Ils braquent une voiture vendue sur le net : deux condamnés et un acquitté

Publié le 03/10/2012 - 14:50
Mis à jour le 03/10/2012 - 18:49

Les deux hommes reconnaissant avoir braqué l'Audi RS4 mise en vente sur internet par un particulier ont été condamnés à 4 et 3 ans de prison par les assises du Doubs. Le présumé chef de la bande a été acquitté, faute de preuves.

Assises du Doubs

PUBLICITÉ

L’avocate générale Mme Massa, a estimé que la responsabilité des trois accusés était partagée, requérant 8 ans de prison pour chacun. Elle avance des «présomptions concordantes» au sujet du présumé chef de bande, «identifié» par les victimes. Lui affirme être étranger au braquage, soutenu dans ses dires par les deux autres accusés.

Son avocate Me Amélie Baumont souligne que les victimes ont évoqué au début un homme «athlétique aux cheveux noirs, rasés à blanc sur le coté en dégradé- lui est plutôt gros et chauve».

 De plus, les victimes avaient d’abord désigné d’autres suspects plus fidèles à leur description sur les premières planches photographiques. «Elles semblent même s’accorder sur l’un d’eux mais pas de chance, cet homme a disparu de la circulation, il est introuvable», dit l’avocate. Ce n’est qu’ensuite que la photo de son client a été ajoutée à l’album photo.

Les deux premiers accusés, Nordine Elhna et  Kérim Chettouh ont reconnu avoir contacté le propriétaire de l’Audi RS4, d’une valeur de 24.000 euros, pour lui donner rendez-vous sur le parking d’un supermarché de Montbéliard. Ils lui ont ensuite extorqué la voiture sous la menace d’une arme.

Il n’y a «pas une blessure, pas un seul jour d’arrêt de travail dans cette affaire», plaide leur avocat, le bâtonnier Dreyfus-Schmidt qui décrit deux «gamins, enfants de la crise, intelligents» mais qui ont eu «la malchance de naître et de grandir dans un quartier, une cité de misère».

Au terme du délibéré M. Elhna écope de 4 ans de prison, M. Chettouh de 3 ans, alors que le 3e homme présumé est acquitté.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.72
légère pluie
le 19/05 à 12h00
Vent
2.39 m/s
Pression
1005.05 hPa
Humidité
93 %

Sondage