Coronavirus : le rassemblement évangélique de Mulhouse complique la tâche des autorités

Publié le 07/03/2020 - 09:26
Mis à jour le 07/03/2020 - 09:26

Le pèlerinage de Mulhouse est une des principales chaînes de transmission du Coronavirus en Franche-Comté. À l’Ehpad de Thise, une aide-soignante touchée par le virus aurait pu contaminer les 10 patients qui sont restés confinés dans leur chambre. Elle a participé fin février au rassemblement religieux de l’Église évangélique. La participation à cette semaine de Carême n’exigeait pas d’inscription préalable, ce qui complique le repérage des patients potentiels.

Image d’illustration 2017 Porte Ouverte Chrétienne
© Nathalie schnoebelen – Wikimedia CC4
 ©
Image d’illustration 2017 Porte Ouverte Chrétienne © Nathalie schnoebelen – Wikimedia CC4 ©

Vendredi soir, le gouvernement a annoncé la fermeture à partir de lundi 9 mars 2020des crèches et établissements scolaires dans l’Oise et le Haut-Rhin où le coronavirus « circule avec beaucoup d’intensité« , alors que les cas de contamination dépassent désormais les 600 dans l’ensemble du territoire.  La mesure a été prise pour 15 jours et concerne « les crèches, les maternelles, les collèges et les lycées » des deux départements. « Non pas parce que ces lieux sont plus dangereux« , mais en raison des risques de transmission et des difficultés à faire « respecter l’ensemble des consignes » sanitaires en milieu scolaire, a plaidé le Premier ministre, Édouard Philippe, après une réunion interministérielle. 

Il est à l'origine d'au moins 40 cas positifs au Coronavirus en Franche-Comté. Les cas d’infections au coronavirus se sont multipliés depuis le  jeudi 5 mars 2020 dans toute la France, notamment parmi les fidèles ayant participé à un vaste rassemblement évangélique de "la Porte ouverte chrétienne" à Mulhouse du 17 au 24 février 2020.

Cette semaine de jeûne et de prière, organisée par la Porte ouverte chrétienne, l’une des plus grandes églises protestantes évangéliques de France, a rassemblé environ 2000 personnes venues de toute la France, DOM inclus, et des pays limitrophes, à Mulhouse. Plusieurs dizaines d’entre elles ont été contaminées. 

Jeudi, ses craintes de dissémination sont devenues réalité, avec des cas identifiés parmi les fidèles dans de nombreuses régions, dont certaines épargnées jusqu’à présent par l’épidémie.

En Guyane, le préfet a annoncé cinq premiers cas, à Saint-Laurent-du-Maroni, dont trois enseignants et un médecin du centre hospitalier. Les cinq personnes infectées avaient participé à cette semaine de Carême à Mulhouse. Selon la chargée de communication de l’église mulhousienne, Nathalie Schnoebelen le pasteur de l’église La Porte ouverte chrétienne de Guyane, accompagné d’“une petite équipe”, était venu au rassemblement.

À Briançon (Hautes-Alpes), trois fidèles qui revenaient de Mulhouse ont également été contaminés. À l’autre bout de l’Hexagone, dans la Manche, trois autres ont été pris en charge par le Centre hospitalier de Saint-Lô. 

Dans le sud-ouest, un couple de fidèles a été testé positif à l’hôpital d’Agen, l’homme confiné à son domicile et son épouse transférée vers le CHU de Bordeaux.

300 enfants présents au rassemblement

En Bourgogne-Franche-Comté, l’ARS a annoncé pas moins de 25, puis de 26  nouveaux cas de coronavirus, indiquant que “la plupart” étaient  liés au rassemblement mulhousien. 

La participation à cette semaine de Carême, organisée depuis 25 ans, n’exigeait pas d’inscription préalable, ce qui complique le repérage des patients potentiels. “Des gens viennent de toute la francophonie, de Guyane, des Antilles, des pays limitrophes”, a expliqué Nathalie Schnoebelen.

Celle-ci annonce également des cas chez des fidèles suisses, alors que la Confédération helvétique a connu jeudi son premier décès lié au coronavirus. “Nous n’avons pas de retour des Allemands et des Belges”, a ajouté Nathalie Schnoebelen. 

Environ 300 enfants ont selon elle participé à cette semaine de célébrations.“Pour les réunions les moins fréquentées, on était un bon millier de personnes, et pour les plus fréquentées 2000 à 2500 personnes”, avait indiqué mercredi à l’AFP le Dr Jonathan Peterschmitt, fils du pasteur de cette église, lui-même contaminé, ainsi que deux membres de sa famille.

Il y a beaucoup de partage, c’est un contexte propice à la contamination”, avait jugé a posteriori ce généraliste, confiné à son domicile du Haut-Rhin avec son épouse et ses quatre enfants.

Quand on prie ensemble, on peut se tenir par la main”, complète Nathalie Schnoebelen, soulignant qu’à ce moment-là, les précautions liées au virus n’étaient pas encore de mise. 

Mardi soir, le culte de cette église, fondée en 1966 par un pasteur mennonite, père de Samuel Peterschmitt, a été diffusé uniquement sur internet. 

Dynamique et très active sur internet, La Porte ouverte chrétienne a inauguré en 2015 à Mulhouse un lieu de culte pouvant accueillir plus de 2000 fidèles, sur le modèle des “megachurch” de certains courants évangéliques aux États-Unis.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

L’Assemblée vote l' "accès direct " des patients à des infirmiers : " un retour au XIXe siècle " selon des médecins à Besançon

L'Assemblée nationale a adopté dans la nuit de mercredi à jeudi l'ouverture d'un "accès direct" des patients aux infirmiers en pratique avancée (IPA), l'une des mesures d'une proposition de loi sur l'accès aux soins vivement critiquée notamment par le collectif Médecin pour demain à Besançon.

L’œil de la Diet : la galette de riz, est-elle si bonne pour la santé ?

CONTRIBUTION • On la croyait bonne, quoiqu'un peu "polystyrèné", on la croyait top pour la santé et la perte de poids, on la croyait efficace... Ce mois de janvier 2023, Valentine Caput, diététicienne à Besançon, nous parle de la galette de riz, ce trophée de l’innovation à la sauce… supercherie.

Hiver très doux : Atmo Bourgogne Franche-Comté commence déjà ses prélèvements polliniques dans l’air !

En raison d’un hiver particulièrement doux, certains arbres ont déjà démarré leur période de pollinisation en Bourgogne-Franche-Comté. Les premiers prélèvements pollinique ont donc démarré plus tôt que d’habitude pour Atmo BFC, avec la remise en service des capteurs le lundi 9 janvier dernier. Les premiers résultats sont attendus pour ce vendredi 20 janvier.

En BFC, les chutes des personnes âgées représentent près de 8.000 hospitalisations et 600 décès par an

L’Agence Régionale de Santé, le Pôle de gérontologie et d’innovation (PGI) Bourgogne-Franche-Comté et la Carsat sont mobilisés dans le plan antichute des personnes âgées, lancé officiellement à l’échelle régionale, ce jeudi 12 janvier 2023 à Dijon.

Médecins libéraux : la grève continue en cette " semaine du burn out "

La grève des médecins portée par le collectif Médecins pour Demain continue, selon un communiqué du 9 janvier 2023, sous la forme d'une grève de la PDSA (permanence des soins ou grève des gardes), dont on a moins parlé que la fermeture des cabinets. Elle dure depuis le début du mois de décembre 2022 et sollicite les services de l'Etat dans des processus de réquisition quotidiens.

Les arrêts maladie Covid sans jour de carence prolongés jusqu’à fin 2023

Les salariés positifs à la Covid-19 et qui ne peuvent pas télétravailler peuvent bénéficier d'arrêts maladie indemnisés sans vérification des conditions d'ouverture de droits et sans délai de carence. Les indemnités journalières pour ces salariés ainsi que pour les agents publics malades de la Covid-19 sont versées dès le premier jour d'arrêt et jusqu'au 31 décembre 2023 au plus tard.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.08
couvert
le 01/02 à 6h00
Vent
3.09 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
95 %