Covid-19: l'aération est encore trop souvent négligée, soulignent des experts

Publié le 15/04/2021 - 17:40
Mis à jour le 15/04/2021 - 11:30

Aérez, aérez, aérez ! Plus d'un an après le début de la pandémie de Covid-19, cette consigne aussi simple que cruciale pour bloquer la contagion n'est que trop peu souvent appliquée, déplorent des experts.

 © D Poirier
© D Poirier

« On est bien plus susceptible d’être infecté dans une pièce dont les fenêtres ne peuvent pas s’ouvrir ou qui ne dispose pas d’un système de ventilation », c’est-à-dire de renouvellement de l’air, rappellent ces quatre spécialistes des virus et de la circulation de l’air dans un éditorial publié par la revue médicale britannique BMJ.

"Il est désormais clair que le SARS-CoV-2 se transmet principalement d'une personne à l'autre par inhalation et à une distance relativement courte", soulignent les signataires, Julian Tang (université de Leicester, Angleterre), Linsey Marr (université Virginia Tech, Etats-Unis), Yuguo Li (université de Hong Kong) et Stephanie Dancer (université Napier d'Edimbourg, Ecosse).

En comparaison, "la transmission du SARS-CoV-2 après avoir touché des surfaces est considérée comme relativement minime", poursuivent-ils.

Il faut selon eux "mettre l'accent sur la ventilation" car "les plus petites particules (exhalées par les personnes infectées, ndlr) peuvent rester en suspension dans l'air pendant des heures et représentent une voie importante de transmission".

Ils rejettent la distinction traditionnellement faite entre les gouttelettes de salive, lourdes et qui tombent vite au sol, et les particules les plus fines qui restent en suspension dans l'air.

Selon "une terminologie traditionnelle datant du siècle dernier", seules les secondes sont appelées "aérosols". Mais selon eux, cette distinction a conduit à mal évaluer le risque de transmission du Covid dans l'air, en mettant trop l'accent sur les gouttelettes.

"Après un an de pandémie, on est toujours en train de débattre du rôle et de l'importance de la transmission du SARS-CoV-2 par aérosols, qui n'est parfois que succinctement mentionnée dans certaines directives de contrôle de l'épidémie", poursuivent-ils.

"Fondamentalement, si vous inhalez des particules, quelle que soit leur taille ou leur nom, vous respirez des aérosols", écrivent-ils.

"Améliorer la ventilation et la qualité de l'air, en particulier dans les centres de soins, les lieux de travail et les écoles, nous aidera tous à être en sécurité", concluent ces spécialistes.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : une perte d’odorat persistante associée à la présence durable du virus (étude)Lire plus

Covid-19 : partout en Bourgogne Franche-Comté, le taux d’incidence en dessous de 300 infections

En France, le taux d'incidence est passé sous la barre des 400 infections pour 100.000 habitants, a-t-on appris ce mercredi 5 mai. En Bourgogne Franche-Comté, ce taux est inférieur à 300 infections, mais la situation hospitalière reste très tendue et le taux positivité élevé en particulier dans le Doubs.

Très lente décroissance de l’épidémie en Bourgogne Franche-Comté, 93 morts en une semaine

L'agence régionale de santé de Bourgogne Franche-Comté a publié ce vendredi 30 avril 2021 son bilan hebdomadaire. Le Doubs connaît toujours le taux d'incidence le plus élevé de la région (327) devant L'Yonne (302) et le Territoire de Belfort (293). La situation continue "de peser lourdement" sur le système de soins régional.

Santé

Covid-19 : partout en Bourgogne Franche-Comté, le taux d’incidence en dessous de 300 infections

En France, le taux d'incidence est passé sous la barre des 400 infections pour 100.000 habitants, a-t-on appris ce mercredi 5 mai. En Bourgogne Franche-Comté, ce taux est inférieur à 300 infections, mais la situation hospitalière reste très tendue et le taux positivité élevé en particulier dans le Doubs.

Prudence si vous pêchez la truite...

Après avoir effectué des prélèvements sur le secteur de Fluans le 20 avril 2021, il a été confirmé que des kystes se trouvaient dans les muscles de la plupart des poissons disséqués... La Fédération du Doubs met en garde les pêcheurs et leur demande de lui signaler par mail les endroits où les poissons sont infectés.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.62
nuageux
le 08/05 à 9h00
Vent
2.46 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
84 %

Sondage