Gestation pour autrui et réanimation des prématurés : qu’en pensez-vous ?

Publié le 12/12/2015 - 18:15
Mis à jour le 13/12/2015 - 09:34

L'Espace de réflexion éthique du CHU Bourgogne Franche-Comté organisait le jeudi 10 décembre 2015  son colloque grand public annuel à Dole. Le débat porte cette fois sur la gestation pour autrui et la réanimation en période néonatale. Tout le monde est invité à y participer. Régis Aubry, directeur de cet Espace de réflexion, répond à nos questions.

regis1.jpg
Régis Aubry © dr

Interview

PUBLICITÉ

Macommune.info : Pourquoi avoir choisi comme thème ces questions éthiques de début de vie ?

Régis Aubry : « Les formidables avancées techniques et scientifiques de la médecine rendent aujourd’hui possible ce qui n’était pas concevable il y a seulement quelques années. Et ces possibilités en ouvrent d’autres… Ainsi par exemple, la grossesse pour autrui (GPA) pourrait permettre à certains couples dont la femme est stérile, du fait d’une malformation de l’utérus ou après une chirurgie radicale de celui-ci, d’avoir un enfant issu d’un ovule de la mère, du sperme du père et grâce à la fécondation in vitro puis grâce à l’implantation dans un ‘utérus de prêt’.

Mais cette possibilité pose d’autres questions au plan social et éthique : le ‘prêt’ d’utérus peut-il être permis pour des couples homoparentaux ? L’attachement probable entre la mère ‘porteuse’ et le fœtus qui va se développer en elle ne vont-ils pas poser par la suite des problèmes dans l’équilibre de l’un et de l’autre ? La GPA est illégale en France mais est autorisée dans certains pays : quid de la reconnaissance des enfants nés d’une gestation par autrui ? »

Quel est l’intérêt d’impliquer le grand public dans la réflexion ?

« Il nous semble que les questions éthiques sont des questions de société en ce sens qu’elles posent des questions qui ont un impact sur notre avenir, sur notre vie sociale. Elles font débat et il serait dangereux d’enfermer ce débat uniquement dans le champ de la médecine.

L’espace de réflexion éthique Bourgogne Franche Comté, comme tous les autres espaces similaires en diverses régions a pour mission de générer des débats avec le grand public pour permettre au citoyen de partager les questions complexes qui se posent.

Il me semble que les moments sont rares  dans notre société où l’on sollicite les citoyens pour les mêler à un questionnement de fond. Il en va à mon sens du respect que l’on doit à chacun que d’inviter chaque citoyen à venir partager les grandes questions qui traversent nos sociétés. J’ajoute pour conclure que l’expérience de ces débats, organisés par l’espace de réflexion éthique, m’a montré combien les questions les plus inattendues et pourtant les plus importantes viennent souvent des citoyens plus que des experts…. »

Axel KAHN, Généticien, Directeur de recherche à l’Inserm, Président fondateur de la Fondation internationale de la recherche appliquée sur le handicap, ancien Président de l’Université Paris Descartes, participait à ce rendez-vous.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.34
légère pluie
le 25/05 à 12h00
Vent
4.13 m/s
Pression
1016.12 hPa
Humidité
78 %

Sondage