Covid-19 : premiers allègements des restrictions à compter de ce mercredi

Publié le 31/01/2022 - 17:04
Mis à jour le 02/02/2022 - 09:48

Fin des jauges, du port du masque en extérieur, du télétravail obligatoire : après d’autres pays européens, la France lève, ce mercredi 2 février, certaines restrictions liées au Covid malgré un nombre de contaminations toujours très haut. D’autres restrictions seront levées le mercredi 16 février 2022.
 

 ©
©

Le gouvernement n’a pas conditionné la levée de ces restrictions à l’évolution de la situation sanitaire.

Après d'autres pays européens comme l'Angleterre et le Danemark, la France à son tour desserre les contraintes, en suivant un calendrier en deux étapes annoncé fin janvier.

Aux yeux des autorités, la menace due au variant Omicron est désormais limitée puisqu'il est moins dangereux que ses prédécesseurs, bien que nettement plus contagieux. "On constate depuis quelques jours une inversion encore fragile de la tendance, avec moins de cas déclarés chaque jour que sept jours auparavant", a souligné mardi sur France Info le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Un "signal très encourageant", a-t-il estimé, invitant toutefois à "rester prudent", notamment en raison du sous-variant d'Omicron, "BA.2, très contagieux" qui semble avoir retardé le pic des contaminations dans d'autres pays.

Le calendrier a été dévoilé le 20 janvier 2022 par jean Castex. Petit rappel des mesures annoncées.

2 février 2022

Le port du masque dans l'espace public n'est plus obligatoire en extérieur. Cette restriction était étendue à l'ensemble des centres-villes de France. La levée de cette obligation concerne également les remontées mécaniques dans les stations de ski.

Fin des jauges lors des rassemblements dans les lieux publics assis : stades, salles de concert, théâtres, etc.). Attention, toutefois, pour accéder à ces lieux, le port du masque demeurera obligatoire.

Le télétravail n'est plus obligatoire, mais reste "fortement recommandé".

"Le télétravail reste une pratique recommandée", explique la ministre du Travail Élisabeth Borne. Il n'y a pas de nombre de jours ciblé. "Tout cela doit se discuter dans l'entreprise, via le dialogue social. Et les accords d'entreprise sur le sujet doivent s'appliquer." Malgré l'obligation en janvier, le télétravail n'a pas particulièrement progressé par rapport aux mois précédents.

 15 février 2022

Le délai limite d’injection du rappel vaccinal contre la Covid-19 réduit de sept à quatre mois pour pouvoir avoir un pass vaccinal valide.

16 février 2022

Mercredi 16 février, ce sont les discothèques, fermées depuis le 10 décembre, qui pourront rouvrir et les concerts debout seront à nouveau autorisés. La consommation au comptoir sera également possible dans les bars, tout comme la consommation dans les stades, les cinémas et les transports

  • Consommation possible dans les stades, cinémas et transports, de même que la consommation debout dans les bars.
  • Possibilité de reprendre les moments conviviaux en entreprise
  • Fermées depuis le 10 décembre 2021, les discothèques pourront rouvrir dans le respect du protocole sanitaire.
  • Les concerts debout peuvent reprendre dans le respect du protocole sanitaire.

Et dans les écoles ?

Jean Castex envisage également un allègement du protocole sanitaire pour les établissements scolaires au retour des vacances de février, soit pas avant le 7 mars, date à laquelle tous les enfants (des trois zones) seront rentrés de vacances.

Dans les écoles, où le virus circule particulièrement et seuls 4 % des 5-11 ans sont vaccinés, Emmanuel Macron indique vouloir, "si les chiffres se confirment", "donner de la visibilité, au retour des vacances scolaires pour chaque zone, sur l'allégement du protocole scolaire". Le sujet sera à l'ordre du jour du conseil de défense sanitaire de mercredi.

"Rester vigilant"

En moyenne sur sept jours, 322.256 cas ont été enregistrés, selon les derniers chiffres (contre 366.179 il y a une semaine). "Nous devons rester vigilants, car la pression hospitalière reste élevée", relève Emmanuel Macron dans une interview à La Voix du Nord mise en ligne mardi soir. "Ceux qui pensent qu'on en aurait fini avec l'épidémie, c'est faux", souligne-t-il.

Cette situation mitigée à l'hôpital explique que la France n'aille pas aussi loin que le Danemark et l'Angleterre, où le pass sanitaire a été levé.

"Leur niveau d'occupation (des soins intensifs) est à un niveau beaucoup plus bas que le niveau auquel nous sommes en France", a expliqué devant des sénateurs Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique, chargé de conseiller le gouvernement. Selon lui, cette différence est "multifactorielle" et tient notamment à un moins bon taux de vaccination en France chez les plus âgés, les plus à risque de développer une forme grave.

"La levée des restrictions décidée par le gouvernement ne devrait pas changer grand chose à une épidémie qui de toute façon n'est plus contrôlée", estime ainsi Philippe Amouyel, épidémiologiste et professeur de santé publique au CHU de Lille. "Et grâce au pass vaccinal, on diminue énormément le risque de faire des formes graves tout en réduisant le risque de transmission", ajoute-t-il.

L'épidémiologiste invite toutefois à scruter l'évolution des indicateurs avant de décider de nouveaux allègements.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.35
légère pluie
le 26/02 à 12h00
Vent
2.37 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
79 %