Coronavirus : le rassemblement évangélique de Mulhouse complique la tâche des autorités

Publié le 07/03/2020 - 09:26
Mis à jour le 07/03/2020 - 09:26

Le pèlerinage de Mulhouse est une des principales chaînes de transmission du Coronavirus en Franche-Comté. À l'Ehpad de Thise, une aide-soignante touchée par le virus aurait pu contaminer les 10 patients qui sont restés confinés dans leur chambre. Elle a participé fin février au rassemblement religieux de l'Église évangélique. La participation à cette semaine de Carême n'exigeait pas d'inscription préalable, ce qui complique le repérage des patients potentiels.

Image d’illustration 2017 Porte Ouverte Chrétienne
© Nathalie schnoebelen – Wikimedia CC4
 ©
Image d’illustration 2017 Porte Ouverte Chrétienne © Nathalie schnoebelen – Wikimedia CC4 ©

Vendredi soir, le gouvernement a annoncé la fermeture à partir de lundi 9 mars 2020des crèches et établissements scolaires dans l’Oise et le Haut-Rhin où le coronavirus « circule avec beaucoup d’intensité« , alors que les cas de contamination dépassent désormais les 600 dans l’ensemble du territoire.  La mesure a été prise pour 15 jours et concerne « les crèches, les maternelles, les collèges et les lycées » des deux départements. « Non pas parce que ces lieux sont plus dangereux« , mais en raison des risques de transmission et des difficultés à faire « respecter l’ensemble des consignes » sanitaires en milieu scolaire, a plaidé le Premier ministre, Édouard Philippe, après une réunion interministérielle. 

Il est à l'origine d'au moins 40 cas positifs au Coronavirus en Franche-Comté. Les cas d’infections au coronavirus se sont multipliés depuis le  jeudi 5 mars 2020 dans toute la France, notamment parmi les fidèles ayant participé à un vaste rassemblement évangélique de "la Porte ouverte chrétienne" à Mulhouse du 17 au 24 février 2020.

Cette semaine de jeûne et de prière, organisée par la Porte ouverte chrétienne, l’une des plus grandes églises protestantes évangéliques de France, a rassemblé environ 2000 personnes venues de toute la France, DOM inclus, et des pays limitrophes, à Mulhouse. Plusieurs dizaines d’entre elles ont été contaminées. 

Jeudi, ses craintes de dissémination sont devenues réalité, avec des cas identifiés parmi les fidèles dans de nombreuses régions, dont certaines épargnées jusqu’à présent par l’épidémie.

En Guyane, le préfet a annoncé cinq premiers cas, à Saint-Laurent-du-Maroni, dont trois enseignants et un médecin du centre hospitalier. Les cinq personnes infectées avaient participé à cette semaine de Carême à Mulhouse. Selon la chargée de communication de l’église mulhousienne, Nathalie Schnoebelen le pasteur de l’église La Porte ouverte chrétienne de Guyane, accompagné d’“une petite équipe”, était venu au rassemblement.

À Briançon (Hautes-Alpes), trois fidèles qui revenaient de Mulhouse ont également été contaminés. À l’autre bout de l’Hexagone, dans la Manche, trois autres ont été pris en charge par le Centre hospitalier de Saint-Lô. 

Dans le sud-ouest, un couple de fidèles a été testé positif à l’hôpital d’Agen, l’homme confiné à son domicile et son épouse transférée vers le CHU de Bordeaux.

300 enfants présents au rassemblement

En Bourgogne-Franche-Comté, l’ARS a annoncé pas moins de 25, puis de 26  nouveaux cas de coronavirus, indiquant que “la plupart” étaient  liés au rassemblement mulhousien. 

La participation à cette semaine de Carême, organisée depuis 25 ans, n’exigeait pas d’inscription préalable, ce qui complique le repérage des patients potentiels. “Des gens viennent de toute la francophonie, de Guyane, des Antilles, des pays limitrophes”, a expliqué Nathalie Schnoebelen.

Celle-ci annonce également des cas chez des fidèles suisses, alors que la Confédération helvétique a connu jeudi son premier décès lié au coronavirus. “Nous n’avons pas de retour des Allemands et des Belges”, a ajouté Nathalie Schnoebelen. 

Environ 300 enfants ont selon elle participé à cette semaine de célébrations.“Pour les réunions les moins fréquentées, on était un bon millier de personnes, et pour les plus fréquentées 2000 à 2500 personnes”, avait indiqué mercredi à l’AFP le Dr Jonathan Peterschmitt, fils du pasteur de cette église, lui-même contaminé, ainsi que deux membres de sa famille.

Il y a beaucoup de partage, c’est un contexte propice à la contamination”, avait jugé a posteriori ce généraliste, confiné à son domicile du Haut-Rhin avec son épouse et ses quatre enfants.

Quand on prie ensemble, on peut se tenir par la main”, complète Nathalie Schnoebelen, soulignant qu’à ce moment-là, les précautions liées au virus n’étaient pas encore de mise. 

Mardi soir, le culte de cette église, fondée en 1966 par un pasteur mennonite, père de Samuel Peterschmitt, a été diffusé uniquement sur internet. 

Dynamique et très active sur internet, La Porte ouverte chrétienne a inauguré en 2015 à Mulhouse un lieu de culte pouvant accueillir plus de 2000 fidèles, sur le modèle des “megachurch” de certains courants évangéliques aux États-Unis.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : l’épidémie régresse en Bourgogne Franche-Comté. Les autorités restent prudentes

Avec un taux d'incidence à la baisse dans tous les départements et un plateau d'hospitalisations en légère diminution, la situation sanitaire s'améliore. Le virus circule moins même si les autorités se veulent prudente et attentes l'évolution à venir après le brassage des vacances et celui de la rentrée.

Couverture vaccinale : le Doubs à la traîne en Bourgogne-Franche-Comté

La Bourgogne-Franche-Comté suit la moyenne nationale en matière de couverture vaccinale. Elle se situe  même légèrement au-dessus. Dans la région 76% de la population en âge de se faire vacciner, de 12 ans et plus, a au moins reçu une première dose. Un taux de seulement 71 % dans le Doubs qui affiche un écart de plus de cinq points...

Santé

« Aucun danger » à vacciner simultanément contre la grippe et le Covid, estime la HAS

Le vaccin contre le Covid dans un bras et celui contre la grippe dans l'autre: cette solution ne comporte aucun danger et permet de se protéger efficacement contre les deux épidémies, a estimé lundi la Haute autorité de santé (HAS). "La réalisation concomitante des vaccins" contre la grippe et le Covid-19 est "possible afin d'éviter tout délai dans l'administration de l'une ou l'autre de ces injections", assure la HAS dans un communiqué. "Concrètement, les deux injections peuvent être pratiquées le même jour", mais à deux endroits du corps distincts, "un vaccin dans chaque bras", selon la HAS. Et dans le cas contraire, il n'y a pas de délai à respecter entre les deux vaccinations, précise la HAS. La campagne de vaccination contre la grippe débutera le 26 octobre.

Les défis du Hacking Health de Besançon

Vidéos •
En 48 heures chrono, 400 participants vont se remuer les méninges pour tenter de trouver la meilleure solution à chacune des 22 problématiques soulevées par des patients, professionnels de santé, professionnels du me?dico-social et du handicap, ou jeunes innovateurs désireux de créer un nouveau produit. Voici les 21 défis (+ 1 à venir !) du Hacking Health 2021 de Besançon.

Covid-19 : 73 % des 12-17 ans ont reçu une première injection du vaccin en Bourgogne Franche-Comté

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer s'est félicité lundi de la progression de la vaccination des collégiens et lycéens contre le Covid-19, qui dépasse 69% pour la première injection, appelant au "volontarisme" des familles pour poursuivre dans cette dynamique. En Bourgogne-Franche-Comté près de 148.000 adolescents de 12 à 17 ans ont reçu au moins une dose soit 73 % de cette classe d'âge.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.44
couvert
le 29/09 à 0h00
Vent
2.2 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
98 %

Sondage