Risque de fermeture administrative de bars à Besançon : le BBRBU demande une table ronde "en urgence"

Publié le 16/09/2020 - 18:10
Mis à jour le 12/02/2021 - 17:40

Suite à l’annonce du préfet du Doubs le 15 septembre sur des fermetures administratives de bars où les gestes barrière ne sont pas respectés, l’association des Bars Boîtes Restos de Besac Unis (BBRBU) demande l’organisation d’une table ronde en urgence en réunissant « au plus vite » les représentants de la Ville, de la Préfecture, de l’ARS et tous les gérants de débits de boisson qui le souhaitent.

Terrasses de restaurants rue Bersot à Besançon © Alexane Alfaro
Terrasses de restaurants rue Bersot à Besançon © Alexane Alfaro

Communiqué :

"Suite aux différents articles récents liés à la position de la Mairie et de la préfecture, évoquant le comportement de certains établissements et les éventuelles sanctions qui pourraient venir peser sur l’ensemble des acteurs de notre secteur d’activité déjà fortement fragilisé, l’association BBRBU demande ce jour la tenue d’une table ronde réunissant au plus vite les représentants de la Ville, de la préfecture, de l’ARS et tous les gérants de débits de boissons qui le souhaitent (adhérents ou non de l’association).

"Un dialogue qu’il semble urgent d’établir en cette période exceptionnelle et dangereuse"

L’association rappelle qu’elle n’a pas pour mission ou vocation de se substituer aux autorités locales, ni de jouer les arbitres entre gérants respectueux ou dérogeant au protocole sanitaire, condamnant tout de même l'attitude irresponsable de ces derniers. Son rôle est aujourd'hui de faciliter un dialogue qu’il semble urgent d’établir en cette période exceptionnelle et dangereuse en tous points pour l’avenir de nos entreprises.

L’association est fière de pouvoir compter en son sein des établissements, respectueux des règles mises en place et ainsi de participer au ralentissement de l’évolution de cette épidémie dont ils sont les premières victimes économiques.

Les mesures et protocoles sanitaires, que nous les estimions, à titre personnel, justes, justifiés, efficaces, ou non, sont les mêmes pour tous et doivent être appliqués scrupuleusement. L’évocation de sanctions ou d’un durcissement des protocoles ne peut et ne doit pas découler du comportement de certains et donc nuire à l’ensemble de la profession.

Cette table ronde devra permettre d’établir une liste claire des établissements concernés par les sanctions éventuelles, de dialoguer avec ces derniers afin de comprendre le non-respect des règles, mais également et prioritairement d’évoquer des pistes et des solutions qui, en collaboration avec les collectivités locales compétentes, devront permettre d’éviter à nouveau une fermeture administrative générale de tout ce secteur d'activité.

"Nous appelons tous nos adhérents (...) à respecter solidairement les mesures actuelles, afin qu’elles ne soient pas durcies"

Nous souhaitons avant toute chose que cette ville reste vivante et que l’ensemble des commerçants que nous représentons (ou non) puissent envisager de survivre à cette période, qui s'annonce encore plus difficile l'hiver venu. Nous maintenons que le comportement des uns, ne doit pas pénaliser l'ensemble de l’activité. Nous appelons tous nos adhérents, et plus encore, tous les professionnels de notre secteur d'activité, à respecter solidairement les mesures actuelles, afin qu’elles ne soient pas durcies et que nous en subissions tous les conséquences.

Nous appelons enfin à nouveau à cette occasion les représentants des pouvoirs publics de notre ville, nos élu(e)s locaux et nationaux, ainsi que les autorités préfectorales, à nous soutenir et à nous permettre de trouver ensemble toutes les solutions nécessaires au bon déroulement de la vie nocturne bisontine."

Signé par le président de l'association Antonin Borie

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Economie

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Base de loisirs d’Osselle : qui sont les deux chefs bisontins à la tête du nouveau restaurant ?

Suite à un appel d’offres lancé par Grand Besançon Métropole en février dernier pour trouver les gérants du snack et du restaurant de la base de loisirs d’Osselle, le projet de deux chefs bisontins, déjà bien connus, a été retenu. Celui d’Adrien Rognon, gérant de la Pizzeria Piano et de Sylvain Piguet, gérant de LÔ à Besançon.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.27
couvert
le 17/06 à 15h00
Vent
2.47 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
85 %