Coronavirus : prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 24 juillet

Publié le 02/05/2020 - 15:44
Mis à jour le 02/05/2020 - 16:25

"Vivre avec le virus" • Le gouvernement prolonge l’état d’urgence sanitaire de deux mois jusqu’au 24 juillet, a annoncé le ministre de la Santé, Olivier Véran, samedi 2 mai. La décision a été prise au cours d’un Conseil des ministres exceptionnel qui s’est tenu dans la matinée. Et pour la première fois en France, un chat a été testé positif au coronavirus, amenant l’École vétérinaire d’Alfort à recommander aux personnes malades une distanciation avec leurs animaux de compagnie.

© D Poirier ©
© D Poirier ©

Après un 1er-Mai confiné pour cause du coronavirus, le Conseil des ministres s’est penché sur le projet de loi prorogeant l’urgence sanitaire à compter du 24 mai 2020. Son examen au Sénat est prévu dès lundi, avant qu’il ne soit transmis l’Assemblée nationale en vue d’une adoption définitive dans la semaine. Le texte précise notamment que les personnes arrivant sur le territoire national pourront être mises en quarantaine et placées à l’isolement, afin de lutter contre la propagation du virus. Il porte aussi sur la mise en œuvre d’un « système d’information » concernant les personnes malades et leur entourage pour une durée maximale d’un an.

Entré en vigueur le 24 mars dernier, l'état d'urgence est "prorogé" car une levée le 23 mai serait "prématurée", "les risques de reprise épidémique" étant "avérés en cas d'interruption soudaine des mesures en cours", indique le projet de loi.

"Nous allons devoir vivre pour un temps avec le virus", a déclaré Olivier Véran. "Apprendre à vivre avec le virus, voilà l'enjeu des prochains mois", a renchéri le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, à l'issue du Conseil des ministres qui s'est tenu durant plus de deux heures à l'Elysée.

Le texte précise que la mise en quarantaine et le placement à l'isolement, afin de lutter contre la propagation du virus, pourront intervenir "lors de l'arrivée sur le territoire national". Le coronavirus a tué depuis le 1er mars 24.594 personnes en France, dont 218 au cours des dernières 24 heures. La tension dans les services de réanimation s'est encore un peu allégée avec 141 personnes en moins, a fait valoir le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon.

Mais il y a encore beaucoup de flou autour des conditions du déconfinement prévu le 11 mai : la carte provisoire classant les départements en vert, rouge ou orange selon l'état de l'épidémie et des services de réanimation a été corrigée une première fois à cause d'erreurs de comptage qui ont suscité la grogne des élus locaux.

Rentrée "progressive"

Autre sujet de préoccupation : la réouverture des écoles. La  "majorité des écoles" maternelles et primaires seront au rendez-vous du 11 mai, a affirmé Jean-Michel Blanquer au Figaro, avec un maximum de 15 enfants par classe. Mais certains édiles ne veulent pas en entendre parler.

En Bourgogne-Franche-Comté, le recteur a indiqué vendredi que les classes ne rouvriront qu'à partir du 14 mai 2020

La maire de Nantes Johanna Rolland (PS) a prévenu qu'il ne serait "pas possible" que tous les enfants retournent à l'école le 11 mai et que la rentrée ne pourra être que "progressive".  Plusieurs maires de Seine-Saint-Denis ont aussi exprimé leur intention de ne pas rouvrir leurs établissements scolaires, inquiets de leur éventuelle responsabilité pénale en cas de contamination d'enfants, d'enseignants ou de personnels.

A Paris, la réouverture des écoles sera réservée, au moins dans un premier temps, "à un public prioritaire", c'est-à-dire aux enfants de certaines professions et aux élèves décrocheurs, a indiqué à l'AFP l'adjoint de la mairie en charge de l'éducation.

Protocole strict

Pour accueillir des élèves, les écoles devront respecter un protocole sanitaire très strict, dont les grandes lignes ont été dévoilées jeudi: lavage de mains répétés, jeux proscrits, désinfection du matériel, sens de circulation marqué au sol... un casse-tête pour les petites communes.

Masques obligatoires dans les transports

Autre source de tension en prévision du 11 mai: la vente des masques dont le port sera obligatoire dans les transports publics. A dix jours du déconfinement, le gouvernement a décidé de plafonner le prix de vente des masques chirurgicaux à 95 centimes l'unité, mais pas celui des masques en tissu, en raison de la diversité des modèles et de leur provenance.

L'objectif est "qu'une offre abondante de masques lavables et réutilisables à filtration garantie soit mise à disposition du public à un coût de l'ordre de 20 à 30 centimes d'euros à l'usage", a précisé le ministère de l'Economie dans un communiqué.

Dans la grande distribution, les masques à usage unique seront vendus à partir du 4 mai "à prix coûtant" et les masques en tissu "entre deux et trois euros", a assuré sur Franceinfo Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du Commerce et de la Distribution (FCD), se défendant d'avoir des constitué des "stocks cachés".

Trou de 2 milliards

Car face au grand nombre de masques annoncés à la vente par les enseignes, les ordres des professions de santé, qui ont toujours du mal à s'en procurer ont exprimé leur "consternation", des critiques relayées par une partie de la classe politique, notamment le chef de file des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, et celui du PS Olivier Faure. La sénatrice de Gironde Nathalie Delattre (Mouvement radical) a quant à elle demandé la constitution d'une commission d'enquête sur le sujet.

Sur le plan économique, la crise sanitaire continue ses ravages : la SNCF a subi un manque à gagner de deux milliards d'euros du fait du virus, a annoncé son PDG Jean-Pierre Farandou, envisageant un plan d'aide de l'Etat et des suppressions de postes.

Des difficultés économiques qui pèsent en faveur du déconfinement même si les soignants s'inquiètent de la possibilité d'une deuxième vague : "tout le monde est un peu préoccupé, l'hôpital a tenu la première fois mais si on devait avoir une deuxième vague on est morts", a prévenu sur Europe 1 Philippe-Gabriel Steg, cardiologue de l'hôpital Bichat.

Un chat testé positif pour la première fois en France

Et pour la première fois en France, un chat a été testé positif au coronavirus, amenant l'École vétérinaire d'Alfort à recommander aux personnes malades une distanciation avec leurs animaux de compagnie.

Selon l'École nationale vétérinaire d'Alfort, qui a fait cette découverte, le félin a vraisemblablement été infecté par ses propriétaires. L'animal présentait "des signes cliniques respiratoires et digestifs".

est une première en France alors que l'épidémie de coronavirus sévit depuis plusieurs semaines. Un chat a été testé positif au Covid-19 dans l'Hexagone, après avoir probablement été infecté par ses propriétaires, annonce l'École nationale vétérinaire d'Alfort (ENVA), à l'est de Paris. Elle recommande donc aux personnes malades d'appliquer une distanciation avec leur chat. "L'unité mixte de recherche en virologie de l’École nationale vétérinaire d’Alfort, de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) et de l’Inrae, en lien avec l’Institut Pasteur, a détecté le premier chat porteur du SRAS-CoV-2 en France", peut-on lire sur le site de l'ENVA.

Cette unité a mené des tests, avec l'aide des vétérinaires de la région parisienne, sur une dizaine de chats dont les propriétaires étaient possiblement contaminés. L'un des chats, situé "près de Paris", a été testé positif et présentait "des signes cliniques respiratoires et digestifs".

Un cas extrêmement rare

"À ce stade des connaissances scientifiques, il semble que les chats ne sont pas aisément infectés par le virus SRAS-CoV-2 même en contact avec des propriétaires infectés", indique toutefois l'ENVA, "avec seulement quatre chats naturellement infectés signalés dans le monde" jusqu'alors. Ces cas sont donc extrêmement rares.

"Il n'est pas forcément étonnant de retrouver un chat porteur de ce virus puisque cela a déjà été décrit, à Hong Kong (un cas), en Belgique (un cas) et à New York (deux cas) mais cela reste un phénomène rare puisque même en cherchant de manière pro-active, dans une région où le SARS-CoV-2 circule de manière importante, nous n'avons pour le moment détecté qu'un seul animal positif", précise Sophie Le Poder, professeure de virologie à l'ENVA et co-auteure de l'étude.

L’École recommande aux personnes malades du Covid-19 "de limiter les contacts étroits avec leur chat, de porter un masque en sa présence et de se laver les mains avant de le caresser", "afin de protéger leur animal familier". Malgré plusieurs études sur le sujet, il n'existe toujours aucune preuve que les rares animaux de compagnie infectés par le nouveau coronavirus puissent contaminer l'Homme en retour.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Déconfinement

Gestes barrière, attroupement, masque… Les ambassadeurs santé à la rencontre des Bisontines et des Bisontins jusqu’à Noël

Depuis la réouverture des commerces le 28 novembre dernier, des professionnels de santé, surnommés les ambassadeurs santé de la Ville de Besançon, déambulent dans le centre-ville afin de prévenir la population des gestes barrière pour éviter une troisième vague de la covid-19 pendant les fêtes.

Bons plans, petits prix et voyages gratuits* sur les TER en Bourgogne Franche-Comté et partout en France cet été

Pour relancer la fréquentation des trains, 11 régions de France métropolitaine (hors Ile-de-France et Corse) et la SNCF a lancé le 12 juin une grande opération de promotion « TER de France » : petits prix, offres tarifaires, Pass’ pour voyager gratuitement jusqu’à fin août avec un abonnement annuel.

Cartes bleues et consommation électrique : des indicateurs pour analyser la reprise d’activité

En juin 2020, l’activité en Bourgogne Franche-Comté a été inférieure de 12% par rapport à la normale selon une note de conjoncture de l’Insee qui utilise de nombreuses données pour analyser la reprise : de la consommation électrique des entreprises jusqu’aux montants des transactions par carte bancaire qui retrouvent un niveau (presque) habituel…

Santé

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Le CHU veut convaincre futurs internes de choisir Besançon pour étudier

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.11
partiellement nuageux
le 24/05 à 0h00
Vent
1.1 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
99 %