« Gilets jaunes »: un homme en garde à vue pour avoir menacé le député LREM Christophe Lejeune

Publié le 02/01/2019 - 16:08
Mis à jour le 02/01/2019 - 16:08

menaces contre un élu de la Nation • Un homme a été placé en garde à vue mercredi 2 janvier 2019 pour avoir prononcé à deux reprises le mot "guillotine" lors d'une discussion houleuse avec un député LREM à Vesoul, faits pour lesquels il avait déposé plainte, a-t-on appris auprès du parquet.

christophe lejeune
Christophe Lejeune © Assemblée nationale
PUBLICITÉ

L’homme, âgé de 51 ans et habitant de la Haute-Saône, a été placé en garde à vue mercredi après-midi pour « menaces contre un élu de la Nation« , a indiqué le procureur de la République à Vesoul, Emmanuel Dupic. Le député Christophe Lejeune s’était rendu, selon son récit, le 20 décembre vers 19H20 à la préfecture de Vesoul pour recevoir une copie des cahiers de doléances mis à disposition dans les mairies.

A son arrivée, « il y avait un comité d’accueil d’à peu près une trentaine de +gilets jaunes+ postés devant la porte« , a-t-il raconté. Alors qu’une conversation s’engageait « de manière courtoise » avec une  femme, « ça a commencé à crier fort dans le groupe« , a-t-il précisé. Au cours de l’échange, qui a été filmé et publié sur le site du quotidien
L’Est républicain, un homme a prononcé à deux reprises le mot « guillotine« .

« Terriblement choquant »

Le député de la deuxième circonscription de Haute-Saône a déposé plainte à la gendarmerie de Lure pour « menaces de mort« . « La symbolique est très claire: quand on menace quelqu’un de guillotine, c’est lui couper la tête, c’est une condamnation à mort. Il n’y a aucune ambiguïté », a souligné M. Lejeune , qualifiant l’incident de « terriblement
choquant« .

Il y a quelques semaines, le député avait été l’objet « à son propre domicile d’une intimidation »: des « gilets jaunes » avaient posé des colliers de serrage sur les portes de sa maison pour l’empêcher de sortir, a rappelé le procureur. « Je veux mettre fin à (ces gestes) très éloignés, je crois, d’une manifestation de revendication« , a dit M. Dupic.

L’auteur des menaces encourt cinq ans de prison et 75.000 euros d’amende.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Visite de Christophe Castaner à Besançon : des Gilets Jaunes mis à l’écart s’insurgent

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, s'est rendu ce 13 mars 2019 à Besançon dans le cadre du programme des quartiers de reconquête républicaine (QRR) avec l'inauguration du commissariat de secteur de Planoise. N'ayant pas pu approcher le ministre, un groupe de Gilets Jaunes se dit "réprimé".

Manifestation des Gilets Jaunes : les commerçants impactés peuvent demander des baisses d’impôts

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, a reçu ce 7 mars 2019 les élus de l’association France Urbaine et de l’Association des maires de France (AMF). Il leur a présenté le plan d’action du Gouvernement annoncé le 13 février dernier en soutien aux collectivités locales et aux commerçants impactés par le mouvement des Gilets Jaunes. La perte des ventes pourra être déduite fiscalement (au niveau des impôts).

Le syndicat Force Ouvrière s’insurge contre la « pression » subie par Frédéric Vuillaume, son secrétaire général

Le syndicat Force Ouvrière du conseil régional Franche-Comté Bourgogne tient à apporter son soutien ce 5 mars 2019 à Frédéric Vuillaume, Gilet jaune et secrétaire général du syndicat FO. Ce dernier a été à plusieurs reprises mis en garde à vue et devrait être prochainement entendu par le tribunal correctionnel suite aux manifestations des Gilets jaunes à Besançon.

600 manifestants « toujours là » pour l’acte XVI des Gilets Jaunes à Besançon

Environ 600 gilets jaunes se sont rassemblés place de la Révolution à Besançon ce samedi 2 mars pour le seizième acte des Gilets jaunes. Le rassemblement s'est terminé à proximité de la préfecture du Doubs où quelques heurts ont éclaté. Sept individus venus en découdre avec les forces de l'ordre ont été interpellés.

Acte 16 des « Gilets Jaunes » : entre mobilisation aux stations-service de Pontarlier, manifestation à Besançon et Grand Débat

Les "Gilets jaunes" manifestent samedi 2 mars 2018 en France pour un acte 16 présenté comme un prélude à un "gros mois" de mobilisation le 9 et surtout le 16 mars afin de marquer la fin du Grand débat et les quatre mois du mouvement social. A Pontarlier, les gilets jaunes vont se mobiliser aux abords des stations-service de 11h à 16h. A Besançon une nouvelle marche est organisée à 14h au départ de la place de la révolution alors que des débats sont organisés par le conseil citoyen du quartier Besançon Planoise et par l'association pour le droit de mourir dans la dignité.

Perquisition au domicile du Gilet Jaune Frédéric Vuillaume

Mise à jour à 19h05 • Alors qu'il était venu au commissariat accompagné d'une trentaine de Gilet Jaune ce mercredi, Frédéric Vuillaume était sorti de garde à vue vers midi. Les policiers ont procédé à une perquisition à son domicile ce jeudi 28 février 2019 à 6h30. A nouveau placé en garde à vue, il a été libéré ce jeudi. Une vingtaine de manifestants s'est regroupée devant le commissariat de Besançon afin de le soutenir. Il pourrait être à nouveau convoqué en vue "d'une présentation au tribunal", nous précise-t-on.

Gilets Jaunes : « Le ras-le-bol fiscal doit être entendu » (Pierre Moscovici)

Le mouvement social des Gilets Jaunes, qui a rassemblé 46.600 manifestants en France samedi pour son acte 15, traduit notamment un "ras-le-bol fiscal qui doit être entendu", a estimé dimanche le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, dans une émission d'Europe 1, CNews et Les Echos.

Dans la catégorie

Deux Gilets jaunes condamnés pour acte de cruauté envers un animal dans le Jura

Deux individus âgés d'une vingtaine d'années ont été condamnés à un stage de citoyenneté et deux mois de prison (en cas de non respect du stage) vendredi 8 mars 2019 au tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier pour avoir torturé un mouton à coups de pelle et de fourche. Les deux individus qui portaient un gilet jaune lors de leurs actes en décembre 2018.

Viols sur mineurs : 10 ans de réclusion pour l’ancien entraîneur de rugby

Le verdict est tombé dans la soirée. Un ancien entraîneur d'un club rural de rugby dans le Doubs a été condamné mercredi 6 mars 2019 par les jurés de la cour d'assises du Doubs à 10 ans de réclusion pour viols et agressions sexuelles sur deux joueurs mineurs au moment des faits entre 2003 et 2006. Étienne Manteaux, le procureur de Besançon avait requis huit années de réclusion.

Agression à la prison de Condé-sur-Sarthe : le détenu avait menacé d’égorger un surveillant à Besançon il y 3 ans

Deux surveillants pénitentiaires de la prison de Condé-sur-Sarthe ont été victimes d'une attaque au couteau par un détenu radicalisé, Michaël Chiolo, mardi 5 mars 2019. Ce même détenu avait menacé d'égorger un surveillant à la maison d'arrêt de Besançon en 2016 selon une info France Bleu Besançon.

Cantine : la Ville de Besançon déboutée par la cour administrative d’appel de Nancy

L'accès à la cantine est un droit. La cour administrative d'appel de Nancy a rejeté mardi 5 février 2019 l'appel de la ville suite à sa condamnation par le tribunal administratif de Besançon (7 décembre 2017) pour avoir refusé d'inscrire un petit garçon à la cantine à la rentrée 2017. La Ville de Besançon n'exclut pas désormais de saisir le Conseil d'État.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.24
ciel dégagé
le 25/03 à 6h00
Vent
1.95 m/s
Pression
1026.12 hPa
Humidité
90 %

Sondage