Covid : Véran envisage la fin du masque en intérieur à la mi-mars

Publié le 16/02/2022 - 11:31
Mis à jour le 16/02/2022 - 11:31

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a envisagé mercredi la fin du port du masque en intérieur pour les adultes et les enfants « à la mi-mars », ainsi qu’un allègement du pass vaccinal à cette date, si la circulation du virus est « très faible ».

© Lukasz_gl/ Pixabay ©
© Lukasz_gl/ Pixabay ©

"A la mi-mars, si les hôpitaux sont en état normal de fonctionnement, et si la circulation du virus est très faible, nous pourrons enlever les masques pour les adultes et pour les enfants, pour tout ou partie des lieux fermés, y compris sans pass", a déclaré Olivier Véran, interrogé sur Franceinfo.

"Nous pourrons commencer à alléger fortement le dispositif du pass vaccinal, peut-être pas tout en bloc, peut-être qu'on gardera des mesures pour la fin mars début avril", a-t-il poursuivi.

Le ministre a envisagé la perspective de "conserver (le masque) dans les endroits qui sont très à risque, comme par exemple les discothèques, et là ce serait jusque fin mars, début avril".

Le Covid-19 "n'est pas derrière nous mais ça s'améliore nettement partout (...), donc c'est une nouvelle rassurante", s'est félicité le ministre, rappelant toutefois qu'"il y a encore beaucoup de malades à l'hôpital, en réanimation et encore beaucoup trop de morts au quotidien".

Selon les chiffres officiels diffusés mardi soir, le nombre de personnes hospitalisées s'élève à 31.091, les services de soins critiques comptent 3.235 malades, et 304 personnes sont mortes à l'hôpital avec un diagnostic Covid en 24 heures.

"La dynamique de circulation du virus s'affaiblit très fort et si on continue sur cette dynamique-là, on pourra sortir totalement de la vague d'ici à quelques semaines", a affirmé Olivier Véran. Selon lui, "la stratégie d'allègements progressifs proportionnée à la charge virale était la bonne".

Interrogé sur la faible vaccination des enfants en France (4,4% des 5-11 ans avaient reçu au moins une injection au 8 février), le ministre a assuré qu'il ne s'agissait "pas d'échec".

"Je prends mon bâton de pèlerin (...) pour dire et redire aux parents que vacciner son enfant, c'est ne pas prendre le risque qu'il fasse partie de ces centaines d'enfants qui sont hospitalisés pour une forme grave de Covid", a dit Olivier Véran.

"On atteint jusqu'à 500 enfants hospitalisés sur une semaine"

Le ministre a aussi regretté que "30% des femmes enceintes" ne soient pas vaccinées. "Si une femme enceinte n'est pas vaccinée, le risque d'accouchement prématuré est multiplié par 20", a-t-il souligné.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.4
légère pluie
le 23/02 à 15h00
Vent
4.56 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
66 %