"Le surimi, un bâtonnet de la mer qui ne se pêche pas !", par Valentine Caput, diététicienne

Publié le 11/03/2023 - 13:59
Mis à jour le 02/05/2023 - 15:19

Ce mois de mars 2023, l'une de nos diététiciennes bisontines, Valentine Caput, dénonce les dérives de la fabrication du surimi, ces petits bâtonnets orange et blancs bien pratiques pour l'apéro et les salades, mais préoccupants pour la santé.

Les Français semblent particulièrement amateurs de surimi. En France, près de 2 kgs de surimis seraient ainsi consommés... par seconde ! Soit 63.000 tonnes par an. Ce qui nous place au 2e rang européen ! Autant dire que le marché est juteux. En effet, qui n'a pas été tenté d'acheter ces jolis petits bâtonnets orangés pour égayer une salade composée ? Mais sait-on réellement ce que l'on mange, comme dirait ma grand-mère ?

Le surimi est préparé à partir de hachis de chairs de poissons blancs. Après la pêche, la chair des poissons est mixée puis lavée et transformée en pâte qui sera surgelée en plaques.

30 % de poisson et de 70 % ... d'additifs !

Dans les usines, la pâte est décongelée et mélangée à de nombreux additifs selon la marque : fécule de pomme de terre, blanc d'oeuf, amidon de blé, sucres, gélatine, sel, huiles diverses, carraghénanes, gomme de xanthane ou encore sorbitol et glutamate. Et évidemment du paprika pour la couleur. Chez certaines marques, des polyphosphates, considérés comme des additifs douteux, sont également ajoutés. En moyenne, la préparation se composera de 30 % de poisson et de 70 % ... d'additifs !

Longtemps, le consommateur était persuadé qu'il contenait même du crabe : une vague saveur synthétique le lui faisait croire... mais c'était un leurre pour mieux anoblir ledit bâtonnet !

Certes, certains fabricants tendent à rendre le produit moins transformé en affichant un meilleur score de poisson. Toujours est-il qu'il vaut mieux rester prudent avec quelque chose qui ne se pêche pas contrairement aux petits poissons de types sardines ou maquereaux, bien meilleurs en terme de santé ! Des protéines de bonne valeur nutritionnelle : - 20 % (contre 5 à 10 % dans le surimi), des omégas 3 à la pelle... et surtout pas de sucre ! Quant à la mastication, c'est un autre débat (mais pas inintéressant !) : nous voilà à gober comme un poisson plutôt qu'à mâcher.

Si le surimi se vend en moyenne 15 €/kg (mayonnaise incluse qui alourdit la valeur calorique), la sardine en boîte peut se trouver à partir de 10 €/kg. De quoi réfléchir...

Vous l'aurez compris : consommé occasionnellement, le surimi ne pose pas de problème, en tout cas pas plus que d'autres produits hypertransformés. Mais le mettre régulièrement dans son caddie n'est sûrement pas une bonne idée !

© Libre de droit

Valentine Caput  - Diététicienne Nutritionniste Besançon

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

valentine caput

Manger et boire pendant les fêtes : les conseils d’une diététicienne bisontine

C'est vrai qu'on le dit souvent : les fêtes de fin d'année sont souvent propices à une prise de poids... et de tête ! Période souvent plus chargée en aliments riches en sucre et en graisse (ce que les gens de ma profession taxent de "calories vides" !) et une diminution de l'activité physique ! Notre diététicienne bisontine Valentine Caput nous donne ses conseils pour des fêtes sans complexe...

Alors, une sucrette ?

L'Oeil de la diet' • L'aspartam est classé depuis juillet 2023 comme étant "possiblement cancérigène pour l'être humain". Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, met en garde contre cette poudre blanche que l'on trouve dans plus de 1.000 produits.

Apéro zéro alcool : vous nous prendriez pas pour des pigeons ?

L'OEIL DE LA DIET' • Il commence à faire beau et chaud... le soleil tarde à se coucher et nous aussi. Comme un air de vacances avancées. Pour certains, l'idée de prendre un apéritif au grand air, sur une terrasse commence à poindre ! Mais que boire sans trop - ou pas - d'alcool pour "faire attention à sa santé" et ne pas être "pompette" ? Notre diététicienne bisontine Valentine Caput démonte les boissons industrielles et invite à la création "maison"...

Les bonnes résolutions à adopter dans l’assiette selon Valentine Caput

Début d'année, de nouvelles résolutions en vue ? Et si la bonne résolution c'était de mieux manger "avec sobriété" ? Que ce soit pour retrouver ou entretenir son poids de forme, il y a toujours une bonne raison de faire attention à ce qu'on met dans notre assiette ! Valentine Caput, diététicienne à Besançon, vous donne ses conseils à adopter dès le début d'année...

“Noël sans les kilos ?” C’est possible selon Valentine Caput…

Les fêtes de fin d'année sont souvent redoutées par ceux qui surveillent leur ligne ! Elles sont synonymes de repas à répétition qui durent et qui cumulent beaucoup d'aliments riches en calories (des embûches en quelque sorte...). Alors comment faire pour s'en sortir indemne ? Quelques conseils de Valentine Caput, diététicienne depuis plus de 20 ans à Besançon...

Santé

Cernés par le sucre ? Valentine Caput fait le point sur la présence du sucre dans les produits

Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient de livrer ses conclusions concernant l’utilisation de sucres ou de produits sucrants dans quelques 54.000 produits alimentaires transformés de consommation courante. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats pour le moins vertigineux...

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Numérique en santé : l’Europe consolide son soutien à la plateforme régionale eTICSS

Au cœur de la stratégie e-santé en Bourgogne Franche-Comté, eTICSS est l’outil clé de la transformation numérique des parcours de santé dans la région. Dans un communiqué daté du 3 avril 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté annonce avoir mobilisé 10,5 millions d'euros de financements européens pour la seconde phase du projet numérique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.41
légère pluie
le 20/04 à 15h00
Vent
2.94 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
79 %