Confinement et détresse psychologique : quel numéros appeler ?

Publié le 03/12/2020 - 15:10
Mis à jour le 03/12/2020 - 14:49

+ numéro pour les chefs d’entreprise • Une vaste étude vient d’être lancée par « France Assos Santé » pour déterminer les conséquences à moyens terme de la crise sanitaire sur l’état psychique des Français. Occasion de rappeler les numéros utiles à ne surtout pas hénsiter à appeler en cas de détresse…

 © CC0 PXB
© CC0 PXB

Un appel à 10.000 volontaires a été lancé afin qu’ils aident à mesurer les conséquences de la crise du Covid-19 sur l’état psychique de la population et le suivi des malades chroniques notamment, a annoncé France Assos Santé.

Unique en son genre, cette étude baptisée Vivre-Covid19 espère recruter 10.000 participants majeurs en France métropolitaine qui seront invités à répondre, chaque mois jusqu’en mai 2022, à un questionnaire. La cohorte d’étude inclut des personnes malades chroniques, des porteurs de handicap, des aidants et des bien portants.

"On s’est aperçu que la situation allait durer et qu’au-delà des personnes atteintes du Covid ou d’autres pathologies, il allait y avoir un impact sur nos modes de vie", explique à l’AFP Gérard Raymond, président de France Assos Santé, un réseau regroupant 85 associations de patients.

Selon Caroline Guyot, détachée auprès de France Assos Santé pour accompagner le projet et en assurer notamment le cadrage juridique, les questions portent sur "les trois thèmes de l’anxiété, la prise en charge et la vie courante".

Une phase pilote a été menée au printemps, pendant le premier confinement, auprès de 2000 répondants. Les premiers retours montrent une anxiété ressentie par 78,9% des personnes interrogées et une prise en charge dégradée pour 61,5%, qui ont eu un rendez-vous déprogrammé (sans nouvelle date proposée dans 32,9% des cas), selon un communiqué de France Assos Santé.

Sur 70 000 étudiants, 27,5% d’entre eux souffrent d’anxiété sévère

"Le nombre de réponses de la phase pilote est trop faible pour dire que l’on a des résultats solides, ce sont des tendances qui donnent à voir quelque chose mais attendons: statistiquement, il nous faut avoir plus de répondants pour pouvoir dire que nos résultats sont justes et solides", insiste Caroline Guyot.

D’où l’appel à volontariat. "On est bien placé au niveau de France Assos Santé, avec notre réseau, pour recruter suffisamment de personnes et s’inscrire dans la durée", explique le Dr Jean-Pierre Thierry, qui supervise le conseil scientifique de l’étude.

L’étude prospective longitudinale est prévue jusqu’en mai 2022. De premiers résultats sont attendus en mai prochain.

"Il n'y a pas de honte à se sentir mal en cette période si particulière…"

Besoin de soutien psychologique ?

  • Plateforme d'écoute téléphonique disponible 24h/24 et 7j/7 : 0 800 130 000.
  • Numéro national « SOS Confinement » : écoute, soutien, information et orientation : 0800 19 00 00. 7j/7 de 9h à 21h–
  • Numéro d’urgence du CHRU de Besançon en cas de besoin d’aide pour une personne en souffrance psychique :

Et pour les chefs d'entreprise ?

Créé en 2018, le dispositif APESA BESANCON permet à tous les chefs d’entreprise qui en éprouve le besoin, de bénéficier d’une prise en charge psychologique, rapide gratuite et à proximité de son domicile, par des psychologues spécialisés dans l’écoute et le traitement de la souffrance morale provoquée par les difficultés financières.

Le dispositif permet à tout professionnel (juge, greffier, mandataire, avocat, expert-comptable, conseiller CCI), en contact avec un entrepreneur en souffrance de lui venir en aide, de devenir une sentinelle, capable de lancer une alerte transmise à un psychologue. Ces sentinelles ont été formées pour repérer les signes de crise suicidaire chez les chefs d’entreprise.

Au-delà des sentinelles qui peuvent détecter les signes avant-coureurs d’une souffrance aigüe, les chefs d’entreprises qui ont besoin d’écoute et d’un soutien psychologique peuvent directement appeler le numéro suivant : 03 81 25 25 59 (ligne ouverte du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h et de 14h à 17h30). Par ailleurs, en parallèle d’APESA BESANCON, le service juridique de la CCI du Doubs accompagne les entreprises en difficultés financières.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Cernés par le sucre ? Valentine Caput fait le point sur la présence du sucre dans les produits

Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient de livrer ses conclusions concernant l’utilisation de sucres ou de produits sucrants dans quelques 54.000 produits alimentaires transformés de consommation courante. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats pour le moins vertigineux...

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.07
légère pluie
le 25/04 à 12h00
Vent
2.99 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
54 %