Chaleurs caniculaires : nouvelle année noire pour les agriculteurs du Doubs ?

Publié le 30/07/2018 - 13:33
Mis à jour le 15/04/2019 - 11:55

En cette fin juillet 2018, les premières récoltes des céréales sont terminées. L’heure est au bilan pour les agriculteurs. Et celui-ci n’est pas rose : si certains « s’en sortent bien« , pour bon nombre d’entre eux, la situation est « catastrophique« …

 ©
©

Frank Schnoebelen est conseiller agronomie et grandes cultures à la Chambre d'agriculture du Doubs. Et pour lui, les récoltes de cette année – en blé, orge et colza - se rapprochent des désastreux résultats de 2016, année si sombre pour les agriculteurs.

Un bilan moyen mais de gros écarts

Pourtant, le bilan global est "relativement moyen" : ni trop mauvais, ni trop bon. Mais le problème se trouve autre part. "D'ordinaire, une exploitation tourne autour de 70 quintaux à l'hectare. Là, ça va de 35 quintaux pour certains à 85 pour d'autres" explique l'expert.

Autrement dit, si le bilan est honorable pour certains, "plusieurs ont des résultats carrément catastrophiques selon leur secteur, leur type de sol ou leur climat."

Inondations puis canicule

En cause : les inondations de juin, qui ont "favorisé le développement de certaines maladies sur les céréales". Suivies des fortes chaleurs de juillet, sans pluie cette fois. "Les sols profonds ont pu accumuler l'eau et résister un peu à la chaleur, mais les sols superficiels ont cramé avec le soleil" détaille Frank. D'où ces différences de résultats entre les secteurs.

Les éleveurs en difficulté

"Et ce n'est pas fini : avec les chaleurs actuelles, les maïs (plantés au printemps) sont en train de griller." De même que les pâtures. "Il n'y a plus rien dans les champs avec le sec, et les éleveurs commencent à taper dans les stocks de fourrage pour l'hiver. Ils devront en racheter cet automne, ça leur fait un coût supplémentaire."

Un trou dans la trésorerie

Cette situation désole le conseiller. "C'était déjà un peu compliqué depuis 2016 niveau trésorerie ; 2017 avait un peu redressé la barre mais là ça enfonce le clou". Il prévoit donc des moments difficiles pour les agriculteurs touchés par ces aléas climatiques, "qui n'ont pas vraiment de solutions : moins de rendements, ça veut dire moins de rémunération."

Frank estime que, si les chaleurs perdurent et continuent de "griller le maïs", les collectivités devraient "commencer à bouger."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

canicule été 2018

Sécheresse : des mesures pour les agriculteurs

Le préfet de région a alerté le ministère de l’Agriculture sur la situation exceptionnelle en Bourgogne Franche-Comté. Un suivi régulier sera réalisé dans chaque département avec un bilan de fin de campagne afin d’activer, si cela est nécessaire la procédure calamités agricoles.

Records de chaleur au mois d'août à Besançon

La France a vécu son deuxième été le plus chaud, derrière celui de 2003, selon les relevés et données publiées ce mardi 28 août 2018 par Météo France. A Besançon, la moyenne des maximales s’établit à 28,9°C. le pic de chaleur a été atteint le 4 août à 36,2°C contre 38,3°C le 12 août 2003.

Un pic de canicule et le retour des orages

70 départements en vigilance orange • Ce mardi après-midi les températures maximales atteignent les 35 à 39°C, avec des pointes à 40°C en Bourgogne. Mais les orages prévus cette nuit devraient rafraîchir l’air et baisser le niveau d’alerte canicule dès 6h du matin ce mercredi, selon Météo France…

Economie

Après l’effondrement karstique, des commerçants de la rue de Vesoul impactés par les travaux de la piste cyclable…

C’en est trop pour plusieurs commerçants de la rue de Vesoul à Besançon ce lundi 22 juillet 2024… Une tranchée a été creusée pour créer la voie cyclable mais condamne l’accès à plusieurs magasins de la zone… Pour rappel, la rue a rouvert le 28 juin après quatre mois de fermeture suite à l’effondrement karstique.

Sirops et limonades Rième, quoi de neuf pour l’été 2024 ?

QUOI DE 9 ? • Un siècle après la création, dans les montagnes du Haut-doubs, la Maison Rième n’a pas pris une ride. C’est avant l’arrivée des colas que Marcel-Alcide Rième invente dans les années 20 la pétillante "Mortuacienne". Elle a beaucoup voyagé jusqu’en 2024, accompagnée de sirops, y compris bio et gourmands.

Tiny Houses, tentes XXL, espace snaking… Le nouveau visage du camping Chalezeule

Installée depuis un mois, les 10 tiny houses (…) et les 5 tentes familiales complètent désormais l’offre du camping de Chalezeule qui comptait déjà (et encore) des espaces dédiés aux campeurs sous une tente personnelle. Repensé l’espace snacking a également été officiellement inauguré vendredi 19 juillet 2024.

Les Barbiers by l’Atelier, le nouveau salon de la rue de Belfort

À Besançon, le salon de coiffure L’Atelier, situé rue de Belfort a fait le choix de scinder sa clientèle autrefois mixte, pour désormais accueillir ces messieurs à quelques pas, au 63 de la rue de Belfort. Ouvert depuis le 2 juillet 2024, Les Barbiers by l’Atelier propose des prestations pour hommes dans un cadre masculin et élégant. 

Véhicules électriques : 50 points de recharge publics dans le Grand Besançon

Marie Zéhaf, vice-présidente de Grand Besançon Métropole chargée des mobilités, Catherine Barthelet, vice-présidente en charge des projets de territoire, Marie-Jeanne Bernabeu, maire d’Avanne-Aveney et conseillère communautaire déléguée à la commande publique ainsi que Nicolas Bardou, directeur général de la société Easy Charge Services, ont inauguré mercredi 17 juillet 2024, l’un des 50 points de recharge électrique actuellement disponibles dans le réseau public dans le Grand Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.99
nuageux
le 24/07 à 21h00
Vent
1.34 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
85 %