Risque de fermeture administrative de bars à Besançon : le BBRBU demande une table ronde "en urgence"

Publié le 16/09/2020 - 18:10
Mis à jour le 12/02/2021 - 17:40

Suite à l’annonce du préfet du Doubs le 15 septembre sur des fermetures administratives de bars où les gestes barrière ne sont pas respectés, l’association des Bars Boîtes Restos de Besac Unis (BBRBU) demande l’organisation d’une table ronde en urgence en réunissant « au plus vite » les représentants de la Ville, de la Préfecture, de l’ARS et tous les gérants de débits de boisson qui le souhaitent.

Terrasses de restaurants rue Bersot à Besançon © Alexane Alfaro
Terrasses de restaurants rue Bersot à Besançon © Alexane Alfaro

Communiqué :

"Suite aux différents articles récents liés à la position de la Mairie et de la préfecture, évoquant le comportement de certains établissements et les éventuelles sanctions qui pourraient venir peser sur l’ensemble des acteurs de notre secteur d’activité déjà fortement fragilisé, l’association BBRBU demande ce jour la tenue d’une table ronde réunissant au plus vite les représentants de la Ville, de la préfecture, de l’ARS et tous les gérants de débits de boissons qui le souhaitent (adhérents ou non de l’association).

"Un dialogue qu’il semble urgent d’établir en cette période exceptionnelle et dangereuse"

L’association rappelle qu’elle n’a pas pour mission ou vocation de se substituer aux autorités locales, ni de jouer les arbitres entre gérants respectueux ou dérogeant au protocole sanitaire, condamnant tout de même l'attitude irresponsable de ces derniers. Son rôle est aujourd'hui de faciliter un dialogue qu’il semble urgent d’établir en cette période exceptionnelle et dangereuse en tous points pour l’avenir de nos entreprises.

L’association est fière de pouvoir compter en son sein des établissements, respectueux des règles mises en place et ainsi de participer au ralentissement de l’évolution de cette épidémie dont ils sont les premières victimes économiques.

Les mesures et protocoles sanitaires, que nous les estimions, à titre personnel, justes, justifiés, efficaces, ou non, sont les mêmes pour tous et doivent être appliqués scrupuleusement. L’évocation de sanctions ou d’un durcissement des protocoles ne peut et ne doit pas découler du comportement de certains et donc nuire à l’ensemble de la profession.

Cette table ronde devra permettre d’établir une liste claire des établissements concernés par les sanctions éventuelles, de dialoguer avec ces derniers afin de comprendre le non-respect des règles, mais également et prioritairement d’évoquer des pistes et des solutions qui, en collaboration avec les collectivités locales compétentes, devront permettre d’éviter à nouveau une fermeture administrative générale de tout ce secteur d'activité.

"Nous appelons tous nos adhérents (...) à respecter solidairement les mesures actuelles, afin qu’elles ne soient pas durcies"

Nous souhaitons avant toute chose que cette ville reste vivante et que l’ensemble des commerçants que nous représentons (ou non) puissent envisager de survivre à cette période, qui s'annonce encore plus difficile l'hiver venu. Nous maintenons que le comportement des uns, ne doit pas pénaliser l'ensemble de l’activité. Nous appelons tous nos adhérents, et plus encore, tous les professionnels de notre secteur d'activité, à respecter solidairement les mesures actuelles, afin qu’elles ne soient pas durcies et que nous en subissions tous les conséquences.

Nous appelons enfin à nouveau à cette occasion les représentants des pouvoirs publics de notre ville, nos élu(e)s locaux et nationaux, ainsi que les autorités préfectorales, à nous soutenir et à nous permettre de trouver ensemble toutes les solutions nécessaires au bon déroulement de la vie nocturne bisontine."

Signé par le président de l'association Antonin Borie

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Economie

Trois dolois créent une nouvelle plateforme pour vendre et acheter des fruits et légumes… sans être un professionnel

Après deux années de travail, Oly a vu le jour ce mois de septembre 2022 dans le paysage franc-comtois. Il s’agit d’une plateforme créée par trois jeunes dolois, Rémi Vandelle, Théo Reffay et Adrien Berthenet, permettant de vendre et d’acheter des fruits, des légumes et des produits travaillés sans pour autant être primeur ou épicier.

Camaïeu met définitivement la clé sous la porte

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Quatorze PME intègrent la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté 

La Région Bourgogne-Franche-Comté et Bpifrance ont donné le coup d’envoi de la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté ce mercredi 28 septembre à la Tonnellerie Rousseau à Gevrey-Chambertin en Côte-d'Or. Ce programme d'accompagnement personnalisé d’une durée de 24 mois compte 14 nouvelles PME à fort potentiel cette année.

Yann Le Guilloux nommé au directoire de la Caisse d’Épargne de Bourgogne Franche-Comté

Le Conseil d’orientation et de surveillance (COS) de la Caisse d'Épargne de Bourgogne Franche-Comté a nommé, sur proposition de Jérôme Ballet, président du directoire, et Eric Fougère, président du COS, Yann Le Guilloux, en qualité de membre du directoire en charge du Pôle Banque de Détail (BDD). 

Burger King ouvre à Valdahon

Le fast-food ouvrira ses portes et ses grills jeudi 29 septembre 2022 dans la commune de Valdahon. Malgré des difficulté d’embauche de son personnel, Burger King est finalement parvenu à trouver du personnel "nombreux issus de la ville et des communes alentour".

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

16e édition du concours régional de l’économie sociale et solidaire : les inscriptions sont ouvertes

Cette année, pour la 16e édition, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise le concours régional de l'économie sociale et solidaire. Vous êtes une association, une entreprise et vous portez un projet ou une initiative conforme aux valeurs de l'économie sociale et solidaire ? Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 5 octobre !

Considérez-vous votre emploi comme un « travail-plaisir » ou comme un « travail alimentaire » ?

À la suite du premier confinement en raison de la crise de la Covid-19, nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui se sont posés des questions sur leur vie professionnelle. En France, la pandémie a bouleversé le marché de l’emploi. Les démissions, y compris de postes en CDI, ont été particulièrement nombreuses ces derniers mois pour un changement de vie, d'activité, etc. Et vous, comment considérez-vous votre emploi comme un "travail plaisir" ou comme un "travail alimentaire" ?

Crise énergétique : la Ville de Besançon va devoir faire des coupes budgétaires, mais lesquelles ?

La maire de Besançon, accompagnée de 11 membres de la majorité municipales, a convié les médias locaux à une conférence de presse sur la forte augmentation du prix de l’énergie et ses conséquences sur le service public. À ce jour, la Ville de Besançon doit trouver des solutions pour économiser 8 millions d’euros sur sa facture de 2023. Quoi qu’il en soit, comme dans d’autres communes, des coupes budgétaires seront envisagées, mais lesquelles ? Fermeture des musées plusieurs jours par semaine ? Un marché de Noël annulé ou plus sobre ? Des extinctions de l’éclairage des équipements sportifs ?

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.09
nuageux
le 30/09 à 12h00
Vent
2.34 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
84 %

Sondage