Bourgogne-Franche-Comté : les effectifs salariés se rapprochent de leur niveau d’avant crise

Publié le 21/02/2022 - 17:37
Mis à jour le 25/02/2022 - 15:55

La Banque de France, l’Insee et les Urssaf de la région Bourgogne-Franche-Comté ont tenu un colloque en octobre 2021 afin de dresser le panorama de la situation des entreprises et des ménages de la région face à la crise sanitaire qui a débuté en mars 2020. Concernant les effectifs en entreprises, les Urssaf ont constaté qu’ils revenaient progressivement à leur situation d’avant crise sanitaire.

La crise sanitaire a eu un impact immédiat sur les effectifs salariés qui ont chuté en début de crise affectant en premier lieu l’intérim et les contrats courts. "La mobilisation immédiate de l’activité partielle a cependant permis d’atténuer les pertes d’emplois en permettant aux entreprises de ne pas licencier leurs salariés permanents", indique l'Urssaf BFC.

Pendant la crise, la Bourgogne-Franche-Comté a subi un double impact qui s’explique par les plus fortes difficultés constatées dans notre territoire : "la fragilisation du secteur tertiaire qui a été fortement affecté par les restrictions et fermetures administratives et la poursuite de la baisse des effectifs dans le secteur industriel." 

Un impact négatif dès le début de la crise 

La Bourgogne-Franche-Comté a enregistré une baisse de 25 000 salariés en début de crise entre décembre 2019 et juin 2020. La part (en montant) des indemnités liées au chômage partiel dans les salaires a atteint dès avril 2020, le taux record de 17 % (contre moins de 0,1 % en période normale). 

Si certains secteurs liés à l’économie présentielle ont été fortement impactés par la crise sanitaire (notamment, l’hébergement, la restauration, les agences de voyages...), l’impact a été plus modéré pour d’autres qui ont poursuivi la dynamique engagée avant la crise (notamment la construction, les activités financières et d’assurance...). Ces derniers représentent près de la moitié des salariés. 

Certains secteurs épargnés... 

Par ailleurs, d’autres secteurs ont su tirer profit de la crise et présentent des gains d’emplois. On y retrouve notamment les activités pour la santé humaine afin de lutter contre l’épidémie, les activités informatiques avec le développement du télétravail, l’éducation avec le recours aux cours à domicile ou encore les administrations publiques avec des recrutements dans les caisses d’assurance maladie pour le dispositif Contact-tracing. 

Enfin, la majorité des secteurs industriels, déjà affaiblie avant la crise, a continué à perdre des postes.

Une situation en voie d’amélioration 

Dans un contexte de levée des restrictions, les chiffres des trois premiers trimestres 2021 montrent que la situation s’améliore en Bourgogne-Franche-Comté avec des effectifs salariés qui se rapprochent du niveau d’avant crise. 

Au regard des données les plus récentes (fin septembre 2021), quatre départements de la région - la Côte-d’Or, la Saône-et-Loire, la Haute-Saône et le Jura - ont déjà retrouvé leur niveau d’emplois d’avant crise à la suite de trois trimestres consécutifs de hausse. 

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Economie

Hausse des tarifs des autoroutes : risque d’un report massif du trafic des autoroutes vers les routes nationales

L’augmentation moyenne du tarif des péages d’autoroute à hauteur de 4,75 % entrera en vigueur à compter de ce mercredi 1er février 2023. Selon l’association 40 millions d’automobilistes, c’est "une hausse inadmissible qui s’ajoute au prix délirant des carburants et transforme la mobilité en luxe."

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.86
couvert
le 04/02 à 0h00
Vent
0.5 m/s
Pression
1036 hPa
Humidité
86 %