L'OMS surveille un nouveau variant, baptisé "Mu"

Publié le 01/09/2021 - 15:03
Mis à jour le 03/09/2021 - 15:56

L’Organisation mondiale de la santé  surveille un nouveau variant du coronavirus, baptisé « Mu », qui a été identifié pour la première fois en Colombie en janvier. L’OMS précise que le variant présente des mutations qui pourraient indiquer un risque d’« échappement immunitaire » (résistance aux vaccins), et souligne que des études supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre ses caractéristiques.

 © Gesalt CC0
© Gesalt CC0

Le nouveau variant du coronavirus, baptisé Mu,  est pour le moment « peu présent en France », a indiqué vendredi l’agence Santé publique France.

Et sa présence « ne semble pas avoir augmenté récemment » dans le pays, de même qu’ailleurs en Europe, a-t-elle souligné. « Les données sont encore parcellaires« , a indiqué Sibylle Bernard-Stoecklin. « Détecté très sporadiquement en Europe« , il ne l’est pas en France « à ce jour« , a-t-elle poursuivi.

Le variant - B.1.621 d'après la nomenclature scientifique - a pour l'instant été classé comme "variant à suivre", a précisé l'OMS dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire sur l'évolution de la pandémie.

Tous les virus, y compris le SARS-CoV-2 responsable du Covid-19, mutent avec le temps. La plupart des mutations n'ont que peu ou pas d'incidence sur les propriétés du virus.

Cependant, certaines mutations peuvent affecter les propriétés du virus et influer, par exemple, sur la facilité avec laquelle il se propage, la gravité de la maladie qu'il entraîne ou l'efficacité des vaccins, des médicaments, des outils de diagnostic ou des autres mesures sociales et de santé publique.

L'apparition, fin 2020, de variants qui présentaient un risque accru pour la santé publique mondiale a conduit l'OMS à caractériser des variants à suivre et des variants préoccupants, afin de hiérarchiser les activités de surveillance et de recherche au niveau mondial.

L'OMS a décidé de nommer les variants à suivre ou préoccupants à l'aide de lettres de l'alphabet grec, afin d'éviter toute stigmatisation d'un pays en particulier et de permettre au grand public de prononcer les noms plus facilement.

Actuellement, l'OMS considère que quatre variants sont préoccupants, dont les variants Alpha, présent dans 193 pays, et Delta, présent dans 170 pays, tandis que cinq autres variants sont à suivre (y compris Mu).

"Bien que la prévalence mondiale du variant Mu parmi les cas séquencés ait diminué et soit actuellement inférieure à 0,1%, sa prévalence en Colombie (39%) et en Equateur (13%) a constamment augmenté", a expliqué l'OMS.

"Mu est la variante prédominante en Colombie et c'est elle qui est responsable de la troisième vague" de contaminations d'avril à juin 2021, a déclaré sur une radio locale une responsable de l'Institut national de santé, Marcela Mercado."Plus ou moins 60% des décès que nous avons séquencés sont de cette lignée", a expliqué Mme Mercado.

Les contaminations et les décès ont atteint entre avril et juin 2021 un niveau record, avec alors jusqu'à 700 décès par jour, et un système hospitalier au bord de l'effondrement. Le variant B.1.621, selon la nomenclature scientifique, a été classé fin août comme "variant à suivre" par l'Organisation mondiale de la santé. Il est apparu pour la première fois sur la côte atlantique de la Colombie en janvier.

Contagieux et résistant au vaccin

Selon l'OMS, ce variant présente des mutations qui pourraient indiquer un risque d'"échappement immunitaire" (de résistance aux vaccins), et des études supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre ses caractéristiques. "Il a déjà été identifié dans plus de 43 pays et a démontré une forte contagiosité", a rappelé Marcela Mercado.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

L’efficacité de certains antidépresseurs remise en cause par une étude

Une étude scientifique qui ne manque pas de faire parler. L'intérêt des antidépresseurs serait remis en cause, car la dépression n'est pas liée à un déséquilibre chimique. La thèse, récemment soutenue par une psychiatre britannique, est largement contestée, mais cette polémique a l'intérêt d'illustrer les difficultés rencontrées pour comprendre cette maladie.

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Canicule : les déchetteries du Sybert adaptent leurs horaires d’ouverture

Les épisodes de fortes chaleurs se multiplient. Pour le confort des usagers et la sécurité de son personnel, le Sybert informe qu'il adaptera les horaires d’ouverture des déchetteries en fonction des alertes Météo France liées aux épisodes caniculaires. Ce sera la cas ce mercredi 3 et jeudi 4 août 2022. 

Don du sang : l’EFS appelle la population à se mobiliser, une « urgence vitale »

L’EFS publie pour la seconde fois de son histoire, et ce à moins de 6 mois d’intervalle, un bulletin d’urgence vitale. Le niveau des réserves de sang de la France est historiquement bas, une situation critique qui pourrait se révéler dangereuse à court terme pour soigner les patients, selon un communiqué fin juin dernier.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 25.99
nuageux
le 17/08 à 12h00
Vent
2.88 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
54 %

Sondage