Le CHRU de Besançon va déposer plainte contre le Pr Humbert pour diffamation

Publié le 24/03/2017 - 15:55
Mis à jour le 17/04/2019 - 11:49

Chantal Carroger, directrice de du CHRU de Besançon, a annoncé ce vendredi 24 mars 2017 vouloir porter plainte contre le professeur Philippe Humbert pour diffamation suite aux accusations de « manquements aux procédures«  sur des patients en chimiothérapie au service dermatologie.
 

"Cette établissement ne mérite pas qu'on le traine dans la boue", s'insurge Chantal Carroger, directrice du CHRU de Besançon. Elle ajoute que "cela suffit de prendre en otage la population, de jeter le discrédit sur les professionnels de santé, d'entendre parler de machination, de complots ou de pratiques douteuses. Je vous annonce que le CHRU va déposer plainte pour diffamation".

Deux enquêtes avaient été respectivement demandées en novembre 2015 et octobre 2016 à la demande du professeur Humbert pour "dénoncer certaines pratiques" au service dermatologie du CHRU de Besançon.

"La meilleure défense, c'est l'attaque"

Philippe Humbert a été chef de service dermatologie de 1993 à octobre 2015. Chantal Carroger précise qu'il n'y a eu aucune situation particulière avant 2015. Il aurait, selon cette dernière, envoyé un courrier à l'ancien directeur prenant sa retraite : "vous pouvez être fier de votre hôpital". Il a d'ailleurs formé lui-même les personnes travaillant à ses côtés au service dermatologie. "Quand on risque une plainte pour harcèlement, on a intérêt à se défendre", s'exclame-t-elle. "Un chef de service a une responsabilité sur l'organisation dans son service" ajoute M. Limat, président de la Commission médicale d'établissement, faisant référence aux accusations de Philippe Humbert sur le "manquement aux règles" des Réunions de Concertation Pluridisciplinaires (RCP). Madame Carroger explique que les "manquements aux procédures étaient de l'ordre d'un oubli de signature sur une fiche".

M. Limat insiste : "le plus important pour les malades c'est une prise en charge correcte". Il ajoute que le rapport ne mentionne qu'il n'y a eu aucun écart de fait. Il tient à mentionner que le premier rapport concernant les RCP a conclu que certaines réunions ne correspondaient pas "totalement" mais que ce problème avait été corrigé.

17 courriers reçus contre le professeur Humbert

Selon Chantal Carroger, le directeur général de l'époque Patrick Barberousse, a reçu 17 courriers de médecins et d'internes se plaignant du comportement du professeur Humbert. "Arrêt pour dépressions graves, jusqu'à vingt messages un dimanche à toute heure du jour et la nuit, menace de ne pas soutenir pour l'obtention de diplôme, du chantage, abus de pouvoir, propos violents voire insultes, nous sommes tous victimes d'harcèlement morale par notre chef de service"  lit gravement la directrice de l'hôpital. Elle poursuit "il m'a dit qu'il allait pousser la fille d'une patiente à porter plainte contre moi". M. Limat indique que le service dermatologie "a été boycotté pendant 6 mois par les internes".

"Il n'y a pas de chimiothérapies abusives"

La directrice de l'hôpital tient à rassurer les patients : "Il n'y a pas de chimio abusives".  Le président de la Commission médicale d'établissement confirme ce point et ajoute :"le traitement des mélanomes n'a pas baissé entre 2015 et 2016 mais a augmenté à Besançon comme partout en France". Il précise que le CHRU de Besançon est "le seul centre en Franche-Comté à traiter les mélanomes". Par cette affirmation, Samuel Limat revient sur un point exposé par le professeur Humbert qui, selon lui, voyait un lien de cause à effet entre une chimiothérapie abusive et une chute (de la 3ème place en 2015 à la 11ème place en 2016) dans le classement des hôpitaux dans le magazine Le Point. "On ne peut pas définir la qualité d'un hôpital avec un classement", s'insurge M. Limat.

Réponse aux accusations de "conflits d'intérêts"

"L'université rémunère les professeurs d'universités", déclare le professeur Thierry Moulin, doyen, directeur de l'UFR des Sciences médicales et pharmaceutiques. Il existe "des contrôles". La directrice du CHRU ajoute que "les professeurs ne peuvent pas être payés au niveau de l'hôpital, ni être payés plus au profit qu'ils feraient des chimiothérapies".

Info +

  • La directrice du CHRU de Besançon affirme qu'elle n'a pas reçu les 46 plaintes.
  • La Fédération Hospitalière de France soutien le CHU de Besançon
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

humbert

Procès en diffamation contre le professeur Humbert : renvoi ce 26 septembre 2018

L'avocat du Pr Humbert, maître Uzan, a prévenu le tribunal que ses explications pour la défense de son client prendront "un minimum de 3 heures". • Le procès en diffamation intenté par le CHRU de Besançon à l’encontre du professeur Humbert qui devait se dérouler le 11 juillet dernier à Besançon est renvoyé ce mercredi 26 septembre 2018.

Justice : la décision du procès en diffamation contre le professeur Humbert attendue ce mercredi

Le procès en diffamation intenté par le CHRU de Besançon à l’encontre du professeur Humbert se déroulera ce mercredi 11 juillet 2018 à Besançon. Une plainte avait été déposée par l’hôpital le 24 mars 2017. Le Professeur Humbert avait relevé « des dysfonctionnements » et s’était estimé « victime d’harcèlements » à son tour de la part du CHRU.

Philippe Humbert “déplore” que des poursuites soient engagées à son encontre par l’ARS

L’ancien chef du service dermatologie du CHRU de Besançon « déplore » jeudi 23 mars 2017, les poursuites engagées contre sa personne suite à l’annonce mercredi 22 mars du rapport de l’Agence Régionale de la santé sur les précédentes accusations de « manquement aux procédures » sur des patients en Chimiothérapie.

L’absence de plaintes au CHRU de Besançon est “partiellement faux” selon le professeur Humbert

Suite à notre article de ce mardi 21 mars 2017 dans le quel la direction du CHRU de Besançon indique qu’elle n’a reçu « aucune plainte » de patients, le professeur Philippe Humbert réaffirme ce 22 mars que le CHRU de Besançon un « manque de transparence » au niveau de la communication avec les patients en chimiothérapie et précise que l’absence de plaintes est « partiellement faux ».

Santé

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Le CHU veut convaincre futurs internes de choisir Besançon pour étudier

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.3
légère pluie
le 25/05 à 18h00
Vent
0.85 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
83 %