Vaccination : 630.000 doses pour la Bourgogne Franche-Comté en juin

Publié le 31/05/2021 - 15:33
Mis à jour le 31/05/2021 - 15:33

Depuis ce 31 mai, fini les critères d’âge ou d’état de santé: toute la population adulte en France peut se faire vacciner contre le Covid-19, une étape clé au moment où le nombre de malades dans les services de réanimation est repassé sous les 3.000 pour la première fois depuis janvier.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

À neuf jours de la réouverture en intérieur des restaurants et du passage de 21h à 23 h du couvre-feu, la décrue dans les services de réanimation, amorcée fin avril, se poursuit. Dimanche, le nombre de patients touchés par le Covid-19 et soignés en réa est repassé, pour la première fois depuis quatre mois, sous les 3.000 (contre 6.000 le 26 avril).

Deux défis attendent la campagne de vaccination, cruciale pour que l'été soit apaisé: d'un côté, satisfaire au plus vite tous les volontaires qui attendent une dose; de l'autre, convaincre les indécis, voire les réfractaires, pour éviter un plafond.

En Bourgogne Franche-Comté, 70% des personnes de plus de 50 ans ont reçu au moins une première injection. Ce taux dépasse les 70% chez les plus de 60 ans et s’établit au-delà de 80% pour les plus de 75 ans.

"Cette nouvelle étape correspond avec une arrivée très conséquente de doses : environ 630 000 doses seront ainsi allouées aux centres de vaccination de Bourgogne-Franche-Comté sur les 4 premières semaines de juin, contre 460 000 sur les quatre premières semaines de mai' indique l'agence régionale de santé de Bourgogne Franche-Comté

La vaccination s’étend aussi en ville où les pharmaciens, médecins et infirmiers peuvent désormais vacciner également avec des vaccins Moderna accessibles à tous les adultes.

La vaccination ouverte à tous et sans critères

Les prises de rendez-vous pour tous les plus de 18 ans ont été ouvertes dès jeudi. Mais avec "28 millions de personnes adultes éligibles à la vaccination et non vaccinées", la principale plateforme Doctolib a prévenu qu'elle ne pourrait pas répondre à toutes les demandes au regard du "nombre encore limité de doses de vaccins, notamment Pfizer et Moderna".

Lundi matin, sur internet, de nombreux centres de vaccination affichaient complet pour les prochains jours.

L'ouverture à tous les adultes "ne doit pas nous détourner de l'objectif d'aller chercher tous nos concitoyens qui restent les plus vulnérables à la maladie", personnes âgées ou souffrant de comorbidités, a souligné le Premier ministre Jean Castex, en visitant un centre de vaccination à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), accompagné du ministre de la Santé Olivier Véran.

Plus de 25 millions de personnes ont reçu une injection de vaccin, soit près de 50% de la population majeure (47,6% vendredi). Parmi elles, 20% de la population adulte a reçu deux doses.

Mais la progression est désormais beaucoup plus lente chez les tranches d'âge les plus élevées. Un plateau se dessine chez les plus de 80 ans (76% ont reçu au moins une dose), chez les 75-79 ans (86%) et les 70-74 ans (84%).

Vaccination : et les ados ?

La semaine dernière, l'Académie de médecine a jugé nécessaire de mettre en place une "obligation" vaccinale, en soulignant qu'il serait "très difficile d'obtenir avant la fin de l'été un taux de couverture" assurant "une immunité collective suffisante pour contrôler l'épidémie, soit 90% de la population adulte ou 80% de la population totale".

"C'est la dernière option en cas d'échec", a estimé, dimanche sur LCI Alain Fischer, le président du conseil d'orientation de la stratégie vaccinale.

À l'approche de l'été, le "Mr vaccin" du gouvernement a aussi incité la population à s'organiser pour recevoir les deux doses sur son lieu de résidence, plutôt que de chercher à se faire vacciner sur son lieu de vacances, afin de ne pas déstabiliser le système.

L'organisation de la campagne cet été sera au menu du conseil de défense sanitaire, a indiqué Jean Castex, tout comme "la vaccination des enfants et adolescents de plus de douze ans", sur laquelle la Haute autorité de Santé (HAS) doit se prononcer cette semaine. Vendredi, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a approuvé l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNTech pour les 12-15 ans, le premier autorisé pour cette tranche d'âge.

"Depuis les annonces dans la presse d'étendre aux 12 ans on reçoit pas mal d'appels d'adolescents qui souhaitent se faire vacciner, mais pour le moment on ne peut vacciner que les plus de 18 ans", explique le professeur Vincent Bounes, qui coordonne le vaccinodrome de Toulouse. "Il y a une grande affluence des jeunes majeurs", ajoute-t-il.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.94
couvert
le 27/05 à 0h00
Vent
1.45 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
96 %