L'affaire Daval, mécanique d'une "ultramédiatisation"

Publié le 23/11/2020 - 10:15
Mis à jour le 23/11/2020 - 09:53

De la prétendue disparition d’une joggeuse en plein mouvement #MeToo au procès hors norme, l’affaire Daval a fasciné les médias avec une partie civile omniprésente, de multiples rebondissements et une dramaturgie soigneusement entretenue par les chaînes d’information en continu.

La famille Fouillot après l'énoncé du verdict à Vesoul le 21 novembre 2020 © TL
La famille Fouillot après l'énoncé du verdict à Vesoul le 21 novembre 2020 © TL
"Tout ce qui fait l'affaire Daval, c'est la médiatisation" : a lancé face aux jurés Me Randall Schwerdorffer, l'avocat de Jonathann Daval, condamné samedi à 25 années de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Haute-Saône après six jours d'un procès d'une rare intensité.

Parties civiles omniprésentes dans les médias, multiples reportages, mini-série à succès diffusée en plein procès par BFMTV, grands formats, torrents de commentaires sur les réseaux sociaux...

Comment ce fait divers conjugal et provincial est-il devenu une success story médiatique nationale? Quand et pourquoi les médias entrent-ils en scène?

Mensonges

"La médiatisation est arrivée à la première journée des battues" organisées le 29 octobre 2017 pour retrouver Alexia dont le corps sans vie sera découvert le lendemain, se souvient Isabelle Fouillot, la mère de la victime, interrogée samedi sur BFMTV, chaîne qui a consacré d'importants moyens et de longues heures d'antenne à l'affaire et au procès.

"Les caméras sont arrivées sur ce mensonge de joggeuse" disparue, inventé par Jonathann Daval pour maquiller le meurtre de sa femme, a-t-elle rappelé.

L'affaire de la "joggeuse disparue" aimante les médias. Dans l'inconscient collectif, "la disparition d'une joggeuse implique un prédateur" qui rôde, analyse Me Schwerdorffer.

Des photos d'Alexia diffusées dans la presse montrent le visage d'une jolie fille souriante à laquelle chacun peut s'identifier. "Alexia était la fille de tout couple français. Une fille simple", a résumé dimanche, toujours sur BFMTV, son père, Jean-Pierre Fouillot.

L'instruction, scrutée par la presse, sera ponctuée de multiples coups de théâtre qui donneront autant de coups de fouet médiatiques à l'affaire.

Premier d'entre eux, l'arrestation en janvier 2018 de Jonathann Daval. Trois mois auparavant, son visage de veuf éploré baigné de larmes avait ému la France entière. Son placement en garde à vue fait l'effet d'une bombe médiatique. Sa puissance est décuplée par le mouvement #MeToo qui bat alors son plein.

L'affaire prend même une dimension politique lorsque Me Randall Schwerdorffer évoque pendant la garde à vue la personnalité, supposée "écrasante", d'Alexia. Marlène Schiappa, alors secrétaire d'Etat en charge de l'Égalité entre les femmes et les hommes, dénonce aussitôt un "victim blaming".

"Chaudron médiatique"

Les incessantes volte-face de Jonathann Daval durant l'instruction alimentent la chronique avec deux temps forts : lorsqu'il accuse son beau-frère Grégory Gay d'être le meurtrier d'Alexia, puis lorsqu'il avoue de nouveau, s'agenouillant devant Isabelle Fouillot au cours d'une confrontation bouleversante face au juge d'instruction.

"Ses mensonges successifs ont contribué à la médiatisation de cette affaire", a souligné à l'audience Me Gilles-Jean Portejoie, l'un des avocats des parties civiles.

Le procès Daval, labellisé "Grand Procès" par le ministère de la Justice, aura concentré aussi pendant six jours plusieurs dizaines de journalistes d'une quarantaine de médias dans le huis clos du petit tribunal judiciaire de Vesoul. Un véritable chaudron médiatique en plein confinement.

Dans ce procès aussi, les parties civiles, meurtries mais dignes, ont joué les premiers rôles.

"Grégory"

Isabelle Fouillot a incarné leur visage. S'exprimant inlassablement, matin et soir, ainsi qu'à pratiquement chaque suspension d'audience face à un mur de caméras et de micros, l'élégante sexagénaire aura inlassablement défendu la mémoire de sa fille.

Quant aux avocats, ils ont développé face caméras leurs thèses, véritables plaidoiries bis qui, s'ajoutant aux nombreuses fuites qui avaient jalonné l'instruction, ont eu le don d'agacer l'avocat général, Emmanuel Dupic.

"Ce procès est d'abord un procès médiatique dans lequel peuvent s'exprimer les parties civiles et la défense", a-t-il déploré dans son réquisitoire, appelant le "législateur à revenir sur ce déséquilibre" entre la défense et le ministère public.

Paradoxalement, c'est devant les caméras et les micros que le magistrat a réitéré ses critiques, alors que la cour venait de se retirer pour délibérer.

En magistrat expérimenté, le président de la Cour, Matthieu Husson, avait averti d'emblée les jurés : "vous ne devez pas être jugé différemment parce que cette affaire a connu un retentissement particulier", promettant "l'impartialité" à Jonathann Daval.

Dimanche, Jean-Pierre Fouillot a fait le rapprochement entre la mort de sa fille et un autre grand fait divers qui continue de fasciner, 36 ans après : "le visage d'Alexia restera, comme celui du petit Grégory". C'était sur BFMTV.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

affaire daval

“Je voulais qu’elle se taise”: sortie du livre de l’avocat de Jonathann Daval

Me Randall Schwerdorffer, l’avocat bisontin de Jonathann Daval, condamné pour le meurtre de sa femme Alexia, livre son récit et son analyse de « l’affaire Daval » dans un ouvrage coécrit avec le journaliste Frédéric Gilbert et qui paraît ce jeudi  14 octobre 2021.

Affaire Daval : plus de 800.000 euros réclamés par la famille d’Alexia

Mise à jour • La famille d’Alexia Daval a réclamé lundi 22 février 2021 devant la cour d’assises de la Haute-Saône plus de 800.000 euros de dommages et intérêts à Jonathann Daval, condamné à 25 ans de réclusion criminelle en novembre pour le meurtre de son épouse. La cour rendra sa décision le 25 mai 2021 à Vesoul.

La question des indemnités réclamées par la famille d’Alexia examinée lundi

Affaire Daval • « Justifiées » pour les parties civiles, « disproportionnées » pour la défense : la justice est saisie ce lundi 22 février 2021 à Vesoul de la question des indemnités réclamées par la famille d’Alexia à Jonathann Daval, condamné fin novembre à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son épouse.

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.55
légère pluie
le 15/04 à 21h00
Vent
7.91 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
58 %