Décision le 17 janvier pour 38 militants anti-OGM jugés à Dijon

Publié le 16/11/2018 - 18:16
Mis à jour le 16/11/2018 - 18:16

La justice rendra sa décision le 17 janvier prochain au sujet de 38 militants anti-OGM dont le procès s'est achevé ce vendredi 16 novembre 2018 à Dijon après la destruction en 2016 de plants de colza, a-t-on appris de sources concordantes.  

PUBLICITÉ

Le tribunal correctionnel, qui avait renvoyé une première fois ce procès en avril en raison d'un mouvement de grève des avocats, examinait depuis jeudi ces fait remontant à novembre 2016 près de Dijon: la destruction d'une parcelle de Colza du groupe agricole Dijon Céréales.

Pour les militants anti-OGM, le colza "Clearfield" en question, créé par le géant allemand de l'agrochimie BASF et obtenu par mutagenèse, une technique qui consiste à modifier les propres gènes d'une plante, constituait bien un OGM au sens de la législation européenne.

Or la directive européenne applicable aux OGM prévoit des règles strictes d'autorisation, de traçabilité, d'étiquetage et de surveillance. Les prévenus estiment ainsi avoir "détruit un bien qui n'aurait jamais dû exister, qui est illégal", selon leur avocat Me Guillaume Tumerelle, qui a invoqué devant les magistrats une décision rendue en juillet par la Cour de justice de l'UE (CJUE).

Dans un arrêt qui était très attendu par les associations environnementales, la juridiction européenne avait alors considéré que "les 
organismes obtenus par mutagenèse sont des OGM au sens de la directive sur les OGM", à laquelle ils doivent donc être soumis. La CJUE avait toutefois souligné une exception: la directive ne s'appliquerait pas aux organismes obtenus par les techniques "qui ont été 
traditionnellement utilisées pour diverses applications et dont la sécurité est avérée depuis longtemps".

C'est dans ce cas de figure que souhaite s'inscrire Dijon Céréales, qui maintient que ses plants n'étaient pas soumis à la réglementation applicable aux OGM. Les militants anti-OGM ont commis une "infraction pénale" en s'"introduisant sur une parcelle privée" pour y détruire les plants de Colza, a ajouté Me Anne Geslain, l'avocate du groupe agricole. La coopérative a également fait valoir que ces variétés ont été créées "pour répondre aux problématiques des agriculteurs et notamment le développement de mauvaises herbes" en utilisant moins de produits chimiques.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Affaire Maëlys : l’avocat de N. Lelandais souhaite faire annuler le témoignage d’un ex co-détenu

Me Alain Jabubowicz a demandé jeudi 24 octobre 2019 aux magistrats de la cour d'appel de Grenoble d'annuler les déclarations d'un ex co-détenu de Nordahl Lelandais à Saint-Quentin-Fallavier (Isère) selon les informations de RTL et du Parisien. L'ancien militaire lui aurait avoué avoir violé et battu à mort la petite Maëlys.

Suppression des juges selon les scores LREM : Belfort s’indigne

Dans un article paru ce mercredi 23 octobre 2019, Le Canard Enchaîné prétend qu'avec la réforme de la justice, certains postes de juges d'instruction sont menacés d'être supprimés dans plusieurs villes... Des villes où le parti de la majorité, LREM, n'a pas des bons scores, comme à Belfort. Dans la ville du Lion, on s'indigne...

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.8
légère pluie
le 13/11 à 3h00
Vent
1.14 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
97 %

Sondage