Hôpital de Belfort : une vingtaine d'employés non-vaccinés risquent la radiation

Publié le 07/12/2021 - 14:04
Mis à jour le 07/12/2021 - 14:04

Une vingtaine d’employés de l’hôpital de Belfort qui refusent la vaccination, dont une minorité de soignants, risquent d’être radiés à la mi-décembre, a indiqué mardi 7 décembre la direction de l’établissement où le « plan blanc » a été déclenché face à la 5e vague de Covid-19.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

"Nous appliquons la loi depuis le 9 août dernier, à savoir respecter l'obligation vaccinale" qui est "exigible depuis le 15 septembre", a déclaré lors d'un point presse le directeur de l'Hôpital Nord-Franche-Comté (HNFC), Pascal Mathis.  "On a été amenés dans un premier temps à suspendre (sans salaire) une cinquantaine de professionnels", dont une trentaine, "depuis, se sont faits vacciner", a poursuivi M. Mathis.

"A ce jour, nous avons 21 professionnels" toujours "suspendus", parmi lesquels "trois ou quatre" soignants, qui "n'ont pas respecté ou ne veulent pas respecter le schéma vaccinal complet" et risquent donc d'être radiés de l'hôpital le 15 décembre, a détaillé le directeur. A l'exception d'une infirmière, la situation des soignants semble toutefois en passe d'être régularisée.

"Accompagnés en permanence"

Pour ceux "qui ne veulent absolument pas se faire vacciner", l'objectif, c'est de "pouvoir occuper un emploi le plus rapidement possible" mais "ailleurs que dans le milieu de la santé", a poursuivi M. Mathis, qui insiste sur le fait qu'ils sont "accompagnés en permanence". Il faut trouver "ensemble une solution de sortie au cours des prochaines semaines" afin qu'ils "puissent porter un nouveau projet" personnel "et que nous, au niveau de l'hôpital, on puisse les remplacer", a insisté le directeur.

"On devrait pouvoir apporter une réponse probante à toutes les solutions de suspension"

Il faut que "le moins de professionnels possible se retrouvent dans une situation de déshérence, sans avenir, sans projet alors même qu'ils ne pourront pas revenir à l'hôpital aussi longtemps qu'ils ne seront pas vaccinés", a-t-il dit. "On devrait pouvoir apporter une réponse probante à toutes les solutions de suspension", a encore estimé le directeur du HNFC, qui, à l'image de nombreux autres établissements hospitaliers, a déclenché mardi son "plan blanc", un dispositif qui permet la déprogrammation d'opérations non urgentes et de solliciter des renforts de personnels. C'est la troisième fois depuis le début de l'épidémie de Covid-19 que l'hôpital franc-comtois le déclenche.

L'établissement, qui accueille une cinquantaine de patients Covid -- dont une dizaine en réanimation, principalement des non-vaccinés --, va également réduire le nombre des visiteurs à un par malade, a annoncé M. Mathis.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

La ville de Dijon accueillera le Téléthon 2022

François Rebsamen, maire de Dijon, président de Dijon métropole, représenté par Nathalie Koenders, première adjointe au maire de Dijon, en présence de Stéphanie VacherotT, conseillère municipale déléguée en charge du handicap et de l’inclusion, et Laurence Tiennot-Herment, présidente de l’association AMF-Téléthon, a lancé lundi 14 novembre 2022 la mobilisation dijonnaise pour l’édition 2022 du Téléthon.

Doubs : deux " vendredis de la santé ", pilotés par l’ARS, se tiendront à Besançon et Pontarlier

Médecin traitant, continuité des soins, attractivité des métiers de la santé, prévention : autant de mots-clés évoquant les grands enjeux de la santé aujourd’hui pour les Français. Des défis qui sont aussi les points de départ d'une réflexion voulue par le président de la République dans le cadre du Conseil national de la refondation en santé. Ce CNR Santé ouvre une vaste concertation au plus près du terrain dans toutes les régions. En Bourgogne-Franche-Comté, elle se tient à partir du 18 novembre et jusqu’au 9 décembre.

Crise " sans précédent " au CHU de Besançon : le Collectif de défense de la santé du Doubs tire la sonnette d’alarme

Dans un communiqué du 13 novembre 2022, le CoDéS 25, Collectif de défense de la santé du Doubs, alerte la population et les pouvoirs publics sur "l’état de crise sans précédent" que subit le CHU de Besançon. Il affirme par la même occasion rejoindre l’appel lancé par Laurent Thinès, neurochirurgien et chef de service en Neurochirurgie et chirurgie de la douleur et du rachis au CHU de Besançon, membre des collectifs inter-hôpitaux, à "un sursaut citoyen pour ne pas accepter l’agonie du système de santé en France".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.19
légère pluie
le 28/11 à 12h00
Vent
5.02 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
95 %