Affaire Narumi : le procès Nicolas Zepeda entre dans sa dernière ligne droite

Publié le 11/04/2022 - 13:49
Mis à jour le 11/04/2022 - 14:16

Le procès de Nicolas Zepeda est entré dans sa dernière ligne droite lundi avec les plaidoiries des parties civiles, celles-ci réclamant que soit reconnue la culpabilité du Chilien pour l’assassinat en 2016 de son ancienne petite amie, Narumi Kurosaki. Le verdict est attendu ce mardi 12 avril.

"Ce sont les larmes pudiques de la partie civile que vous devez privilégier en condamnant celui qui est dans le box, Nicolas Zepeda", a plaidé Me Sylvie Galley, l'avocate de la famille de Narumi, dont le témoignage de la mère avait bouleversé l'audience mercredi. Celle-ci, venue de Tokyo, avait longuement exprimé sa douleur de ne pas savoir ce qui était arrivé à sa fille, dont le corps n'a jamais été retrouvé.

A l'écoute des paroles de son avocate sur Narumi, "muette à jamais", Taeko Kurosaki s'est recroquevillée sur le portrait de sa fille qu'elle n'a pas lâché depuis le début du procès le 29 mars.

Durant sa plaidoirie, l'avocate de la famille a souhaité redonner la parole à Narumi Kurosaki.

"Narumi écrivait le 17 juillet 2016: +Nicolas je suis si fière (...) tu es assurément le meilleur garçon dans ma vie+. Cinq mois après, le meilleur garçon lui prenait la vie", a asséné Me Galley.

Sur le banc des accusés, masqué et portant toujours une cravate, Nicolas Zepeda est resté impassible, lui qui a persisté à nier avoir tué Narumi durant les neuf premiers jours du procès.

"La mort de Narumi aurait pu (...) allonger la liste des féminicides", mais "la disparition de son corps" a fait basculer le scénario "dans l'horreur absolue", a poursuivi l'avocate, devant un public venu en nombre. Il "a toute latitude pour faire dire à Narumi Kurosaki ce qu'il veut. Nous n'en sommes pas à un mensonge, à un déni, à une contradiction près dans ce dossier", a déploré Me Galley.

"On est dans la stratégie avec Nicolas Zepeda (…) Tout ce qu'il veut c'est échapper à sa responsabilité pénale" Randall Schwerdorffer

Me Randall Schwerdorffera pris la parole en fin de matinée. Il est l'avocat d'Arthur Del Piccolo, le petit ami français de l'étudiante japonaise au moment de sa disparition, alors qu'elle était âgée de 21 ans. "Menteur, manipulateur, toxique". Selon l'avocat, le Chilien a perpétré "un crime de sang froid", prémédité, comme le montre l'achat d'un bidon de cinq litres de combustible et une boîte d'allumettes avant la disparition de Narumi. "Monsieur Zepeda fait tout pour dissimuler sa responsabilité", a-t-il regretté.

"La main de Nicolas Zepeda n'a pas tremblé et je demanderai à cette cour d'assises de ne pas trembler quand elle prendra sa décision", a conclu l'avocat qui fut aussi celui de Jonathann Daval, condamné pour le meurtre de sa femme Alexia, fin 2020 à Vesoul.

Réquisitions de l'avocat général

Dans l'après-midi, l'avocat général Étienne Manteaux prononcera ses réquisitions, puis les avocates de la défense, Me Jacqueline Laffont et Me Julie Benedetti, insisteront dans leur plaidoiries sur les "zones de mystère" de cette affaire.

En force ou en douceur, le pensant acculé par les nombreux éléments à charge et les témoignages, tous les acteurs du procès ont tenté d'obtenir les aveux de Nicolas Zepeda, y compris sa propre avocate. Mais la question reste entière : qu'est-il arrivé à Narumi Kurosaki dans la nuit du 4 au 5 décembre 2016, dans cette étroite chambre 106 d'une résidence universitaire de Besançon ? Qu'est devenue cette brillante jeune fille de 21 ans ?

Cette "audience particulièrement forte en émotions", selon les mots du président de la cour Matthieu Husson vendredi, n'aura pas apporté de réponse.

"Je n'ai pas tué Narumi ! Moi aussi je veux savoir !", avait-il hurlé, en larmes, lors de son dernier interrogatoire jeudi, maintenant jusqu'au bout sa version. Extradé de son pays à l'été 2020, le Chilien pourra faire une dernière déclaration lors de la clôture des débats mardi, avant que les jurés ne se retirent pour délibérer et rendre leur verdict.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

La réclusion à perpétuité requise contre Nicolas Zepeda pour l’assassinat de Narumi Kurosaki

L’avocat général Etienne Manteaux a requis lundi devant la cour d’assises du Doubs la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de Nicolas Zepeda, jugé pour l’assassinat en 2016 de Narumi Kurosaki, son ancienne petite amie japonaise dont le corps n’a jamais été retrouvé.

"Vous lui avez fait quoi à Narumi ?": Nicolas Zepeda nie et nie encore

Malgré les cris d’épouvante, les images d’un rôdeur qui lui ressemble et sa jalousie maladive, Nicolas Zepeda a continué mardi, au sixième jour de son procès, de nier avoir assassiné son ex-petite amie japonaise Narumi Kurosaki à Besançon en  décembre 2016. La journée de mercredi sera consacrée à l’audition des parties civiles.

Justice

En 2 ans, les plaintes pour violences conjugales ont explosé dans le Doubs. Entretien avec Étienne Manteaux, procureur de Besançon

EXCLUSIF • Quatre homicides en 2022, une hausse de 69% des faits graves, une hausse de 72% des faits de harcèlement et de menace le tout entre 2019 et 2022 dans le Doubs. Le département fait partie de ceux qui comptent le plus violences conjugales en France alors que l’on compte entre 120 et 130 homicides dans la sphère conjugale l’année dernière sur les 66 millions d’habitants… On en parle avec le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux en ce début d'année 2023.

Tirs à Planoise le 22 janvier : l’enquête a déjà permis de trouver la voiture des malfaiteurs

Le procureur de la République Étienne Manteaux a tenu une conférence de presse ce mercredi 25 janvier, trois jours après que des coups de feu à l'arme de guerre aient été tirés rue de Fribourg, dans le quartier de Planoise à Besançon. L’enquête a déjà levé le voile sur plusieurs éléments.

Disparition de Marie-Angèle Domece : " ultime " fouille dans l’Yonne pour retrouver le corps

MISE À JOUR • La campagne de recherches du corps de Marie-Angèle Domece, victime présumée du tueur en série Michel Fourniret en 1988, s'est conclue dans l'Yonne sans résultat, a indiqué mercredi 25 janvier 2023 le parquet de Nanterre, en charge du pôle "cold cases" des affaires non élucidées, sollicité par l'AFP.

Vandalisme de la Statue Victor Hugo à Besançon : " Un épilogue sinistre qui n’aurait jamais dû avoir lieu "

À quelques jours du jugement des deux étudiants soupçonnés d’avoir repeint le visage en blanc de la statue de Victor Hugo, oeuvre de Ousmane Sow, en novembre 2022 à Besançon, Béatrice Soulé, compagne du sculpteur sénégalais, parle d’"une polémique qui n’avait aucune raison d’être" dans un communiqué du 24 janvier 2023.

Procès des Barjols : un Belfortain et un Haut-Saônois parmi les 13 militants d’ultradroite jugés à Paris

Treize personnes affiliées au groupuscule d’ultradroite des Barjols comparaissent à partir de ce mardi 17 janvier à Paris, soupçonnées d’avoir préparé une série d’actions violentes dont un projet d’attaque contre Emmanuel Macron fin 2018, en marge du centenaire de l’armistice.

Le parquet conteste au Dr Péchier la possibilité d’exercer la médecine

Suite à l’arrêt rendu par la chambre d’instruction le lundi 11 janvier, qui autorise le docteur Péchier a exercer la médecine, le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a tenu à réagir et à faire un point d’étape sur l’information judiciaire dans laquelle le médecin est mis en examen. 

Abus sexuels : le diocèse de Besançon lance un appel pour retrouver d’éventuelles victimes d’un abbé décédé

Le diocèse de Besançon a lancé un appel pour retrouver "d'éventuelles victimes" de Raymond Jaccard, un abbé décédé en 2021 connu pour son action auprès des lépreux camerounais, sanctionné de son vivant après des soupçons "d'abus d'ordre sexuel et spirituel" sur des majeurs.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.87
partiellement nuageux
le 28/01 à 3h00
Vent
3.1 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
84 %