Police municipale armée : l'intergoupe au conseil municipal de Besançon demande au maire de maintenir sa position

Publié le 13/09/2018 - 16:54
Mis à jour le 16/04/2019 - 14:11

Le débat sur l'armement de la police municipale est relancé suite au rapport parlementaire remis au Premier ministre le 11 septembre 2018 proposant de rendre l'armement des policiers municipaux obligatoire. Dans un communiqué du 13 septembre, les 13 élus de l'intergroupe au conseil municipal de Besançon demande au maire de maintenir sa position contre cette mesure.

voiture_police_municipale.jpg
voiture_police_municipale.jpg
PUBLICITÉ

« Nous membres de l’intergroupe rappelons que la police municipale et la police nationale n’ont pas les mêmes missions. Que la police municipale n’a pas à être envoyée sur des missions dangereuses qui relèvent de la police nationale et cela dans l’intérêt des agents de police municipaux » est-il indiqué.

« La police municipale ne doit aucunement compenser les manques d’effectifs de la police nationale »

Selon les élus, « Nous avons besoin d’une police nationale organisée, formée pour des missions régaliennes de sécurité, la police municipale ne doit aucunement compenser les manques d’effectifs de la police nationale. » Ils demandent « le retour de la cinquantaine de policiers nationaux supprimée lorsque M. Sarkozy était Président de la République. »

L’intergroupe souhaite que le maire Jean-Louis Fousseret « maintienne sa position concernant le non-armement létal des policiers municipaux ».

« On risque ainsi de creuser encore les inégalités entre les grandes et les petites collectivités »

Par ailleurs, les élus signataires du communiqué déplorent « une fois de plus le fait que l’Etat transfère une de ses missions aux collectivités territoriales se dispensant ainsi de son devoir régalien. » Selon eux, « On assiste à une véritable mise sous tutelle de celles -ci,  augmentant sans cesse leurs obligations, sans compensation, tout en diminuant leur capacité budgétaire. On risque ainsi de creuser encore les inégalités entre les grandes et les petites collectivités dont les démissions récentes des Maires traduisent ces difficultés. »

Et de conclure : « Pour que l’Etat règle sa dette, les villes devront-elles aussi organiser et entretenir l’armée et la justice ? » 

2 Commentaires

Réponse du syndicat Force Ouvrière PM: ce que disent les élus de l’intergroupe montre manifestement leur méconnaissance (Les PM et PN ont les mêmes missions mais pas les mêmes prérogatives ou moyens) et leur mépris (les PM sont aussi très bien formés) du travail des agents PM ; pour rappel notre regrettée camarade A. Fouquet est morte en allant intervenir sur un "banal" accident de circulation. Ils reconnaissent que l'état se désengage mais en refuse les conséquences directes (armement) et préfère laisser les agents PM risquer, eux, leur vie. Le fossé ne se creusera pas car pour info Gray Dole Montbeliard villes plus petites que besançon ont armé leur PM. Enfin les PM appartiennent à la Direction de la Sécutité et Tranquillité Publique : CQFD.
Publié le 17 septembre 2018 à 13h54 par titou08 • Membre
FO PM Coup de gueule de Patrick Lefèvre secrétaire national #FOPM#policemunicipale #continuumdesecurite ? ? ? ?? Les policiers municipaux ne supportent plus les commentaires faits par certains, Élus, responsables politiques, maires ......suite à la parution du rapport sur le continuum de sécurité. Je reconnais à chacun le droit de s'exprimer mais je conteste les propos de certain(e)s qui s'autorisent à donner leur avis, alors que visiblement ils (elles) ne maîtrisent absolument pas leur sujet. ??3 points en exemple, mais la liste n est pas exhaustive. 1- Sur l'armement il ne faut pas confondre l'idéologie et la réalité. Quoique certains en affirment le contraire tous les policiers municipaux autorisés à porter une arme ont suivi au prealable une formation identique à nos homologues nationaux. J'affirme que le suivi de cette formation notamment lors des séances d entrainement est souvent plus régulier chez les policiers municipaux! 2- Sur la formation en générale, il est faux d'affirmer qu'elle est insuffisante au seul fait quelle est d'une durée de 6 mois contre 1 an d'école pour la police nationale. En effet, les deux formations ne sont pas comparables notamment en police nationale car dans cette année la partie consacrée au judiciaire et à des domaines qui ne relèvent pas de la competence des PM prend plus de la moitié du temps. En police municipale cette formation initiale obligatoire est conçue par des professionnels de la formation et des métiers de la securite publique. A chaque nouvelle compétence le CNFPT met en place une formation adaptee. 3- Sur les missions du policier municipal. Encore une fois celles et ceux qui s'expriment ne doivent pas le faire au regard de leur idéologie mais en vertu des différents textes et codes qui régissent la profession. De quel droit, au nom de cette idéologie, un maire aurait il le droit de s'opposer à l application de la loi?? ?Nombreux de ces Élus auraient quand à eux grand besoin de formation en matière de police municipale....et pour celles et ceux qui sont maires sur leur qualité d officier de police judiciaire. Pour conclure, je ne félicite pas les médias qui relaient leurs propos sans en vérifier le bien fondé et sans faire les correctifs nécessaires. l information consiste aussi à vérifier la pertinence des messages délivre à la population.
Publié le 18 septembre 2018 à 06h40 par titou08 • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

La République en marche a dévoilé lundi ses 19 premiers candidats pour les élections municipales, de Toulon à Mayenne en passant par Pontarlier, en se fixant l'objectif d'atteindre au moins 10.000 conseillers municipaux après mars 2020. Sans surprise, Pierre Simon a été désigné par la commission nationale d'investiture sur Pontarlier. À BesançonIl faudra encore patienter jusqu'à fin juin début juillet pour savoir qui sera investi par "En Marche". 

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre ont exprimé dans une tribune, diffusée samedi par le Journal du Dimanche, leur soutien à Emmanuel Macron, au moment où le parti de droite Les Républicains subit une crise profonde après sa déroute aux élections européennes. Parmi eux, on retrouve notamment le maire  "Agir" de Vesoul, Alain Chrétien.

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Le programme de la visite présidentielle • Le président de la République sera bien à Ornans ce  lundi 10 juin 2019  le jour même du bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet (10 juin 1819) pour l'inauguration de la nouvelle exposition "Yan Pei-Ming face à Courbet". Cette dernière fait partie des 15 en France ayant reçu cette année le label "Exposition d’intérêt national" du ministère de la Culture. Le Président de la République sera accompagné par Franck Riester, ministre de la Culture, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, et Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales.

Projet de loi santé : Martial Bourquin dépose des amendements pour lutter contre les déserts médicaux

Projet de loi santé : Martial Bourquin dépose des amendements pour lutter contre les déserts médicaux

Dans le cadre du projet de loi Organisation du système de santé e, débat actuellement au Sénat, le PS Martial Bourquin a déposé des amendements visant à lutter contre les déserts médicaux et propose le conventionnement sélectif  ou "territorialisé" des médecins libéraux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.95
couvert
le 20/06 à 9h00
Vent
2.59 m/s
Pression
1015.18 hPa
Humidité
85 %

Sondage