Alerte Témoin

Coronavirus : les recommandations et le dispositif mis en place en Bourgogne Franche-Comté

Publié le 31/01/2020 - 09:08
Mis à jour le 06/03/2020 - 18:17

Un cas suspect de Coronavirus accueilli vendredi dernier à l'hôpital de Besançon a été écarté dans le courant du week-end. L'Agence régionale de Santé de Bourgogne Franche-Comté met actuellement en application les mesures du ministère de la santé sur le modèle du risque épidémique et biologique (REB). 

laboratoire recherche
image d'illustration © Pixnio CC0

Des cas de pneumopathies liées à un nouveau coronavirus « 2019-nCoV », survenus depuis le 12 décembre 2019, ont été rapportés à Wuhan (Chine).

Le 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été informée de plusieurs cas de pneumonies de cause inconnue dans la ville de Wuhan en Chine. Le virus, jusqu’ici inconnu, est un coronavirus. Il a été dénommé 2019-nCoV. Jeudi 30 janvier 2020, l’OMS a décrété que l’épidémie, qui s’est étendue à plusieurs régions du monde, constitue “une urgence de santé publique de portée internationale”.

« Dans ce contexte, il est essentiel que dès le premier contact d’un patient suspect avec le système de soin, soit organisé par les 1ers soignants (dont SAU), le recours rapide à l’expertise clinique et épidémiologique, en appelant le Centre 15 ou directement l’infectiologue référent, après application stricte des mesures de protection, tout en recherchant les diagnostics alternatifs les plus probables. » note Santé publique France

Six cas d’infection à 2019-nCoV sont confirmés sur le territoire français. Quatre à Paris, un autre à Bordeaux. Tous sont originaires ou on séjourné récemment à Wuhan.

Le sixième cas de malade touché par le nouveau coronavirus en France est médecin libéral qui a été contaminé dans l’Hexagone par une personne ensuite rentrée “en Asie”, où elle a déclaré la maladie, a indiqué le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, lors d’une conférence de presse.

  • En Chine continentale , plus de 10.000 cas sont confirmés et 213 patients sont décédés. 

Un cas suspecté de contamination par le Coronavirus (virus provenant de Chine) a été admis au service des maladies infectieuses à l'hôpital Jean Minjoz de Besançon ce vendredi 24 janvier 2020. Le patient, revenu récemment d'Asie, présentait les symptômes du virus. Après avoir effectué un test, ce dernier s'est avéré négatif.

Si l'Agence régionale de santé ne communique pas pour des raisons évidentes sur les suspicions de cas non avèrés, elle mets néanmoins en oeuvre les mesures par le ministère des Solidarités et de la Santé pour faire face au risque épidémique lié au coronavirus 2019-nCov.

L’Agence a informé les professionnels de santé de la région de la conduite à tenir. Elle a par ailleurs mobilisé les deux établissements de santé de référence, les centres hospitaliers universitaires de Besançon et de Dijon, et notamment service des maladies infectieuses dirigées respectivement professeurs Catherine Chirouze et Lionel Piroth. Une conférence de presse doit se tenir au siège de l'ARS à Dijon vendredi matin sur l'application concrète des directives ministérielles dans la région.

En Bourgogne Franche-Comté, deux établissements sont habilités à prendre en charge les cas possibles de coronavirus en provenance de Chine : le CHRU Besançon Minjoz et le CHU Dijon -Bourgogne

La procédure de signalement du Coronavirus suit les règles identiques à celles liées au risque épidémique et biologique (REB) - Voir les 10 étapes clés du signalement à la fin de l'article

En cas de suspicion, l’isolement et la surveillance spécifique des patients à l’hôpital a pour but de prévenir des transmissions secondaires.

Régulièrement mis à jour, un questionnaire d'aide au classement d’un patient en "cas possible" est également à la disposition des personnels soignants pour un meilleur diagnostic.

En France, il n'y a pas à ce stade de recommandations particulières immédiates pour la population.

Il s'agit d'un virus différent de ceux responsables du SRAS et du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS).

Santé publique France partage par ailleurs l’analyse faite par le Centre européen de contrôle et prévention des maladies infectieuses (ECDC) sur le risque de propagation du virus 2019-nCoV. "Ce dernier est actuellement considéré comme faible si les cas confirmés sont détectés précocement et que des mesures de contrôle adéquates sont mises en place immédiatement : isolement des malades, information et suivi de leurs contacts étroits, protection des personnels soignants".

Les recommandations sont les mêmes que pour l’épisode actuel de grippe saisonnière en privilégiant les mesures «barrière» efficaces :

  • tousser dans son coude,
  • utiliser des mouchoirs à usage unique,
  • porter un masque,
  • se laver régulièrement les mains

Coronavirus : quels sont les symptômes ?

Les symptômes décrits, en l'état actuel des connaissances, évoquent principalement une infection respiratoire aiguë avec de la fièvre de la toux ou essoufflement. Les symptômes sont donc similaires à ceux d’une grippe modérée : fatigue, fièvre, courbatures, frissons, maux de tête, gêne respiratoire.

Des difficultés respiratoires et des anomalies pulmonaires repérables à l'aide d'une radio sont également possibles, ainsi que des formes plus sévères : détresse respiratoire aiguë, une insuffisance rénale aiguë, voire une défaillance multiviscérale pouvant entraîner un décès.

La maladie peut aussi progresser dans le temps. Enfin les patients présentant des maladies chroniques telles que l'’hypertension, maladies cardiovasculaires, diabète, maladies hépatiques, maladies respiratoires semblent plus enclins à développer des formes sévères, tout comme les personnes âgées.

"Il est probable que ce coronavirus soit similaire à celui des autres coronavirus humains, qui sont généralement transmis lors de contacts étroits après l’inhalation de gouttelettes infectieuses émises lors d’éternuements ou de toux par le patient ou après un contact avec des surfaces fraîchement contaminées par ces sécrétions" note Santé publique France

Les coronavirus survivent jusqu’à 3 heures dans le milieu extérieur, sur des surfaces inertes sèches. En milieu aqueux, ces virus peuvent survivre plusieurs jours.

Le diagnostic est suspecté devant des signes d’infection respiratoire chez une personne revenant de Wuhan dans les 14 jours précédant l’apparition des symptômes.

Coronavirus : est-ce très contagieux ?

Le modèle de transmission est pour l'heure calqué sur celui de la grippe (type goutelette). La transmission interhumaine est avérée, mais le nombre de cas secondaires liés à un cas initial n’est pas encore totalement déterminé. Des cas intrafamiliaux sont décrits et certains soignants ont été contaminés en ne respectant pas les précautions d’hygiène

Un doute ? Les recommandations auprès de la population

En l'état actuel, le message est clair : en cas de doute, les patients ne doivent pas se rendre aux urgences et ne pas se rendre chez son médecin chez leur médecin traitant. Il faut en revanche appeler le 15 qui mettra ne place le dispositif nécessaire avec un questionnaire précis. Le SAMU mobilisera si besoin un médecin infectiologue. Si le cas est déclaré "possible", l'ARS est alertée et le transfert du patient est organisé selon un mode opératoire très encadré vers un des établissements hospitaliers adapté afin de procéder aux examens biologiques.

Si un cas de Coronavirus devait être confirmé, l'agence régionale de Santé mettrait alors un dispositif spécial du suivi des membres de l'entourage du patient durant 14 jours.

Est-il recommandé de porter un masque ?

Pour les personnes ayant des symptômes de type grippe, le port d'un masque chirurgical - disponible en pharmacie - fait partie des "gestes barrières" recommandés pour limiter la propagation des virus hivernaux lorsque les malades toussent ou éternuent. L'objectif est d'éviter de diffuser la maladie par la voie aérienne. (postillons).

En revanche, le port d'un masque par la population non malade ne fait pas partie des mesures «barrière» recommandées. Son efficacité n’est pas démontrée.

Pour les personnes en voyage dans les zones touchées par le virus :

  • éviter tout contact avec des animaux, vivants ou morts ;
  • éviter de se rendre sur les marchés où sont vendus des animaux vivants ou morts ;
  • éviter tout contact rapproché avec des personnes souffrant d’infection respiratoire aiguë ;
  • ne pas manger de viande non ou peu cuite ;
  • se laver régulièrement les mains avec de l’eau savonneuse ou avec des solutions hydroalcooliques ;

En cas de symptômes d’infection respiratoire (fièvre et toux/difficultés respiratoires) il est recommandé :

  • de porter un masque chirurgical si l’on est en contact avec d’autres personnes ;
  • d’utiliser des mouchoirs jetables et de bien se laver les mains régulièrement ;
  • lors de son voyage en Chine : de consulter rapidement un médecin localement.

Procédure de signalement du Coronavirus

Toute suspicion de cas doit être traitée par les professionnels de santé selon une procédure spécifique du risque épidémique et biologique (REB) qui a pour objectif une prise en charge précoce individuelle des patients et la limitation de la transmission secondaire pour la protection de la collectivité (autres patients, soignants...).

Les 10 étapes de la procédure

Dépister : conjonction de symptômes et d’une exposition compatibles avec le diagnostic évoqué

Protéger : Pas de contact physique, ni de geste médical, avant l’application des mesures de protection, en l’absence d’urgence vitale.

Évaluation et recherche de signes de gravité : interrogatoire minutieux reprenant la description précise des symptômes + examen clinique complet, notamment à la recherche de signes de gravité

Traiter : prise en charge thérapeutique précoce, au moins symptomatique

Alerter : Contact de l’infectiologue référent REB.

  • L’alerte sera partagée autour du soignant de première ligne ayant évoqué la suspicion : SAMU / Infectiologue référent / ARS et/ou CIRE (circuit déclaration obligatoire sauf si nouvelle émergence).
  • Information des autres autres acteurs de l’établissement d’accueil : microbiologiste, hygiéniste, directeur de l’établissement.

Classer (classement du patient)

  • Patient « cas exclu », et la prise en charge médicale du patient peut donc continuer avec les mesures de précautions d’hygiène habituelles, dans le circuit de soins classique. -
  • Patient « cas possible » organisation de son transport et sa prise en charge dans un établissement de soin habilité, si besoin par un transport  spécifique (mission COREB) sécurisé organisé par le SAMU avec vecteur adapté et personnel protégé. I
  • Patient restant suspect REB », ce patient peut alors rester, pour un temps le plus court possible, « patient suspect REB », avec la poursuite de la prise en charge médicale adaptée ; par précaution, l’application des mesures d’hygiène proposées à un « cas possible » restant en vigueur jusqu’à la levée de doute.

Orienter : tout doit être fait pour éviter qu’un patient suspect n’arrive dans un service d’accueil des urgences (SAU). Si te devait-être le cas, il doit alors pouvoir être accueilli par du personnel formé et examiné avant orientation.

Transporter

Le transport du patient suspect REB, une fois classé, est sous la responsabilité organisationnelle du médecin régulateur du SAMU-Centre 15, avec information de l’ARS.

Confirmer

La confirmation ou l’infirmation microbiologique du diagnostic suspecté repose sur la recherche de l’agent infectieux causal.

Suivre les personnes contact et co-exposées

Participation à la traçabilité de tous les personnels au contact du patient doit être assurée dès le début de sa prise en charge, sous la responsabilité du chef de service, du cadre de santé avec l’aide des médecins de santé publique.

Coronavirus : les chiffres…

Au 24 février 2020

Depuis le 24 janvier 2020, 12 cas d’infection au coronavirus ont été détectés en France.
Au 24 février :

  • 11 patients sont guéris ;
  • 1 patient âgé de 80 ans est décédé le 14 février.

La situation épidémiologique internationale fait état de :

79 360 cas confirmés de Covid-19, dont 77 253 cas en Chine (97,3%) et 2 107 cas hors Chine (PRC)
2 592 décès en Chine (PRC), 1 en France, 2 à Hong-Kong, 1 au Japon, 1 aux Philippines, 8 en Iran, 3 sur le bateau de croisière "Diamond Princess", 1 à Taïwan, 7 en Corée du Sud, 2 en Italie

Au total, 5 continents touchés :

  • Asie hors chine continentale : 1 253 cas
  • Europe : 180 cas
  • Amérique : 44 cas
  • Océanie : 22 cas
  • Afrique : 1 cas
  • Autres : 691 cas sur un bateau de croisière au large du Japon

31 janvier 2020

  • Chine : plus de 10.000 cas confirmés en Chine continentale (hors Hong Kong). 213 morts (43 décès enregistrés en 24 heures, tous sauf un dans la province du Hubei). 102.000 personnes observation avec de possibles symptômes de la maladie, selon les autorités.
  • France : 6 cas confirmés,  pas décès

Cas dans les autres pays :

  • Thaïlande (14),
  • Taïwan (8),
  • Corée du Sud (8),
  • Singapour (7),
  • Malaisie (7),
  • Japon (7),
  • Australie (5),
  • Etats-Unis (5),
  • Allemagne (4),
  • Canada (3),
  • Vietnam (2),
  • Népal (1),
  • Cambodge (1),
  • Sri Lanka (1)
  • Emirats Arabes Unis (1)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

220 professionnels du CHU formés au « retournement sur le ventre » pour les détresses respiratoires aigües

L’un des éléments importants de la stratégie thérapeutique pour les patients Covid-19 souffrant de détresse respiratoire aiguë est la pratique du décubitus ventral, la technique de "retournement sur le ventre". Ainsi, 220 professionnels volontaires suivent une formation accélérée du "Team décubitus ventral", habituellement réservée au service de réanimation.

Violences intrafamiliales : les services de l’État « sont pleinement mobilisés » (Préfecture)

Le Préfet du Doubs a réuni le 31 mars 2020 en audioconférence les Procureurs de Besançon et Montbéliard, les forces de sécurité intérieure, les collectivités, la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations et la Déléguée départementale aux Droits des Femmes et à l’Égalité, afin de coordonner l’action publique en la matière.

Santé

220 professionnels du CHU formés au « retournement sur le ventre » pour les détresses respiratoires aigües

L’un des éléments importants de la stratégie thérapeutique pour les patients Covid-19 souffrant de détresse respiratoire aiguë est la pratique du décubitus ventral, la technique de "retournement sur le ventre". Ainsi, 220 professionnels volontaires suivent une formation accélérée du "Team décubitus ventral", habituellement réservée au service de réanimation.

Quand un fabricant de literie se met à produire des masques…

Pénurie de masques • Le Groupe Maliterie,  et notamment son usine de Voray-sur-l'Ognon en Haute-Saône, a répondu à l'appel du ministère pour fabriquer entre 500 et 1.000 masques de protection par jour à partir du 15 avril 2020. Les masques seront commercialisés en priorité dans le Doubs et en Haute-Saône.

Coviplasm : un essai clinique avec du plasma de patients guéris

À partir du mardi 7 avril 2020, un test va démarrer en Ile-de-France, dans le Grand-Est et en Bourgogne-Franche-Comté auprès d'environ 200 patients guéris. L'essai clinique consiste à transfuser du plasma sanguin de personnes guéries du Covid-19 vers des "patients en phase aiguë de la maladie". Le Pr Pierre Tiberghien de Besançon (EFS Bourgogne-Franche-Comté) mènera cette étude avec le Pr Karine Lacombe.

Une plateforme régionale pour mettre en lien les fabricants de matériel médical et les hôpitaux

stopcovid19.fr •

L’Agence Régionale de Santé Bourgogne-Franche-Comté et les services de l’État ont lancé  une plate-forme régionale contributive en ligne permettant d’identifier la disponibilité de matériel médical nécessaire à la prise en charge des personnes atteintes du COVID19.

Et pourquoi ne pas fabriquer votre propre masque ?

Modèle Afnor télécharger • AFNOR, Association française de normalisation (qui représente la France auprès de l'Organisation internationale de normalisation et du Comité européen de normalisation) a mis à disposition gratuitement depuis le 27 mars 2020 un référentiel pour faciliter et accélérer la fabrication en série ou artisanale d’un nouveau modèle de masque, dit « masque barrière ». L'atelier des gourdes a pris  le modèle Afnor et vous montre comment réaliser votre masque ! Envie de vous lancer à l'occasion de ce nouveau week-end de confinement ?

Témoignage : un médecin guéri du Covid-19 rend hommage aux soignantes du CHU de Besançon

Vidéos • Médecin généraliste à Salins-les-Bains, le Dr Damien Pollet a été testé positif au Covid-19 le 21 mars 2020 à l'hôpital de Lons-le-Saunier. Après une semaine ponctuée d'une importante fatigue et de fortes fièvres, il développe une forme sévère du Coronavirus. Sa saturation en oxygène diminue le samedi 28 mars. Il est alors transféré par le SAMU à l'hôpital de Besançon. Guéri, de retour chez lui depuis le 1er avril, il a décidé de rendre  hommage aux "guerrières", ces femmes qui l'ont réconforté durant la maladie...
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.68
ciel dégagé
le 07/04 à 12h00
Vent
2.5 m/s
Pression
1027 hPa
Humidité
39 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune