Covid-19 : la circulation du virus commence à diminuer, mais reste très élevée en Bourgogne Franche-Comté

Publié le 23/04/2021 - 18:51
Mis à jour le 24/04/2021 - 08:52

Selon les derniers chiffres de l’Agence régionale de santé en Bourgogne Franche-Comté ce vendredi 23 avril, le niveau de circulation virale commence à diminuer mais demeure encore très élevée.

Ce 23 avril, plus de 1 350 patients sont pris en charge pour des formes sévères de la COVID-19, dont 221 en réanimation ou soins intensifs.

La hausse de la mortalité en milieu hospitalier se poursuit : 4 447 décès à déplorer ce jour depuis mars 2020 (4 350 au 16 avril).

2 273 décès sont recensés dans les établissements médico-sociaux de la région.

Si l’incidence de l’épidémie dans la région amorce un léger infléchissement sur la dernière période de 7 jours, cette tendance doit être interprétée avec prudence, l’indicateur (encore proche de 300 pour 100 000 habitants) restant plus de 5 fois supérieur au seuil d’alerte. La baisse est par ailleurs en partie attribuable au moindre recours au dépistage.

De surcroît, le taux de positivité des tests ne recule pas, au contraire, pour se maintenir au-delà de 10%.

© ARS BFC

Trois patients transférés hors région

Cette situation épidémique pèse très lourdement sur le système de soins qui enregistre en moyenne chaque jour plus de 70 hospitalisations dont une quinzaine en réanimation.

Ce 23 avril, plus de 1 350 patients sont pris en charge pour des formes sévères de la COVID-19, dont 221 en réanimation ou soins intensifs.
Pour prévenir la saturation de ces services, différentes actions sont mises en œuvre, dont des transferts de patients au sein de la région et hors de la région.

Trois patients ont ainsi été transférés aujourd’hui d’hôpitaux de Saône-et-Loire et du Doubs, vers des établissements de Nouvelle-Aquitaine.

La hausse de la mortalité en milieu hospitalier se poursuit : 4 447 décès à déplorer ce jour depuis mars 2020 (4 350 au 16 avril).

2 273 décès sont recensés dans les établissements médico-sociaux de la région.

Plus de 600 000 primo-injections

Dans ce contexte, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté rappelle que "chacun est acteur de la lutte contre l’épidémie et remercie l’ensemble de la population de maintenir un haut niveau de vigilance et de mobilisation : gestes barrières et distanciation, limitation des interactions sociales, dépistage au moindre signe évocateur de la COVID, isolement scrupuleux en attendant les résultats du dépistage et bien évidemment en cas de positivité du test."

La campagne vaccinale s’accélère encore dans la région en s’ouvrant dès à présent aux professionnels de plus de 55 ans considérés comme les plus exposés au virus (consulter les informations pratiques par département sur le site de l’ARS).

En population générale, plusieurs chiffres-clés témoignent de la progression significative de la vaccination.

Au total, plus de 600 000 habitants de Bourgogne-Franche-Comté ont bénéficié d’au moins une première injection : plus de 53% des personnes de 60 ans et plus et de 72% des plus de 75 ans.

Conjugués au déploiement de la vaccination, "les efforts de chacun comptent, en protégeant d’abord les plus exposés à la dangerosité du virus", conclut l'ARS.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.54
légère pluie
le 27/05 à 6h00
Vent
0.99 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
95 %