Assises de Haute-Saône : Jonathann Daval reconnaît avoir voulu "donner la mort" à Alexia

Publié le 19/11/2020 - 17:20
Mis à jour le 19/11/2020 - 17:57

Jonathann Daval a reconnu jeudi 19 novembre 2020 devant les assises de la Haute-Saône avoir voulu « donner la mort » à son épouse Alexia, à la reprise de son interrogatoire interrompu par un malaise la veille au soir.

 © TF
© TF

"Quoi qu'il en soit, je lui ai donné la mort, oui, quand on étrangle quelqu'un comme ça c'est pour donner la mort", a-t-il répondu au président de la cour Matthieu Husson. "C'est donc la mort que vous vouliez?", a insisté le président. "Ben oui", a lâché l'accusé.

Ses avocats s'étaient réservé avant le procès la possibilité de plaider les violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, moins sévèrement réprimées que le chef de meurtre sur conjoint pour lequel il est jugé depuis lundi, passible de la réclusion à perpétuité.

Mais les déclarations de leur client semblent fermer la porte à cette possibilité puisque M. Daval reconnaît désormais le meurtre de sa femme.

C'est "la colère de toutes ces années qui est ressortie (...) D'où l'étranglement pour qu'elle se taise", a-t-il raconté. "Les coups étaient rapides et c'est parti sur la strangulation", a-t-il poursuivi, "je l'ai saisie par le cou, j'ai serré, le temps ont l'a estimé à 4 minute, mais moi je peux pas vous estimer le temps".

"La morsure, ça m'a mis hors de moi (...) J'ai fait cocotte minute, j'ai débordé"

"Quand j'ai senti qu'elle s'affaissait, j'ai relâché", a-t-il ajouté. Selon lui, Alexia l'avait mordu, déclenchant sa rage : "La morsure, ça m'a mis hors de moi (...) J'ai fait cocotte minute, j'ai débordé".

"Je lui cogne deux fois la tête contre le mur avant de la frapper. Avant j'osais pas admettre que j'avais fait ça... Je ne me suis jamais battu. Jamais donné de coups de poing", a ajouté M. Daval, qui comparaît pour "meurtre sur conjoint" et encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Il a ensuite transporté le corps de sa femme dans le coffre de son véhicule professionnel ("c'est comme traîner un vulgaire sac à patates", lâche-t-il, la voix étranglée par les sanglots), pour ensuite rentrer dans la maison et prendre un somnifère. "C'est dégueulasse", souffle-t-il en pleurs.

"J'ai pris la décision de me débarrasser du corps"

"Le (lendemain) matin à 09H00, j'ai pris la décision de me débarrasser du corps" dans un bois proche "et de maquiller ça en jogging", a poursuivi M. Daval, qui avait le premier signalé la disparition d'Alexia, prétendûment jamais revenue d'un footing.

Il avait été arrêté trois mois plus tard, en janvier 2018, après avoir joué le veuf éploré.

Une fois le corps d'Alexia déposé dans la forêt, il a tenté de l'embraser avec une bombe de mousse expansive, un produit très inflammable. Seules quelques parties du corps brûleront.

"Je suis parti aussitôt que j'ai mis le feu", a-t-il ajouté. Rapidement, il a été conscient d'avoir laissé plusieurs indices derrière lui : "le traqueur" de sa voiture professionnelle, "le bouchon de la bombe, la morsure : je savais très bien qu'ils allaient me retrouver. Comme si une partie de moi disait: +il faut cacher les choses+ et l'autre, +non il faut pas faire ça+".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

affaire daval

“Je voulais qu’elle se taise”: sortie du livre de l’avocat de Jonathann Daval

Me Randall Schwerdorffer, l’avocat bisontin de Jonathann Daval, condamné pour le meurtre de sa femme Alexia, livre son récit et son analyse de « l’affaire Daval » dans un ouvrage coécrit avec le journaliste Frédéric Gilbert et qui paraît ce jeudi  14 octobre 2021.

Affaire Daval : plus de 800.000 euros réclamés par la famille d’Alexia

Mise à jour • La famille d’Alexia Daval a réclamé lundi 22 février 2021 devant la cour d’assises de la Haute-Saône plus de 800.000 euros de dommages et intérêts à Jonathann Daval, condamné à 25 ans de réclusion criminelle en novembre pour le meurtre de son épouse. La cour rendra sa décision le 25 mai 2021 à Vesoul.

La question des indemnités réclamées par la famille d’Alexia examinée lundi

Affaire Daval • « Justifiées » pour les parties civiles, « disproportionnées » pour la défense : la justice est saisie ce lundi 22 février 2021 à Vesoul de la question des indemnités réclamées par la famille d’Alexia à Jonathann Daval, condamné fin novembre à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son épouse.

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.52
couvert
le 24/04 à 9h00
Vent
3.82 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
67 %