue vivante depuis et dont le corps n'a jamais été retrouvé.

Nicolas et Narumi s'étaient rencontrés en 2015 alors qu'ils étudiaient à l'université au Japon. Mais la jeune femme de 21 ans avait rompu à l'automne 2016 peu de temps après son arrivée à Besançon où elle comptait apprendre le français. Selon l'accusation, mû par une jalousie maladive et un caractère possessif, Nicolas Zepeda, seul et unique suspect, était venu du Chili l'y rejoindre sans la prévenir.

Après l'avoir espionnée, il l'avait retrouvée et avait passé avec elle cette fameuse nuit du 4 au 5 décembre au cours de laquelle des étudiants de la résidence universitaire avaient entendu des "cris stridents" de femme. Aucun d'entre eux n'avait toutefois appelé la police.

Faute d'aveux, les circonstances de la mort de Narumi Kurosaki et ce qu'il est advenu de son corps n'ont jamais été éclaircis.

Mais selon l'accusation, Nicolas Zepeda a étouffé ou étranglé Narumi avant de se débarrasser de son corps, sans doute dans la rivière du Doubs, non loin de Dole (Jura). Il a ensuite piraté les comptes de Narumi Kurosaki sur les réseaux sociaux pour envoyer des messages à ses proches et la faire passer pour vivante, le temps de regagner le Chili, d'où il sera finalement extradé à l'été 2020.

Me Galley a une nouvelle fois regretté mardi matin l'"absence d'aveux et de réponses" aux questions qui taraudent les proches de Narumi. "La famille espérait davantage, elle restera sur une vraie douleur", a-t-elle dit.

Au cours des débats, le long et douloureux témoignage de la mère de Narumi Kurosaki avait bouleversé la cour, exhortée à "ne pas laisser ce démon en liberté". Son voeu a donc été exaucé.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

La réclusion à perpétuité requise contre Nicolas Zepeda pour l’assassinat de Narumi Kurosaki

L’avocat général Etienne Manteaux a requis lundi devant la cour d’assises du Doubs la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de Nicolas Zepeda, jugé pour l’assassinat en 2016 de Narumi Kurosaki, son ancienne petite amie japonaise dont le corps n’a jamais été retrouvé.

Narumi : les parties civiles réclament la condamnation du "menteur" Nicolas Zepeda

Le procès de Nicolas Zepeda est entré dans sa dernière ligne droite lundi avec les plaidoiries des parties civiles, celles-ci réclamant que soit reconnue la culpabilité du Chilien pour l’assassinat en 2016 de son ancienne petite amie, Narumi Kurosaki. Le verdict est attendu ce mardi 12 avril.

"Vous lui avez fait quoi à Narumi ?": Nicolas Zepeda nie et nie encore

Malgré les cris d’épouvante, les images d’un rôdeur qui lui ressemble et sa jalousie maladive, Nicolas Zepeda a continué mardi, au sixième jour de son procès, de nier avoir assassiné son ex-petite amie japonaise Narumi Kurosaki à Besançon en  décembre 2016. La journée de mercredi sera consacrée à l’audition des parties civiles.

Justice

En 2 ans, les plaintes pour violences conjugales ont explosé dans le Doubs. Entretien avec Étienne Manteaux, procureur de Besançon

EXCLUSIF • Quatre homicides en 2022, une hausse de 69% des faits graves, une hausse de 72% des faits de harcèlement et de menace le tout entre 2019 et 2022 dans le Doubs. Le département fait partie de ceux qui comptent le plus violences conjugales en France alors que l’on compte entre 120 et 130 homicides dans la sphère conjugale l’année dernière sur les 66 millions d’habitants… On en parle avec le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux en ce début d'année 2023.

Tirs à Planoise le 22 janvier : l’enquête a déjà permis de trouver la voiture des malfaiteurs

Le procureur de la République Étienne Manteaux a tenu une conférence de presse ce mercredi 25 janvier, trois jours après que des coups de feu à l'arme de guerre aient été tirés rue de Fribourg, dans le quartier de Planoise à Besançon. L’enquête a déjà levé le voile sur plusieurs éléments.

Disparition de Marie-Angèle Domece : " ultime " fouille dans l’Yonne pour retrouver le corps

MISE À JOUR • La campagne de recherches du corps de Marie-Angèle Domece, victime présumée du tueur en série Michel Fourniret en 1988, s'est conclue dans l'Yonne sans résultat, a indiqué mercredi 25 janvier 2023 le parquet de Nanterre, en charge du pôle "cold cases" des affaires non élucidées, sollicité par l'AFP.

Vandalisme de la Statue Victor Hugo à Besançon : " Un épilogue sinistre qui n’aurait jamais dû avoir lieu "

À quelques jours du jugement des deux étudiants soupçonnés d’avoir repeint le visage en blanc de la statue de Victor Hugo, oeuvre de Ousmane Sow, en novembre 2022 à Besançon, Béatrice Soulé, compagne du sculpteur sénégalais, parle d’"une polémique qui n’avait aucune raison d’être" dans un communiqué du 24 janvier 2023.

Procès des Barjols : un Belfortain et un Haut-Saônois parmi les 13 militants d’ultradroite jugés à Paris

Treize personnes affiliées au groupuscule d’ultradroite des Barjols comparaissent à partir de ce mardi 17 janvier à Paris, soupçonnées d’avoir préparé une série d’actions violentes dont un projet d’attaque contre Emmanuel Macron fin 2018, en marge du centenaire de l’armistice.

Le parquet conteste au Dr Péchier la possibilité d’exercer la médecine

Suite à l’arrêt rendu par la chambre d’instruction le lundi 11 janvier, qui autorise le docteur Péchier a exercer la médecine, le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a tenu à réagir et à faire un point d’étape sur l’information judiciaire dans laquelle le médecin est mis en examen. 

Abus sexuels : le diocèse de Besançon lance un appel pour retrouver d’éventuelles victimes d’un abbé décédé

Le diocèse de Besançon a lancé un appel pour retrouver "d'éventuelles victimes" de Raymond Jaccard, un abbé décédé en 2021 connu pour son action auprès des lépreux camerounais, sanctionné de son vivant après des soupçons "d'abus d'ordre sexuel et spirituel" sur des majeurs.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -1.26
peu nuageux
le 27/01 à 9h00
Vent
3.95 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
81 %