Covid-19 : l'épidémie recule toujours… mais "moins vite"

Publié le 03/06/2022 - 17:03
Mis à jour le 03/06/2022 - 17:03

Alors que l'épidémie amorce un léger rebond en France mais sans conséquence sur le système de soins, la circulation du virus décroit mais moins rapidement selon l'agence régionale de santé de Bourgogne-Franche-Comté  

 © D Poirier
© D Poirier

Un taux d'incidence à 143 cas pour 100.000 habitants (185 en France) contre environ 200 la semaine dernière : la circulation du virus est en recul selon les derniers chiffres de Santé publique France.

Cette diminution s’est cependant ralentie ces 7 derniers jours et le taux de positivité des tests ne décroche toujours pas, pour s’établir à l’échelle régionale à près de 15%.

"Si les indicateurs épidémiologiques et hospitaliers s’inscrivent dans une tendance à la baisse ces sept derniers jours, le rythme de leur décroissance marque le pas" souligne l'ARS Bourgogne-Franche-Comté en précisant que, chaque jour, de nouvelles hospitalisations

pour des formes sévères de COVID sont encore enregistrées, ce qui rappelle le potentiel de dangerosité du virus.

On dénombre 546 patients Covid-19 dans les hôpitaux de la région, dont 293 au motif principal du Coronavirus. Parmi eux, 25 sont en soins critiques.

Au 3 juin 2022,  le bilan de l’épidémie en Bourgogne-Franche-Comté s’établit à 6.461 décès en établissements de santé et 2.497 en établissements médico-sociaux.

Rebond en France

Au niveau national, l'épidémie de Covid-19 a commencé ces derniers jours à rebondir en avec une reprise des contaminations. Depuis quelques jours, "on voit d'ores et déjà une légère augmentation (...) de la circulation virale" du coronavirus, a déclaré lors d'une conférence de presse Guillaume Spaccaferri, épidémiologiste chez Santé publique France.

Il a néanmoins souligné "l'absence d'impact hospitalier", même s'il est encore tôt pour évaluer celui-ci.

Le nombre de cas de Covid déclinait régulièrement depuis deux mois, après avoir atteint deux pics successifs ces derniers mois, sur fond d'essor du variant Omicron, l'un en janvier et l'autre au tout début du printemps.

Mais l'épidémie recommence à progresser depuis quelques jours. La moyenne des cas sur sept jours, indicateur qui permet de lisser des variations anormales, est en hausse depuis lundi et s'inscrit désormais aux environs de 20.000 nouveaux cas quotidiens.

Pourquoi cette reprise ? "C'est toujours délicat d'apporter une réponse avec une cause unique", a admis M. Spaccaferri, évoquant "une moins bonne application des gestes barrières" ainsi que "l'impact de la diffusion de BA.4 et BA.5".

Ces nouvelles incarnations du variant Omicron, potentiellement plus contagieuses que les précédentes, sont notamment devenues majoritaires en Afrique du Sud et au Portugal où elles ont provoqué de récentes vagues de cas, désormais stabilisées.

En France, les deux gagnent du terrain même si elles restaient minoritaires dans les chiffres arrêtés à la semaine dernière:  moins de 1 % des nouveaux cas pour BA.4 et 5 % pour BA.5.

Les experts de Santé publique France ont toutefois noté que l'expérience de l'Afrique du Sud et du Portugal était a priori rassurante, puisque ces deux pays n'ont pas connu de vagues massives d'hospitalisations et de décès. "A ce jour, il n'y a pas de signal qui laisse penser que BA.4 ou BA.5 sont plus sévères que les autres lignages d'Omicron", a remarqué l'épidémiologiste Anna Maisa.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

L’Assemblée vote l' "accès direct " des patients à des infirmiers : " un retour au XIXe siècle " selon des médecins à Besançon

L'Assemblée nationale a adopté dans la nuit de mercredi à jeudi l'ouverture d'un "accès direct" des patients aux infirmiers en pratique avancée (IPA), l'une des mesures d'une proposition de loi sur l'accès aux soins vivement critiquée notamment par le collectif Médecin pour demain à Besançon.

L’œil de la Diet : la galette de riz, est-elle si bonne pour la santé ?

CONTRIBUTION • On la croyait bonne, quoiqu'un peu "polystyrèné", on la croyait top pour la santé et la perte de poids, on la croyait efficace... Ce mois de janvier 2023, Valentine Caput, diététicienne à Besançon, nous parle de la galette de riz, ce trophée de l’innovation à la sauce… supercherie.

Hiver très doux : Atmo Bourgogne Franche-Comté commence déjà ses prélèvements polliniques dans l’air !

En raison d’un hiver particulièrement doux, certains arbres ont déjà démarré leur période de pollinisation en Bourgogne-Franche-Comté. Les premiers prélèvements pollinique ont donc démarré plus tôt que d’habitude pour Atmo BFC, avec la remise en service des capteurs le lundi 9 janvier dernier. Les premiers résultats sont attendus pour ce vendredi 20 janvier.

En BFC, les chutes des personnes âgées représentent près de 8.000 hospitalisations et 600 décès par an

L’Agence Régionale de Santé, le Pôle de gérontologie et d’innovation (PGI) Bourgogne-Franche-Comté et la Carsat sont mobilisés dans le plan antichute des personnes âgées, lancé officiellement à l’échelle régionale, ce jeudi 12 janvier 2023 à Dijon.

Médecins libéraux : la grève continue en cette " semaine du burn out "

La grève des médecins portée par le collectif Médecins pour Demain continue, selon un communiqué du 9 janvier 2023, sous la forme d'une grève de la PDSA (permanence des soins ou grève des gardes), dont on a moins parlé que la fermeture des cabinets. Elle dure depuis le début du mois de décembre 2022 et sollicite les services de l'Etat dans des processus de réquisition quotidiens.

Les arrêts maladie Covid sans jour de carence prolongés jusqu’à fin 2023

Les salariés positifs à la Covid-19 et qui ne peuvent pas télétravailler peuvent bénéficier d'arrêts maladie indemnisés sans vérification des conditions d'ouverture de droits et sans délai de carence. Les indemnités journalières pour ces salariés ainsi que pour les agents publics malades de la Covid-19 sont versées dès le premier jour d'arrêt et jusqu'au 31 décembre 2023 au plus tard.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.54
couvert
le 31/01 à 0h00
Vent
0.32 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
94 %