Covid-19 : Santé publique France adopte de nouvelles méthodes de calcul pour certains indicateurs

Publié le 09/12/2020 - 06:43
Mis à jour le 08/12/2020 - 20:52

Certains indicateurs de suivi de l'épidémie de Covid-19 diffusés par Santé publique France vont connaître une brusque variation mais cela est dû à des changements de calcul, pas à une dynamique de circulation du virus différente, prévient l'agence sanitaire.

 © D Poirier
© D Poirier

D’une part, l’intégration des tests antigéniques rapides dans la base nationale Sidep (Système d’information de dépistage populationnel), qui ne comprenait jusqu’ici que les tests virologiques RT-PCR va modifier à la hausse le taux d’incidence, mais « la tendance de la dynamique de l’épidémie reste identique », prévient Santé publique France dans un communiqué.

Ce taux d'incidence, qui donne le nombre de nouveaux cas détectés sur sept jours pour 100.000 habitants, se situait à 86 au 4 décembre et la nouvelle méthode de calcul le fait grimper à 107 à la même date, du fait de la comptabilisation des tests antigéniques, indique-t-on à l'agence sanitaire.

Ces tests étaient déjà inclus dans le calcul des nouveaux cas quotidiens que SpF diffuse tous les soirs et qui stagne actuellement à une moyenne d'environ 10.000 par jour, alors que le gouvernement tablait sur 5.000 nouveaux cas par jour au 15 décembre pour alléger les restrictions sanitaires.

"Tous les résultats de tests, RT-PCR ou TAg (antigéniques), entrent dorénavant dans la production des indicateurs SI-DEP (taux d'incidence, taux de positivité et taux de dépistage)"

L'autre changement porte sur le taux de positivité (pourcentage de cas positifs sur le total des personnes testées) et le taux de dépistage (pourcentage de personnes testées par rapport à la population totale). Auparavant, Spf ne prenait en compte que les personnes testées positives ou négatives pour la première fois.

"Ainsi, étaient exclues les personnes multi-testées négatives avec comme conséquence une sous-estimation croissante au cours du temps du nombre de personnes testées", puisqu'il est désormais "fréquent qu'une même personne effectue plusieurs tests, notamment lorsque les précédents étaient négatifs."

Désormais, les personnes "re-testées positives pour la première fois depuis plus de 60 jours" et toutes les personnes testées négatives, même celles qui l'ont déjà été, sont intégrées. "Le risque de réinfection, qui est aujourd'hui considéré très faible mais possible après 60 jours, doit pouvoir être identifié", explique l'agence sanitaire.

Avec le nouveau calcul, le taux de positivité, qui se situait à 10,7% au 4 décembre sur les sept derniers jours, chute mécaniquement à 6,4% à la même date, car la base sur laquelle est calculée la proportion de tests positifs est plus large.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : la vague monte « fortement » en Bourgogne-Franche-Comté

La circulation du virus s'est encore accélérée en Bourgogne-Franche-Comté avec un taux d'incidence de 346 cas pour 1000.000 habitants en Bourgogne-Franche-Comté. Le Jura est le troisième département de France le plus touché par la cinquième vague et les conséquences commentent à peser sur le système de santé. L'agence régionale de santé enjoint la population à renouer avec les gestes barrières.

Covid-19 : huit cas d’Omicron relevés, Delta ne relâche pas la pression

Le nombre de cas d'infections au variant Omicron détecté en France se monte désormais à huit dont un dans le Haut-Rhin, selon le dernier bilan actualisé de l'agence sanitaire Santé publique France. Mais la menace actuelle reste le variant Delta avec des contaminations qui s'envolent. Un conseil de défense sanitaire est programmé lundi.

Covid-19 : les derniers indicateurs ne sont pas bons (non plus) en Bourgogne-Franche-Comté

Le taux d'incidence dépasse désormais les 300 cas pour 100.000 habitants en Bourgogne-Franche-Comté avec un taux de positivité des tests désormais à 6 %. Le Jura connaît toujours le taux d'incidence le plus élevé (448 cas pour 100.000 habitants) devant le Doubs (375) et le Territoire de Belfort (315). Les hospitalisations sont aussi en augmentation.

Omicron : les personnes vulnérables non vaccinées doivent éviter de voyager

lors que le nouveau variant Omicron suscite toutes les inquiétudes, l’Organisation mondiale de la santé a dévoilé de nouvelles recommandations, mardi 30 novembre. Les personnes à risque non vaccinées contre le Covid-19, y compris les plus de 60 ans ou celles ayant des comorbidités (maladie cardiaque, cancer et diabète), doivent éviter de voyager dans les zones où la transmission locale du coronavirus existe.  

Santé

Covid-19 : la vague monte « fortement » en Bourgogne-Franche-Comté

La circulation du virus s'est encore accélérée en Bourgogne-Franche-Comté avec un taux d'incidence de 346 cas pour 1000.000 habitants en Bourgogne-Franche-Comté. Le Jura est le troisième département de France le plus touché par la cinquième vague et les conséquences commentent à peser sur le système de santé. L'agence régionale de santé enjoint la population à renouer avec les gestes barrières.

Covid-19 : huit cas d’Omicron relevés, Delta ne relâche pas la pression

Le nombre de cas d'infections au variant Omicron détecté en France se monte désormais à huit dont un dans le Haut-Rhin, selon le dernier bilan actualisé de l'agence sanitaire Santé publique France. Mais la menace actuelle reste le variant Delta avec des contaminations qui s'envolent. Un conseil de défense sanitaire est programmé lundi.

Covid-19 : les derniers indicateurs ne sont pas bons (non plus) en Bourgogne-Franche-Comté

Le taux d'incidence dépasse désormais les 300 cas pour 100.000 habitants en Bourgogne-Franche-Comté avec un taux de positivité des tests désormais à 6 %. Le Jura connaît toujours le taux d'incidence le plus élevé (448 cas pour 100.000 habitants) devant le Doubs (375) et le Territoire de Belfort (315). Les hospitalisations sont aussi en augmentation.

Omicron : les personnes vulnérables non vaccinées doivent éviter de voyager

lors que le nouveau variant Omicron suscite toutes les inquiétudes, l’Organisation mondiale de la santé a dévoilé de nouvelles recommandations, mardi 30 novembre. Les personnes à risque non vaccinées contre le Covid-19, y compris les plus de 60 ans ou celles ayant des comorbidités (maladie cardiaque, cancer et diabète), doivent éviter de voyager dans les zones où la transmission locale du coronavirus existe.  
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.6
couvert
le 06/12 à 6h00
Vent
0.22 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
100 %

Sondage