Frais bancaires de succession : "des facturations à prix d’or sur le pécule des morts" selon l'UFC Que choisir

Publié le 29/10/2021 - 10:46
Mis à jour le 20/06/2023 - 14:21

Dans un communiqué du 29 octobre 2021, à quelques jours de la Toussaint, l’UFC-Que Choisir s’est penchée sur la tarification ignorée des frais de succession, mais à l’origine d’une manne bancaire d’au moins 150 millions d’euros. Au regard du caractère jugé confiscatoire des tarifs pratiqués en France qui atteignent 233 euros en moyenne, un niveau jusqu’à trois fois plus élevé que celui pratiqué chez nos voisins européens, l’association presse les pouvoirs publics d’intervenir au plus vite.

 © martaposemuckel/Pixabay
© martaposemuckel/Pixabay

Les frais bancaires de succession sont prélevés pour la clôture du compte du défunt. Ils rémunèrent le traitement des opérations administratives jusqu’au transfert des avoirs aux héritiers (principalement la réception de l’acte de décès, l’inventaire des fonds et la gestion des mouvements post-mortem sur le compte).

Alors que les brochures tarifaires des établissements bancaires ne permettent pas toujours aux consommateurs d’identifier aisément des frais auxquels leur descendance seront nécessairement confrontés au moment de leur décès, l'UFC Que choisir dénonce le lobby bancaire refusant l’exigence de transparence sur ce que leur coûte et leur rapporte ces opérations. Preuve en est, alors que le Comité consultatif du secteur financier devait s’y pencher spécifiquement, ce lobby a obtenu de Bercy de reporter sine die lesdits travaux, rapporte l'UFC. "Ce mutisme est d’autant moins acceptable lorsque l’on sait que l’effectivité de la concurrence sur les frais de succession, argument invoqué par les gouvernements successifs aux 33 questions parlementaires appelant à leur encadrement au cours de la dernière décennie, est démentie par les faits", affirme l'association de consommateurs.

Des frais en moyenne de 233 euros et en forte croissance

Pour pouvoir fixer les idées sur la réalité des pratiques des banques en termes de frais de succession, l’UFC-Que Choisir a passé au peigne fin les brochures tarifaires des 21 établissements représentatifs du secteur (selon le Rapport annuel de l’Observatoire des tarifs bancaires 2021, CCSF). L'analyse de l'association révèle que ces frais, facturés au forfait et/ou en proportion des avoirs, atteignent en moyenne 233 euros (moyenne réalisée pour un héritage type de 20.000 euros), pour un marché global pour les banques estimé à 150 millions d’euros. "Cette moyenne masque toutefois d’énormes disparités – mettant en évidence que ces frais échappent à toute logique économique – puisqu’ils varient du simple (120 euros au Crédit mutuel Centre Est Europe) au quadruple (527 euros au LCL) selon les établissements", précise l'UFC.

Et d'ajouter : "L’idée selon laquelle ces prix sont totalement déconnectés des coûts réellement supportés par les banques est renforcée par leur forte dynamique inflationniste. En comparaison aux mêmes frais bancaires de succession pratiqués en 2012, les chiffres montrent une progression de 28 % depuis, soit trois fois plus que l’inflation sur la période (la palme revenant à BNP Paribas avec une explosion de 263 %)."

La facturation des frais de succession peut également dépasser les seules clôtures de compte : "un quart des banques n’hésite ainsi pas à rogner davantage les fonds s’ils sont destinés à alimenter des comptes détenus chez la concurrence. En effet, si l’héritier n’est pas un de leur client, les virements sont facturés à prix d’or (145 euros, en moyenne) alors que ce service est habituellement gratuit pour les vivants !" affirme l'UFC.

Une comparaison européenne qui confirmerait "la voracité des banques françaises"

L'association de consommateurs a étendu le recensement des pratiques des banques en termes de frais de succession aux établissements présents chez nos voisins européens. "Cette comparaison permet d’identifier que les frais subis dans l’hexagone sont deux fois supérieurs à ceux pratiqués en Belgique ou en Italie (respectivement 107 euros (7) et 112 euros) et même trois fois plus élevés qu’en Espagne (80 euros). Au-delà des coûts, chacun perçoit que ce sujet bien spécifique touche à une question plus profonde qui est celle de la moralité des frais bancaires de succession."

À cet égard, il est pertinent de noter que l’Allemagne les a tout simplement déclarés illégaux.

"À défaut d’espérer un acte d’une telle superbe en France, et face à une incapacité patente du marché à générer une quelconque modération des frais bancaires de succession", l’UFC-Que Choisir demande leur strict encadrement, qui nécessite, à minima, leur plafonnement à un niveau couvrant les coûts réellement supportés par les banques.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

ufc que choisir

Fin du tarif règlementé du gaz : les conseils de l’UFC Que choisir de Besançon…

À partir du 1er juillet 2023, le prix du gaz ne sera plus règlementé. Qu’est-ce ça change pour les consommateurs ? Que faut-il faire ? quels sont les pièges à éviter ? Benjamin Capelli, juriste de l’association de consommateurs UFC Que choisir du Doubs, réponds à toutes nos questions.
 

Inflation et crise énergétique : les conseils de l’UFC Que choisir du Doubs pour faire des économies

Depuis quelques mois, les factures d’énergie explosent et les prix des produits alimentaires ne cessent d’augmenter de quoi vider les porte-monnaies à vitesse grand V sans pour autant exagérer dans sa consommation. Nous avons rencontré Benjamin Capelli, juriste pour l’association UFC Que choisir du Doubs à Besançon afin qu’il nous donne des conseils pour éviter de se ruiner davantage.

Internet, marché de Noël, livraisons… Les achats de Noël en 4 questions à l’UFC Que choisir du Doubs

Depuis plusieurs semaines, les Franc-Comtoises et les Francs-Comtois dépense leur argent pour acheter des cadeaux de Noël. Sur Internet, sur les marchés de Noël, dans les magasins... Jean-Pierre Courtejaire, président de l'association UFC Que choisir du Doubs, met garde contre certaines pratiques et rappelle les droits des consommateurs. 

Nutri-score D et E : “Gare aux fausses interprétations !” alerte l’UFC Que Choisir

L’UFC Que choisir organise ce mois de mai 2022 une campagne de communication en faveur du Nutri-score, étiquetage affichant la qualité nutritionnelle des produits alimentaires. L’association met en garde sur les mauvaises interprétations, notamment sur les aliments traditionnels de Bourgogne-Franche-Comté.

Le Comté sous le feu des questions de l’UFC Que Choisir

UFC Que Choisir • Pour reprendre un ancien slogan. Ici , dans la région, « le Comté, on l’aime sans compter ! » L’association de consommateurs UFC Que Choisir du Doubs, s’est penché sur les particularités de ce fromage si typique et presque universel. Spécificités du Comté et enjeux d’avenir : Jean-Pierre Courtejaire a répondu à nos questions

Le Mont d’Or sous le feu des questions de l’UFC Que Choisir

UFC Que Choisir • Froid ou en « boîte chaude » ? On connaît la saisonnalité et la typicité du Mont d’Or L’association de consommateurs, l’UFC Que Choisir du Doubs, s’est penché sur les spécificités de ce fromage de notre terroir. Spécificités, rareté , garanties de qualité, et même vertus ! Voici tout ce que vous devez savoir sur le célèbre Mont d’Or grâce à Jean-Pierre Courtejaire.

Internet mobile : l’UFC Que Choisir lance une appli pour connaitre la qualité du réseau

L’UFC-Que Choisir lance l’application gratuite Queldébit permettant aux utilisateurs de tester la qualité de leur connexion à l’Internet mobile où il se trouve. Une initiative qui n’est pas sans rappeler l’appli TaDuRézo lancée à l’automne dernier en Bourgogne-Franche-Comté…

Economie

Bientôt un KFC à Chalezeule

EXCLU • L’enseigne américaine de restauration rapide KFC, spécialisée dans le poulet frit, continue son implantation non loins de Besançon. Après une première enseigne ouverte dans la zone commerciale de Châteaufarine puis une seconde au coeur de la boucle bisontine, KFC ouvrira prochainement un nouveau restaurant dans la commune de Chalezeule. 

Christophe Grudler au lancement d’Ariane 6 : ”Ce succès va permettre à l’Europe de retrouver son accès autonome à l’espace”

Le député européen terrifortain, Christophe Grudler (MoDem / Renew Europe), spécialiste des questions spatiales au Parlement européen, a assisté au succès du vol de qualification d’Ariane 6 mardi 9 juillet 2024 du port spatial de l’Europe à Kourou. Seul représentant des institutions de l’Union européenne sur place, il appelle à généraliser la préférence pour un lanceur européen, pour les lancements de satellites européens.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 21.41
légère pluie
le 16/07 à 12h00
Vent
5.99 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
69 %