Covid-19 : coup d'arrêt pour l'hydroxychloroquine en France

Publié le 26/05/2020 - 16:15
Mis à jour le 26/05/2020 - 15:32

Le Haut conseil de la santé publique (HCSP) et l'Agence du médicament (ANSM) sont défavorables à l'utilisation de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19, comme traitement ou lors d'essais cliniques, après une étude pointant son inefficacité et ses risques, ont-ils annoncé mardi 26 mai 2020.

plaquenil-hydroxychloroquine-sanofi
©Sanofi ©

Dans un avis demandé par le ministère de la Santé, le HCSP recommande de "ne pas utiliser l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19" hors essais cliniques, que ce soit seule ou associée à un antibiotique. De son côté, l'Agence du médicament (ANSM) a annoncé avoir "lancé" la procédure de suspension "par précaution" des essais cliniques évaluant l'hydroxychloroquine chez les patients atteints de Covid-19. Ces avis suivent la parution d'une étude pointant l'inefficacité et les risques de ce médicament pour les malades du Covid-19.

La parution de cette étude dans la prestigieuse revue médicale The Lancet a déjà incité l'OMS (Organisation mondiale de la santé) à suspendre lundi 25 mai les essais cliniques qu'elle mène avec l'hydroxychloroquine dans plusieurs pays, par mesure de précaution. En France, en dehors des essais cliniques, l'usage de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 est autorisé à l'hôpital uniquement et seulement pour les cas graves sur décision collégiale des médecins.

"Les patients en cours de traitement avec de l'hydroxychloroquine dans le cadre de ces essais cliniques pourront le poursuivre jusqu'à la fin du protocole"

Samedi, à la lumière de l'étude du Lancet, le ministre de la Santé Olivier Véran avait saisi le HCSP pour qu'il lui propose "une révision des règles dérogatoires de prescription", fixées par un décret. Dans son avis très attendu, le HCSP recommande "de ne pas utiliser l'hydroxychloroquine seule ou associée à un macrolide (une famille d'antibiotiques, ndlr) dans le traitement du Covid-19". Il préconise également "d'évaluer le bénéfice/risque de l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans les essais thérapeutiques", et "de renforcer la régulation nationale et internationale des différents essais évaluant l'hydroxychloroquine dans le Covid-19".

De son côté, la suspension dans les essais cliniques souhaitée par l'ANSM prendra effet après un délai de 24 heures de procédure contradictoire auprès des organisateurs de ces essais. Seize essais ont été autorisés en France pour évaluer l'efficacité de l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid. "Les patients en cours de traitement avec de l'hydroxychloroquine dans le cadre de ces essais cliniques pourront le poursuivre jusqu'à la fin du protocole", ajoute l'ANSM.

L'étude du Lancet qualifiée de "foireuse" par le Pr Raoult

Dérivé de la chloroquine (médicament contre le paludisme), l'hydroxychloroquine est prescrite pour lutter contre des maladies auto-immunes, le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde. Elle fait partie des nombreux traitements testés depuis le début de l'épidémie de nouveau coronavirus, mais son utilisation dans ce cas fait l'objet d'une vive polémique. L'un de ses principaux promoteurs est le professeur Didier Raoult, de l'Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée-Infection à Marseille, qui l'utilise chez des patients atteints de forme mineures, en association avec un antibiotique de la famille des macrolides, l'azithromycine. Dans une vidéo mise en ligne lundi, le Pr Raoult a jugé que l'étude du Lancet était "foireuse" et rejeté ses conclusions.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Gestes barrière, attroupement, masque… Les ambassadeurs santé à la rencontre des Bisontines et des Bisontins jusqu’à Noël

Depuis la réouverture des commerces le 28 novembre dernier, des professionnels de santé, surnommés les ambassadeurs santé de la Ville de Besançon, déambulent dans le centre-ville afin de prévenir la population des gestes barrière pour éviter une troisième vague de la covid-19 pendant les fêtes.

Covid-19: le vaccin Moderna dans la dernière ligne droite

Le laboratoire américain Moderna va déposer lundi 30 novembre 2020 des demandes d'autorisations de son vaccin contre le Covid-19 aux Etats-Unis et en Europe, faisant de plus en plus miroiter de premières vaccinations possibles dès le mois de décembre face à une pandémie toujours en pleine expansion.

Covid-19 : une lente décrue en Bourgogne Franche-Comté

2e vague • Le pic de la seconde vague a été plus élevé cet automne par rapport au printemps 2020 en Bourgogne Franche-Comté avec 1.899 personnes hospitalisées le 23 novembre pour des formes graves du Coronavirus contre 1.380 le 17 avril 2020. Dimanche, on dénombrait toujours plus de 1.700 patients hospitalisés dans la région qui reste dans une situation sanitaire "fragile" selon l'agence régionale de Santé.

Santé

Covid-19 : pas d’amélioration de la situation sanitaire en Bourgogne Franche-Comté

L'agence régionale de santé indique que le ralentissement de la circulation du virus "marque le pas" dans la région où "les indicateurs épidémiologiques se maintiennent à un niveau encore bien trop élevé." En moyenne, près de 80 personnes sont hospitalisées pour des formes graves de la COVID-19, entre 10 et 11 en réanimation.

Premiers tests antigéniques pour les personnels de l’éducation en Franche-Comté

+ de 150 personnels dépistés • La campagne des tests antigéniques a démarré dans les établissements scolaires de l'académie de Besançon à l'adresse des personnels qui le souhaitent. Une cinquantaine d'infirmiers se sont portés volontaires au sein de teams "tests antigéniques" qui vont se déployer dans un premier temps jusqu'aux vacances de Noël.

Gestes barrière, attroupement, masque… Les ambassadeurs santé à la rencontre des Bisontines et des Bisontins jusqu’à Noël

Depuis la réouverture des commerces le 28 novembre dernier, des professionnels de santé, surnommés les ambassadeurs santé de la Ville de Besançon, déambulent dans le centre-ville afin de prévenir la population des gestes barrière pour éviter une troisième vague de la covid-19 pendant les fêtes.

J. Castex appelle les Français à se faire vacciner, « un acte altruiste »

+ jauge recommandée pour les fêtes • Jean Castex a appelé jeudi 3 décembre 2020 les Français à être "les plus nombreux possible" à se faire vacciner, "un acte altruiste", en exposant la stratégie vaccinale contre le Covid-19, une marche décisive que l'exécutif ne veut pas rater dans la lutte contre l'épidémie, après avoir trébuché sur les masques et les tests.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.32
couvert
le 05/12 à 21h00
Vent
1.16 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
94 %

Sondage