Incendie à Planoise : le point sur les mesures mises en place

Publié le 02/01/2020 - 19:50
Mis à jour le 10/01/2020 - 16:41

Lors d'une conférence de presse donnée ce 2 janvier 2020 suite à l'incendie de la fourrière de Planoise, Joël Mathurin, le préfet du Doubs, a tenu à éclaircir la situation avec les principaux acteurs mobilisés (Ville de Besançon, ARS, ATMO, SDIS). Il est également demandé aux victimes de porter plainte au plus vite et de prendre contact auprès des assurances.

"Nous écoutons les préoccupations des commerçants", indique le préfet ce jeudi suite à l'arrêt de l'activité des commerçants des cellules impactées suite à l'incendie (coiffeurs, boulangerie, opticien…). "Nous avons identifié une méthode de travail et avons mis en place une cellule de suivi opérationnelle et d'accompagnement" (avec la Direccte pour le chômage partiel et avec le service des finances publiques ). Le suivi se fera au "cas par cas" pour les commerçants assure le préfet.

La "nécessité de porter plainte"

"Il est nécessaire que toutes les personnes impactées portent plainte au commissariat de police ou en appelant le 03 81 21 11 22. Il faut qu'elles soient reconnues comme des victimes", insiste Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon. L'association France Victime (03 81 83 03 19) pourra également prendre le relais en aidant les victimes à effectuer leurs démarches "cela va aider à faire le lien entre les victimes, la police et les assureurs", explique le préfet.

Aucun véhicule ne peut être récupéré dans l'immédiat

Concernant le nombre de véhicules impactés, il convient de différencier ceux "totalement détruits (au nombre de 159) , ceux indemnes et ceux couverts de suie". Ils seront stockés afin "d'identifier les dommages", indique la préfecture. Au total, près de 280 véhicules se trouvent à la fourrière et 134 véhicules se trouvent au parking public.

La structure du site est pour l'heure "incertaine"

Dès ce vendredi, des expertises seront menées pour "identifier l'avenir du site", est-il indiqué. "Il faut faire en sorte que les choses aillent au plus vite", souligne le maire. Des prélèvements seront ainsi effectués sur la dalle, explique Bernard Bletton, directeur général délégué Aktya (propriétaire de la structure commerciale).

Des risques pour la santé ?

Un certain nombre d'actions vont être menées  :

  • Des nettoyages de la zone (aires de jeux, bâtiment public)
  • L'installation de stations de mesures ce jeudi dans le quartier.

"Nous avons observé un impact existant, mais faible de l'incendie sur la qualité de l'air", explique Anaïs Detournay, responsable Etudes chez ATMO Bourgogne Franche-Comté (en charge de la surveillance de la qualité de l'air dans la région). "Les niveaux sont restés largement inférieurs au seuil réglementaire sans quoi nous aurions contacté la préfecture".

Nous avons interrogé Eric Lalaurie, adjoint au directeur de la santé publique et chef du département santé environnement sur l'impact de l'incendie et sur la question de l'amiante : 

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

incendie fourrière à Planoise

Incendie à la fourrière de Besançon : un fonds d’aide aux victimes soumis au vote au conseil municipal ce soir

Si une voiture à la fourrière était la cible des malfaiteurs le 31 décembre dernier, le parking Cassin et les véhicules stationnés ont également été fortement impactés par l'incendie. Ce jeudi 23 janvier, une soixantaine de véhicules sont encore stationnés. Un fonds d'aide entre 200 et 300€ sera soumis au vote du conseil municipal ce soir.

Incidents à Besançon : les habitants de Planoise veulent se réapproprier « leur quartier »

La salle du centre Nelson Mandela était pleine à craquer mercredi 15 janvier 2020 en fin de journée pour la réunion publique de la Ville de Besançon et de la préfecture du Doubs suite à l'incendie de la fourrière municipale et aux tirs en série dans le quartier Planoise. En début d'après-midi, près de 200 habitants du quartier s'étaient rassemblés pour se "réapproprier (leur) quartier". Les habitants ont réaffirmé qu'il souhaitaient un véritable retour à la tranquillité et qu'ils attendaient des solutions concrètes émanant des pouvoirs publics.

Planoise : 200 personnes rassemblées cet après-midi, près de 400 à la réunion publique

Après l'incendie de la fourrière municipale le 31 décembre 2019 et les tirs en série dans le quartier Planoise, 200 habitants se sont rassemblés dans le calme à partir de 14 heures mercredi 15 janvier 2020 place Cassin à Besançon pour soutenir les commerçants du secteur et dénoncer les violences. Un rassemblement avant la réunion publique réunissant près de 400 habitants au centre Mandela ce soir depuis 17 heures.

Société

Gestes barrière, attroupement, masque… Les ambassadeurs santé à la rencontre des Bisontines et des Bisontins jusqu’à Noël

Depuis la réouverture des commerces le 28 novembre dernier, des professionnels de santé, surnommés les ambassadeurs santé de la Ville de Besançon, déambulent dans le centre-ville afin de prévenir la population des gestes barrière pour éviter une troisième vague de la covid-19 pendant les fêtes.

Violences policières, article 24, formation des forces de l’ordre… Entretien avec Emmanuelle Cordier, policière à Besançon

Après les attentats de 2015 suite auxquels les Françaises et le Français embrassaient les forces de l'ordre, qu'est-ce qui a changé dans leurs relations ? Y a-t-il des brebis galeuses au sein de la police ? Pour ou contre l'article 24 de la proposition de loi de "sécurité globale" ? Nous avons rencontré Emmanuelle Cordier, déléguée interdépartementale unité SGP Police du Doubs à Besançon pour en parler.

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Missions et enjeux de la 7e brigade blindée de l’armée de Terre. On en parle avec le général Pierre-Yves Rondeau

Envoyés en mission pour 3 à 6 mois à travers le monde (Mali, Côte d'Ivoire, Liban…), les militaires de la 7e brigade blindée, subordonnée à la 1re division dont l'État-major est à Besançon, rentreront en France début 2021 en permission avant de reprendre une année d'entraînement. Le général de brigade Pierre-Yves Rondeau nous parle des missions de ces militaires et des prochains enjeux.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.79
couvert
le 05/12 à 6h00
Vent
1.56 m/s
Pression
997 hPa
Humidité
97 %

Sondage