Salariés exposés à l'amiante : l'hôpital de Besançon condamné

Publié le 18/10/2018 - 16:53
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:25

La cour d'appel de Besançon a condamné ce jeudi 18 octobre 2018 le centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de la ville pour mise en danger délibérée de la vie de plusieurs dizaines d'agents exposés à l'amiante sciemment durant plus de quatre ans, d'avril 2009 à juin 2013.

amiante_chru_.jpg
amiante_chru_.jpg
PUBLICITÉ
  • La cour d’appel a confirmé la condamnation du CHU en tant que personne morale à 40.000 euros avec sursis, une peine conforme aux réquisitions.

« C’est une décision qui confirme quelque chose d’inédit en France, à savoir la condamnation d’un établissement public pour mise en danger délibérée de la vie d’autrui. Et c’est surtout une décision qui va plus loin qu’en première instance puisque là où il y avait des relaxes, il y a désormais des condamnations sur l’ensemble des points du dossier », a déclaré Me Farouk Benouniche, avocat de la fédération santé CFDT et de l’Association nationale
de défense des victimes de l’amiante (Andeva).

Une « mise en danger délibérée de la vie d’autrui »

La présence d’amiante à l’hôpital Jean Minjoz avait été clairement établie en 2006 et des travaux de désamiantage ont débuté en 2009. En 2011, un rapport de l’Inspection du travail avait déjà conclu à une « mise en danger délibérée de la vie d’autrui ».

A plusieurs reprises, des salariés des services technique et sécurité incendie se sont trouvés en présence de poussières d’amiante, voir « tout blanc d’amiante », sans protection et sans savoir qu’ils étaient exposés à cette poudre cancérigène.

Concernant l’exposition à l’amiante de trois informaticiens du CHRU, la relaxe de la direction prononcée en première instance a été infirmée par la cour d’appel. « La constitution en tant que partie civile du CHSCT de l’établissement, refusée en première instance, a aussi été reconnue en appel, ce qui est une première en France », a noté Pascale Letombe, porte-parole de l’intersyndicale.

La troisième relaxe infirmée par la cour d’appel concerne l’exposition à l’amiante d’une partie de l’équipe technique, en avril 2010. La direction du CHU est à présent également condamnée sur ce volet de l’affaire.

Dans ce dossier, 49 agents hospitaliers avaient déposé plainte pour avoir été exposés aux poussières d’amiante lors de travaux entrepris au sein du CHRU. Les plaignants ont engagé une autre procédure devant le tribunal  administratif de Besançon pour faire reconnaître leur préjudice, ce qui  permettra de faciliter la reconnaissance en maladie professionnelle, si la  maladie survient.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

amiante chu besançon

Procès en appel du CHRU de Besançon : des soutiens et des détracteurs sur le dossier de l’amiante…

Procès en appel du CHRU de Besançon : des soutiens et des détracteurs sur le dossier de l’amiante…

Le centre hospitalier universitaire (CHU) de Besançon a été reconnu coupable le 30 novembre 2016 d'avoir mis en danger la vie d'une quarantaine de salariés en les exposant "délibérément à l'amiante" pendant plus de 4 ans et condamné à une amende, une première en France. Le tribunal correctionnel de Besançon a condamné le CHU Jean Minjoz à 40.000 euros d'amende avec sursis. L'hôpital avait fait appel en 2016. Ce jeudi 14 juin 2018, la cour d'appel de Besançon examinera le dossier. Voici ce qu'en pensent le syndicat CFDT et la fédération hospitalière de France (FHF).

Amiante : le CHU de Besançon fait appel

Amiante : le CHU de Besançon fait appel

Ce mercredi 30 novembre 2016, le Tribunal Correctionnel de Besançon a rendu son verdict concernant l’affaire de l’amiante au sein du CHU bisontin. L’hôpital condamné à 40 000 euros d'amende, a également été relaxé pour certaines infractions, selon l’institution, c’est un "jugement ambigu".

Amiante au CHU : un jugement en demi-teinte selon les syndicats

Amiante au CHU : un jugement en demi-teinte selon les syndicats

Le Tribunal correctionnel de Besançon a rendu ce mercredi 30 novembre 2016 son jugement. Le CHU Jean Minjoz a été condamné à 40 000 euros d’amende pour "mise en danger délibérée de la vie de ses salariés concernant le risque amiante". Selon les syndicats CFDT, CGT, FO, SUD du CHRU de Besançon c’est un verdict en "demi-teinte".

L’hôpital de Besançon reconnu coupable d’avoir délibérément exposé des salariés à l’amiante

L’hôpital de Besançon reconnu coupable d’avoir délibérément exposé des salariés à l’amiante

Le centre hospitalier universitaire (CHU) de Besançon a été reconnu coupable ce mercredi 30 novembre 2016 d'avoir mis en danger la vie d'une quarantaine de salariés en les exposant délibérément à l'amiante pendant plus de 4 ans et condamné à une amende, une première en France.  Le tribunal correctionnel de Besançon a condamné le CHU Jean Minjoz à 40.000 euros d'amende avec sursis. Le parquet avait requis 60.000 euros d'amende lors de l'audience en septembre dernier.

Amiante au CHU de Besançon : le jugement sera rendu le 30 novembre 2016

Amiante au CHU de Besançon : le jugement sera rendu le 30 novembre 2016

Les 28 et 29 septembre 2016, le Centre Hospitalier Universitaire de Besançon comparaissait devant le tribunal correctionnel de Besançon pour : "Mise en danger délibérée de la vie d’autrui par exposition aux poussières d’amiantes et à un risque de mort ou d’infirmité permanente". Une peine de 60.000 euros avait été requise à l'encontre de l'hôpital de Besançon. Le jugement sera rendu mercredi 30 novembre. 

Dans la catégorie

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Meurtre à Fuans : déjà condamné, le suspect était en permission de sortie

Meurtre à Fuans : déjà condamné, le suspect était en permission de sortie

Un homme de 22 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire lundi 26 août 2019 pour avoir mortellement frappé son demi-frère aîné âgé de 33 ans samedi matin à Fuans dans le Haut-Doubs. Il était en permission de sortie au moment des faits, purgeant une peine dans la Meuse après des actes de violence. 

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.96
ciel dégagé
le 21/09 à 18h00
Vent
2.64 m/s
Pression
1014.06 hPa
Humidité
72 %

Sondage