La Suisse prudente face aux vaccins contre la Covid-19

Publié le 07/12/2020 - 18:32
Mis à jour le 07/12/2020 - 18:32

Contrairement à de nombreux autres pays occidentaux, la Suisse, qui ne dispose pas de procédure d’homologation en urgence, ne devrait pas commencer à vacciner sa population avant 2021.

 ©
©

Les gros volumes qui permettront de vacciner plus largement la population du pays, qui compte 8,6 millions d'habitants, ne sont pas attendus rapidement. A terme, Berne "espère" vacciner quelque 70.000 personnes par jour.

Cette prudence est-elle justifiée ? Voici les réponses apportées par la directrice du centre de vaccinologie des Hôpitaux universitaires de Genève, Claire-Anne Siegrist, surnommée "la papesse du vaccin" par les médias suisses.

La Suisse va commencer à vacciner plus tard que d'autres pays occidentaux. Pourquoi ?

Claire-Anne Siegrist  : La Suisse n'a pas une procédure d'autorisation d'urgence, même en cas de pandémie. C'est ça la plus grande différence.

Notre autorité d'homologation des vaccins, Swissmedic, demande davantage de données pour des nouveaux vaccins que celles qui peuvent être considérées comme suffisantes pour une autorisation d'utilisation en urgence par les agences européennes ou américaines.

Pour être clair, les agences européennes et américaines demandent deux mois de suivi. Alors qu'en Suisse, on garde la règle habituelle qui est de dire: on suit plus longtemps que 2 mois.

Habituellement, c'est jusqu'à la fin de l'essai de phase 3, qui est, par définition, de 6 mois.

Cette prudence est-elle justifiée ?

Quand on a 4-5 mois de suivi, on est beaucoup plus tranquille que quand on n'a que 2 mois. C'est une sécurité supplémentaire qui en Suisse répond à la demande d'une grande partie de la population d'avoir plus d'informations.

Aujourd'hui, cette prudence est justifiée parce que, en Suisse, nous ne sommes pas dans la situation catastrophique des Etats-Unis.

On a le même virus partout, mais on a réussi à le limiter avec des mesures contraignantes pour la vie individuelle, pour l'économie, etc.

Dans 2 mois, j'aurais très envie qu'on puisse commencer à vacciner parce qu'on aura les données, et ça m'agacerait beaucoup si pour des raisons bureaucratiques, il fallait attendre et attendre une autorisation.

Pouvoir se donner un ou deux mois de plus, pour voir s'accumuler les données à prendre des pays qui vont commencer à vacciner plus tôt et voir que tout se passe bien, ça me paraît raisonnable aujourd'hui dans la situation de la Suisse.

Quel est le rôle joué par le mouvement anti-vaccins ?

Cette proportion n'est pas plus grande en Suisse qu'ailleurs. Elle est beaucoup plus faible qu'en France.

Elle est très active sur les réseaux sociaux mais pas très grande. Par contre, il y a une grande proportion de la population qui est dans le doute complet pour une raison simple que je partage: on n'a eu que des communiqués de presse (des groupes pharmaceutiques, ndlr).

En Suisse, cette grande proportion de la population - de 30 à 50 % de la population actuellement - se dit peut-être que oui, peut-être que non. Son choix va dépendre de la qualité des informations qu'on pourra lui donner et de la confiance qu'elle aura dans ces informations.

©
Claire-Anne Sigriest (Facebook)

Est-ce que les réticences régionales face au vaccin sont les mêmes ?

On voit toujours que les cantons romands (francophones, ndlr) et le Tessin (italophone, ndlr), ont plus peur des maladies et sont plus enclins à se faire vacciner, quel que soit le vaccin.

Vous pouvez prendre la rougeole, vous pouvez prendre l'hépatite B, vous pouvez prendre le virus HPV, les taux de couverture sont bien plus élevés en Suisse romande et au Tessin qu'en Suisse alémanique (germanophone, ndlr), où il y a cette notion que la nature fait bien les choses et que si on vit sainement on ne risque pas grand chose.

Comme en Allemagne, et surtout au sud de l'Allemagne, il y a encore une empreinte très forte de la +Naturwissenschaft+, la "sagesse de la nature". Cela date du mouvement romantique, d'il y a deux siècles.

RTS : Face aux auditeurs - Vaccins: êtes-vous prêts à tendre le bras?

(AFP)

Publié le 7 décembre 2020 à 18h32 par Damien Poirier • Membre
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

La chronobiologie en nutrition analysée par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIET' • Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient d'établir un rapport établissant un lien entre nutrition et chronobiologie. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats.

Journée mondiale de solidarité pour la migraine : zoom sur le traitement de la maladie en Bourgogne – Franche-Comté

Le 21 juin 2024, comme tous les ans, c’est la journée mondiale de solidarité pour la migraine. Pour l’occasion, l’association La Voix des migraineux et l’institut de sondage Opnion Way, ont soutenu une initiative de la société pharmaceutique Pfizer. Ainsi, plus de 4.000 personnes en France ont été interrogées sur le thème des migraines, laissant apparaitre des différences selon les régions…

Un collectif régional de médecins volontaires pour réduire le temps d’attente d’un certificat de décès

Le collectif porté par l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) médecin Libéral en Bourgogne-Franche-Comté est opérationnel depuis le début de l’année 2024. Il permet une voie de recours en cas d’absence de solution pour établir un certificat de décès. 

Mauvais goût de l’eau au centre ville de Besançon : des analyses “temporairement renforcées”

Suite à un incident technique survenu lundi soir sur la station de production d’eau de Chenecey Buillon, les équipes d’astreinte du service de l’eau ont dû modifier les conditions de production et distribution de l’eau alimentant le centre-ville de Besançon

Prévention solaire des dermatologues francs-comtois : “Où que tu sois, du soleil méfie-toi !”

Avec la météo et les températures actuelles, le premier réflexe que l’on a le matin n’est surement pas celui de s’appliquer de la crème solaire avant de partir travailler. Et pourtant… les dermatologues de Franche-Comté, Caroline Biver-Dalle et Hervé Van Landuyt associés à la Ville de Besançon ont rappelé au cours d’une conférence de presse mardi 11 juin 2024 les dangers liés à l’exposition solaire qui ne surviennent pas uniquement lors d’une séance de bronzage...

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.5
partiellement nuageux
le 24/06 à 0h00
Vent
2.2 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
93 %