Le gouvernement se presse pour mettre en œuvre les gestes promis aux Gilets jaunes

Publié le 19/12/2018 - 14:40
Mis à jour le 19/12/2018 - 14:40

Prime exceptionnelle exonérée de charges et d'impôts, heures supplémentaires défiscalisées, baisse de la CSG et prime d'activité revalorisée: les promesses présidentielles en réponse aux Gilets jaunes ont pris forme dans un projet de loi déposé ce mercredi 19 décembre 2018 par le gouvernement, a annoncé son porte-parole, Benjamin Griveaux.

©Alexane Alfaro
image d'illustration ©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

Présenté au Conseil des ministres, ce « projet de loi resserré » de quatre articles, dont la mise en œuvre s’apparentait à un casse-tête juridique et administratif, doit être examiné dès jeudi à l’Assemblée nationale, dans une course contre la montre pour que ces gestes d’apaisement puissent être applicables au plus tôt.

Lors d’une conférence de presse, Benjamin Griveaux a annoncé l’adoption par le Conseil d’un décret revalorisant le Smic de 1,5% au 1er janvier : la mesure porte, en brut, le salaire minimum horaire de 9,88 à 10,03 euros et le Smic mensuel de 1.498,47 à 1.521,22 euros pour un temps plein, soit une hausse de 22,75 euros.

« Une prime exceptionnelle »

Il a également détaillé une « prime exceptionnelle » jusqu’à 1.000 euros qui sera exonérée de toute charge sociale et de l’impôt sur le revenu, versée par les entreprises à leurs salariés rémunérés jusqu’à 3.600 euros. Elle doit concerner concerner « 4 à 5 millions » de bénéficiaires et devra être versée avant le 31 mars.

Le projet de loi dispose ensuite l’élargissement de l’exonération de la hausse de la CSG pour les retraités, qui concernera désormais 5 millions d’entre eux (70%), et dont l’application interviendra au plus tard le 1er juillet, mais avec un remboursement rétroactif, a assuré le porte-parole.

La défiscalisation des heures supplémentaires doit en outre entrer en vigueur dès le 1er janvier, et la revalorisation de la prime d’activité fera l’objet d’une disposition réglementaire.

Un « grand débat national »

Emmanuel Macron et Édouard Philippe espèrent ainsi entamer 2019 sur de nouvelles bases, en comptant par ailleurs sur le « grand débat national », qui se veut la réponse politique à la plus grave crise depuis le début du quinquennat.

Il devra déboucher « fin mars-mi avril » sur « des décisions très concrètes, en fonction des consensus identifiés ». Mais sans « détricoter » les décisions prises par le gouvernement depuis 18 mois, a prévenu le porte-parole.

Signe d’une grande fébrilité, le cafouillage mardi au sein de l’exécutif qui a subitement indiqué renoncer à une partie des mesures annoncées par Édouard Philippe mi-novembre, avant de finalement les maintenir quelques heures plus tard.

En dépit de leurs critiques, LR et le RN (ex-FN) ont l’intention de voter ces mesures, contrairement à La France insoumise. La mobilisation visible des Gilets jaunes est en recul ces derniers jours mais une partie d’entre eux restent déterminés, comme en témoignent les opérations coup de poing ayant notamment visé des péages.

Et le gouvernement cherche désormais à calmer les policiers qui, épuisés par plus d’un mois de conflit, réclament des compensations. Certains jugent insuffisante la prime de 300 euros qui devrait bénéficier à 111.000 fonctionnaires.

« Engagements »

Le projet de loi portant sur les « mesures d’urgence économique et sociale » sera examiné dès mercredi soir en commission des Affaires sociales à l’Assemblée, avant son passage jeudi après-midi dans l’hémicycle puis vendredi au Sénat, à majorité de droite. Son président Gérard Larcher a souhaité « un vote conforme » de la chambre haute.

Le Sénat pour sa part étudiera mercredi après-midi en nouvelle lecture le projet de budget 2019, qui doit être adopté définitivement jeudi à l’Assemblée.

La mise en place du « grand débat national » s’avère également délicate pour l’exécutif, en raison notamment de son caractère inédit et sur fond d’attentes parfois contradictoires. Selon une étude Kantar Public pour l’Institut Paul-Delouvrier, les Français préfèrent une diminution des impôts à une amélioration des services publics, tout en souhaitant que ces derniers soient préservés.

Il reviendra à Chantal Jouanno, la présidente de la Commission du débat public (CNDP), une autorité indépendante, de préciser jeudi les modalités de cette concertation qui doit se décliner jusqu’au début mars sur l’ensemble du territoire.

Elle se penchera sur quatre grands thèmes (transition écologique, fiscalité, organisation de l’État, et démocratie et citoyenneté, dont l’immigration). Et abordera l’opportunité de proposer le principe du référendum d’initiative citoyenne (RIC), réclamé par les « gilets jaunes » et soutenu par l’opposition, de la France Insoumise à LR – Benjamin Griveaux s’est montré mercredi pour sa part réservé sur la question.

« Des débats cadrés »

« Il va y avoir deux phases dans ce débat : une première jusqu’au 10 janvier, qui s’exprime par des débats spontanés qu’organisent des maires et dont les remontées sont analysées », et ensuite « des débats cadrés » sur les quatre thèmes, a indiqué mercredi la garde des Sceaux, Nicole Belloubet.

Chantal Jouanno, ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, a multiplié les consultations ces derniers jours y compris avec des représentants des Gilets jaunes. La CNDP s’est inquiétée que ce « grand débat » n’apparaisse comme piloté par le gouvernement et se transforme en « meetings politiques » pro-Macron.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Gilets Jaunes : 800 manifestants à Besançon, des tensions à Chalezeule et huit interpellations

Gilets Jaunes : 800 manifestants à Besançon, des tensions à Chalezeule et huit interpellations

Pour célébrer les six mois du mouvement, les Gilets Jaunes étaient plus nombreux dans les rues de Besançon en comparaison aux deux actes précédents qui avaient rassemblés 300 et 400 manifestants. Une des têtes de figures du mouvement avait appelé à un rassemblement national samedi 18 mai 2019. Au plus fort de la mobilisation Ils étaient 800 selon les autorités et largement plus d'un millier selon les gilets jaunes pour cet acte 27. A Chalezeule, les manifestants sont été dispersé par les gaz lacrymogènes et par la pluie. Le barbecue géant prévu près du rond point du bowling  n'a pas eu lieu.

Acte 26 des Gilets Jaunes: 400 manifestants à Besançon ce samedi selon la Préfecture

Acte 26 des Gilets Jaunes: 400 manifestants à Besançon ce samedi selon la Préfecture

Mise à jour • Déclin ou sursaut ? A bientôt six mois de mobilisation, les "gilets jaunes" ont appelé à manifester pour la 26e fois ce samedi 11 mai 2019 avec des points de ralliement "nationaux" à Lyon et Nantes, où les autorités redoutent la présence de casseurs. À Besançon, la manifestation est parti à 14h00 de la Place de la Révolution. A 16h30, le cortège rejoignait la Préfecture.  

Des médecins de Besançon pour la fin du fichage des gilets jaunes blessés

Des médecins de Besançon pour la fin du fichage des gilets jaunes blessés

Plus de cent médecins de France ont appelé ce mercredi 8 mai 2019 à l’arrêt des fichages des gilets jaunes aux urgences. Dont Thinès Laurent, neurochirurgien et professeur à Besançon, et Philippe Humbert, dermatologue. Ils répondent par une « désobéissance éthique » et demandent l’ouverture d’une enquête parlementaire…

2.500 manifestants pour le 1er mai à Besançon. Tentatives d’intrusion au commissariat de Besançon

2.500 manifestants pour le 1er mai à Besançon. Tentatives d’intrusion au commissariat de Besançon

Sous le soleil, dans le calme et en chansons. Dans une ambiance bon enfant, près de 2.500 personnes ont défilé dans les rues de Besançon au départ de la place de la Révolution. Le cortège s'est scindé peu avant midi. 500 gilets jaunes ont poursuivi jusqu'à la préfecture. Vers 12h45, des manifestants ont tenté de s'introduire à deux reprises au commissariat forçant la police à évacuer l'avenue de la Gare d'eau à coup de gaz lacrymogène.

Dans la catégorie

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Dans le cadre de sa mission de contrôle de l'action du Gouvernement, Michel Raison, sénateur de la Haute-Sao?ne a interrogé mardi 14 mai 2019  en séance publique au Sénat, la ministre de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, sur les engagements pris par la ministre  pour réparer le préjudice subi par la Ville de Lure suite à la décision du Gouvernement Philippe d'abandonner le projet de nouvel établissement pénitentiaire sur lequel le Président François Hollande s'était engagé en septembre 2015.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.07
légère pluie
le 21/05 à 0h00
Vent
1.72 m/s
Pression
1013.75 hPa
Humidité
98 %

Sondage