Alerte Témoin

Créabisontine : des objets du quotidien revisités

Publié le 22/12/2018 - 09:15
Mis à jour le 22/12/2018 - 09:23

Après avoir travaillé 10 ans en relations clientèles et communication, Sandrine Laprade a décidé de se reconvertir et d'effectuer une formation de graphiste. Elle a alors lancé son entreprise CréaBisontine…  

maCommune.info : Quand vous est venue l'idée de Créabisontine ?

Sandrine Laprade : "En 2013, j’ai eu envie de reprendre les crayons uniquement pour moi, dessiner ce que j'avais envie et pas selon une demande de client. J'ai choisi de «faire vivre» mes illustrations sur des objets. J'ai commencé par des miroirs de poche, de la papèterie. Parallèlement, j'écrivais pour des magazines et j'aimais jouer avec les mots. En 2014, j'ai commencé à créer des mugs. À cette époque, les mugs personnalisés n'existaient pas hormis ceux qu'on voyait avec des photos. J'avais trouvé ma signature : une typographie avec des petites illustrations en mêlant humour et phrases positives". 

mC : À qui sont destinées vos créations ?

Sandrine Laprade : "Mes objets sont destinés à tous ceux qui entourent la  famille puisque je fais des mugs pour tous les membres ( papa, maman, tata, tonton, papy, mamie, frère, soeur, parrain, marraine, maitresse, collègue, amie.. ). J'ai un thème de prédilection : le chat ! D'ailleurs, depuis 2014 ma phrase J'habite chez mon chat ( que j'ai fini par déposer en marque ) est toujours mon best-seller. Mes enfants ( des ados ) m'inspirent beaucoup aussi".

mC : Avez-vous décliné vos "phrases positives" sur d'autres objets ?

Sandrine Laprade : "Oui, on avait commencé par les mugs et très vite, j'ai proposé de décliner sur plein de supports : vaisselle, papeterie, textile de maison, crayons, bagagerie, paillassons, bougies, porte-clés, pin's, accessoires de salle de bains et plein de nouveaux produits qui seront présentés à Maison et Objets en janvier à Paris. À côté de cela, j'ai continué à créer d'autres collections pour les particuliers dans mon atelier à Geneuille. Il est impensable pour moi de ne plus être en contact proches des personnes et d'avoir aussi une certaine liberté dans ce que je fais". 

mC : Où peut-on les trouver ?

Sandrine Laprade : "Vous retrouverez la majeure partie de ma collection éditée chez Lulubel au 102 Grande rue au centre-ville de Besançon. C'est la première boutique qui m'a fait confiance. Comme mes produits sont également vendus dans des grands groupes, ils sont présents dans la boutique «Du Bruit la Cuisine» et «Ambiance et styles". 

Info +

Retrouvez les créations de Sandrine sur :

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

L’enseigne de prêt-à-porter Naf Naf en redressement judiciaire

Si de nombreux secteurs subissent de plein fouet la crise économique liée à la crise sanitaire du covi19, les enseignes de prêt-à-porter ne sont pas épargnées dont Naf Naf. L'entreprise est en redressement judiciaire depuis le 15 mai. Deux magasins de la marque sont installés à Besançon depuis de nombreuses années.

Auriez-vous envie de tout casser pour vous détendre à Besançon ?

C'est l'idée de Clément Ducret, 24 ans, et Lucas Chartier, 25 ans, deux jeunes entrepreneurs bisontins : créer un lieu où tout le monde pourrait venir se défouler dans le but d'évacuer son stress… Ce concept de salle de défoulement existe aux États-Unis, au Canada, et dans des grandes villes de France . Avant de lancer le concept à Besançon, les deux entrepreneurs lancent un questionnaire à la population…

« La réussite de la prochaine rentrée de l’apprentissage dépendra de la capacité des entreprises à proposer des contrats aux jeunes alors qu’elles n’auront pas encore surmonté la crise »

Face à la crise du Coronavirus, le secteur de la métallurgie a subi un violent coup d’arrêt en Franche-Comté, région très industrielle dans laquelle l’interdépendance entre les différents secteurs d’activité est forte. Pour le président de l’UIMM Franche-Comté, Jean-Luc Quivogne, "la réussite de la reprise de l’activité dans cette nouvelle période de sortie progressive du confinement est donc vitale pour toutes nos entreprises et c’est par l’engrangement des commandes qu’elles pourront se relever. Le futur plan national de relance du Gouvernement sera déterminant".

EMCO à Dampierre : « C’est une véritable révolution technologique qui se dessine »

LA PAROLE AUX ENTREPRISES • La Communauté de commune de Jura Nord propose une série d’articles sur "l’après-crise" et donne la parole aux entrepreneurs et acteurs associatifs. Ce lundi 25 mai, la collectivité publie une interview du leader européen du tapis d’entrée dont le siège français est basé à Dampierre, la société EMCO France, dont nous nous faisons le relais. Cette entreprise a subi de plein fouet la crise sanitaire avec un arrêt brutal et total de son activité le 17 mars dernier. Son directeur général, Anselme Hoffmann, mise aujourd’hui sur la commande publique pour rebondir et retrouver au plus vite de la croissance. Pour lui, il faudra intégrer plus de télétravail dans les process d’entreprises, enseignement essentiel à tirer de ce marasme sans précédent.

Tourisme et restauration : des députés inquiets. Danielle Brulebois s’alarme des annulations « en cascade » dans le Jura

Plusieurs députés ont plaidé mardi soir pour une réouverture rapide des bars et restaurants, et plus généralement pour une relance du tourisme, des secteurs à "sauver" selon eux dans la crise du coronavirus. La députée LREM du Jura Danielle Brulebois s'inquiète des annulations des réservations en raison du classement rouge de son département. Elle  réclame "une carte départementalisée" et non régionale.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.41
partiellement nuageux
le 27/05 à 9h00
Vent
5.36 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
35 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune