"Gilets jaunes": un homme en garde à vue pour avoir menacé le député LREM Christophe Lejeune

Publié le 02/01/2019 - 16:08
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:41

menaces contre un élu de la Nation • Un homme a été placé en garde à vue mercredi 2 janvier 2019 pour avoir prononcé à deux reprises le mot « guillotine » lors d’une discussion houleuse avec un député LREM à Vesoul, faits pour lesquels il avait déposé
plainte, a-t-on appris auprès du parquet.

Christophe Lejeune © Assemblée nationale ©
Christophe Lejeune © Assemblée nationale ©

L'homme, âgé de 51 ans et habitant de la Haute-Saône, a été placé en garde à vue mercredi après-midi pour "menaces contre un élu de la Nation", a indiqué le procureur de la République à Vesoul, Emmanuel Dupic. Le député Christophe Lejeune s'était rendu, selon son récit, le 20 décembre vers 19H20 à la préfecture de Vesoul pour recevoir une copie des cahiers de doléances mis à disposition dans les mairies.

A son arrivée, "il y avait un comité d'accueil d'à peu près une trentaine de +gilets jaunes+ postés devant la porte", a-t-il raconté. Alors qu'une conversation s'engageait "de manière courtoise" avec une  femme, "ça a commencé à crier fort dans le groupe", a-t-il précisé. Au cours de l'échange, qui a été filmé et publié sur le site du quotidien
L'Est républicain, un homme a prononcé à deux reprises le mot "guillotine".

"Terriblement choquant"

Le député de la deuxième circonscription de Haute-Saône a déposé plainte à la gendarmerie de Lure pour "menaces de mort". "La symbolique est très claire: quand on menace quelqu'un de guillotine, c'est lui couper la tête, c'est une condamnation à mort. Il n'y a aucune ambiguïté", a souligné M. Lejeune , qualifiant l'incident de "terriblement
choquant".

Il y a quelques semaines, le député avait été l'objet "à son propre domicile d'une intimidation": des "gilets jaunes" avaient posé des colliers de serrage sur les portes de sa maison pour l'empêcher de sortir, a rappelé le procureur. "Je veux mettre fin à (ces gestes) très éloignés, je crois, d'une manifestation de revendication", a dit M. Dupic.

L'auteur des menaces encourt cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Les Gilets Jaunes de retour à Besançon

Ils sont toujours là et ils l’ont à nouveau chanté. Moins d’une semaine après le déconfinement, les Gilets Jaunes ont décidé de poursuivre leur mobilisation ce matin à Chalezeule et en début d’après-midi eu centre-ville de Besançon en soutien aux « premiers de corvée »

Entre 600 et 1.000 manifestants marchent pour le climat à Besançon. Des Gilets Jaunes aux Livres dans la Boucle

"appel à la mobilisation générale" • Entre 600 manifestants et 1.000 manifestants selon la CFDT étaient au rendre-vous de la marche d’Alternatiba ANV (action non violente) Cop 21 au départ du parc Micaud à Besançon. Direction la place Flore pour rejoindre les Gilets Jaunes avec un Die In (mourir sur place). La marche devrait rejoindre les Vaîtes vers 17h avec un village des alternatives en parallèle de la Guinguette des Vaîtes mais le rassemblement s’est scindé. Une centaine de gilets jaunes a décidé de se rendre au centre-ville pour rejoindre les « Livres dans le Boucle ». La majorité des marcheurs climatique se sont dirigés en direction des Vaites.

Départ de la présidente de l’UCB : “Un centre-ville ne fonctionne que s’il a des clients. C’est à nous de le faire vivre…”

Après un peu plus de deux ans passés à la tête de l’Union des Commerçants de Besançon (UCB), nous sommes revenus sur les temps forts de la présidence de Cécile Girardet ce mois de septembre 2019. Plus qu’un bilan, c’est aussi un «coup de gueule» que la présidente a souhaité pousser suite aux mobilisations des Gilets Jaunes…

Justice

Attaque à la machette à Besançon : un père de famille interpellé

Alexia Marquis, substitut du procureur à Besançon et David Tognelli, chef de la filière judiciaire (DIPJ), sont revenus jeudi 27 juin 2024 sur les faits commis vendredi dernier. Une commerçante avait été gravement blessée non pas la machette, mais au couteau vers 05h10 du matin Avenue Denfert-Rochereau à Besançon. Quelques minutes plus tôt, c’est un homme qui a échappé de peu à une agression similaire rue de Belfort…

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.56
légère pluie
le 15/07 à 21h00
Vent
1.66 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
96 %