Confinement et détresse psychologique : quel numéros appeler ?

Publié le 03/12/2020 - 15:10
Mis à jour le 03/12/2020 - 14:49

+ numéro pour les chefs d’entreprise •

Une vaste étude vient d'être lancée par "France Assos Santé" pour déterminer les conséquences à moyens terme de la crise sanitaire sur l'état psychique des Français. Occasion de rappeler les numéros utiles à ne surtout pas hénsiter à appeler en cas de détresse...

 © CC0 PXB
© CC0 PXB

Un appel à 10.000 volontaires a été lancé afin qu’ils aident à mesurer les conséquences de la crise du Covid-19 sur l’état psychique de la population et le suivi des malades chroniques notamment, a annoncé France Assos Santé.

Unique en son genre, cette étude baptisée Vivre-Covid19 espère recruter 10.000 participants majeurs en France métropolitaine qui seront invités à répondre, chaque mois jusqu’en mai 2022, à un questionnaire. La cohorte d’étude inclut des personnes malades chroniques, des porteurs de handicap, des aidants et des bien portants.

"On s’est aperçu que la situation allait durer et qu’au-delà des personnes atteintes du Covid ou d’autres pathologies, il allait y avoir un impact sur nos modes de vie", explique à l’AFP Gérard Raymond, président de France Assos Santé, un réseau regroupant 85 associations de patients.

Selon Caroline Guyot, détachée auprès de France Assos Santé pour accompagner le projet et en assurer notamment le cadrage juridique, les questions portent sur "les trois thèmes de l’anxiété, la prise en charge et la vie courante".

Une phase pilote a été menée au printemps, pendant le premier confinement, auprès de 2000 répondants. Les premiers retours montrent une anxiété ressentie par 78,9% des personnes interrogées et une prise en charge dégradée pour 61,5%, qui ont eu un rendez-vous déprogrammé (sans nouvelle date proposée dans 32,9% des cas), selon un communiqué de France Assos Santé.

Sur 70 000 étudiants, 27,5% d’entre eux souffrent d’anxiété sévère

"Le nombre de réponses de la phase pilote est trop faible pour dire que l’on a des résultats solides, ce sont des tendances qui donnent à voir quelque chose mais attendons: statistiquement, il nous faut avoir plus de répondants pour pouvoir dire que nos résultats sont justes et solides", insiste Caroline Guyot.

D’où l’appel à volontariat. "On est bien placé au niveau de France Assos Santé, avec notre réseau, pour recruter suffisamment de personnes et s’inscrire dans la durée", explique le Dr Jean-Pierre Thierry, qui supervise le conseil scientifique de l’étude.

L’étude prospective longitudinale est prévue jusqu’en mai 2022. De premiers résultats sont attendus en mai prochain.

"Il n'y a pas de honte à se sentir mal en cette période si particulière…"

Besoin de soutien psychologique ?

  • Plateforme d'écoute téléphonique disponible 24h/24 et 7j/7 : 0 800 130 000.
  • Numéro national « SOS Confinement » : écoute, soutien, information et orientation : 0800 19 00 00. 7j/7 de 9h à 21h–
  • Numéro d’urgence du CHRU de Besançon en cas de besoin d’aide pour une personne en souffrance psychique :

Et pour les chefs d'entreprise ?

Créé en 2018, le dispositif APESA BESANCON permet à tous les chefs d’entreprise qui en éprouve le besoin, de bénéficier d’une prise en charge psychologique, rapide gratuite et à proximité de son domicile, par des psychologues spécialisés dans l’écoute et le traitement de la souffrance morale provoquée par les difficultés financières.

Le dispositif permet à tout professionnel (juge, greffier, mandataire, avocat, expert-comptable, conseiller CCI), en contact avec un entrepreneur en souffrance de lui venir en aide, de devenir une sentinelle, capable de lancer une alerte transmise à un psychologue. Ces sentinelles ont été formées pour repérer les signes de crise suicidaire chez les chefs d’entreprise.

Au-delà des sentinelles qui peuvent détecter les signes avant-coureurs d’une souffrance aigüe, les chefs d’entreprises qui ont besoin d’écoute et d’un soutien psychologique peuvent directement appeler le numéro suivant : 03 81 25 25 59 (ligne ouverte du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h et de 14h à 17h30). Par ailleurs, en parallèle d’APESA BESANCON, le service juridique de la CCI du Doubs accompagne les entreprises en difficultés financières.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : une perte d’odorat persistante associée à la présence durable du virus (étude)Lire plus

Covid-19 : partout en Bourgogne Franche-Comté, le taux d’incidence en dessous de 300 infections

En France, le taux d'incidence est passé sous la barre des 400 infections pour 100.000 habitants, a-t-on appris ce mercredi 5 mai. En Bourgogne Franche-Comté, ce taux est inférieur à 300 infections, mais la situation hospitalière reste très tendue et le taux positivité élevé en particulier dans le Doubs.

Très lente décroissance de l’épidémie en Bourgogne Franche-Comté, 93 morts en une semaine

L'agence régionale de santé de Bourgogne Franche-Comté a publié ce vendredi 30 avril 2021 son bilan hebdomadaire. Le Doubs connaît toujours le taux d'incidence le plus élevé de la région (327) devant L'Yonne (302) et le Territoire de Belfort (293). La situation continue "de peser lourdement" sur le système de soins régional.

Santé

Ascension : un long week-end pour se faire vacciner dans le Doubs

La moitié des 18 centres de vaccination est ouvert dans le département ce jeudi 13 mai 2021 et aucun ne fait le pont. Depuis le début de la semaine, une expérimentation est également menée dans le Doubs où des doses de vaccins Moderna sont disponibles en pharmacie et dans les cabinets des médecins libéraux.  

Le Pass sanitaire obligatoire pour les événements de plus de 1.000 personnes

L'Assemblée nationale a adopté en première lecture, dans la nuit de mardi 11 à mercredi 12 mai 2021, le projet de loi relatif à la sortie de crise sanitaire. Les débats ont été marqués par un coup de théâtre sur l'article 1er du texte : celui-ci a d'abord été rejeté par les députés dans l'après-midi, puis adopté dans la nuit après une réécriture du gouvernement. Pour assister aux événements de plus de 1.000 personnes, le Pass sanitaire impose soit : d'être vacciné ou d'avoir un test PCR négatif ou d'avoir effectué un test sérologique prouvant l'immunité.  

Télémedecine et AVC : les neurologues de Besançon consultent à 7.000 km de distance

Depuis 2017, près de 600 actes de "TéléAVC" et plus de 60 téléthrombolyses ont été réalisés depuis le CHRU de Besançon auprès de trois hôpitaux ultramarins de Guyane. Dans le département le plus grand de France, le taux de mortalité par AVC des moins de 65 ans est trois fois plus important qu’en France métropolitaine.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.74
partiellement nuageux
le 14/05 à 3h00
Vent
1.96 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
98 %

Sondage