Risque d'hospitalisation réduit de moitié avec Omicron comparé à Delta

Publié le 13/01/2022 - 11:31
Mis à jour le 13/01/2022 - 16:25

Étude • Une vaste étude américaine menée sur près de 70.000 personnes testées positives au Covid-19 a montré un risque d’hospitalisation et de décès substantiellement réduit avec le variant Omicron comparé à Delta, et ce indépendamment des niveaux d’immunité grandissants au sein de la population.

 © DR
© DR

Les personnes infectées avec Omicron avaient moitié moins de risque d’être hospitalisées que celles avec Delta, selon ces travaux. Le risque d’être placé en soins intensifs était lui réduit d’environ 75%, et celui de mourir de plus de 90%.

Parmi les plus de 52.000 personnes infectées par Omicron suivies par cette étude, aucune n'a eu besoin d'un respirateur artificiel, contre 11 personnes parmi les près de 17.000 infectées par Delta. En outre, la durée médiane des hospitalisations était de 1,5 jour pour Omicron, contre près de 5 jours pour Delta.

Cette analyse a été conduite à partir de données du système hospitalier californien de Kaiser Permanente, au cours du mois de décembre 2021, alors que les deux variants circulaient largement. L'étude, qui n'a pas encore été vérifiée par des pairs, a été menée par des chercheurs de l'Université de Californie, Berkeley, Kaiser Permanente et des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC).

Ces données viennent conforter celles accumulées auprès des populations d'autres pays, par exemple en Afrique du Sud ou en Grande-Bretagne. Mais aussi celles ayant montré -- chez des animaux ou ex vivo (en dehors du corps humain) -- qu'Omicron se réplique davantage dans les voies aériennes supérieures (nez, gorge) que dans les poumons, où démarrent les formes graves de Covid-19.

"L'étude a pris en compte des paramètres importants comme l'âge, le sexe, les infections passées au SARS-CoV-2, le statut vaccinal et les comorbidités", a déclaré mercredi Rochelle Walensky, la directrice des CDC.

Les résultats montrent ainsi qu'Omicron est "intrinsèquement moins grave" que Delta, et non seulement que des personnes étant davantage immunisées (après une infection passée ou un vaccin) l'attrapent actuellement, explique l'étude.

Par ailleurs, si ces travaux ont noté une efficacité des vaccins réduite contre les infections liées à Omicron, la protection restait malgré tout substantielle contre les formes graves de la maladie.

Malgré tout, Mme Walensky a souligné que la très haute contagiosité d'Omicron menait mécaniquement à un grand nombre d'hospitalisations, mettant sous pression un système de soin dont le personnel a déjà été mis à rude épreuve depuis deux ans.

Le pays enregistre actuellement en moyenne 750.000 nouveaux cas par jour, et environ 1.600 décès quotidiennement. Plus de 150.000 personnes sont actuellement hospitalisées atteintes du Covid-19 aux Etats-Unis, un record.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Dépistage du cancer du sein : « 40 % des cancers peuvent être évités » selon le docteur Rymzhanova-Coste

Sur la période 2020 - 2021, le taux de participation au dépistage du cancer du sein s’élevait à 52,7 % en Bourgogne-Franche-Comté. Des chiffres plus élevés qu’à l’échelle nationale, mais toujours insuffisants selon le docteur Raouchan Rymzhanova-Coste, médecin directeur du centre de coordination du dépistage des cancers de la région, situé rue Paul Bert à Besançon.

Hôpital public : une action spéciale ce mercredi autour de « La mère et l’enfant » devant le CHU de Besançon

Le syndicat Sud Santé Sociaux du CHU de Besançon organise une action mercredi 28 septembre à 11h30 en soutien autour de la statue de « La mère et l’enfant » sur le parvis de l’établissement hospitalier. Objectif : soutenir l’hôpital public dont le CHU bisontin qui manque aujourd’hui de 300 infirmières et 150 aides-soignant(e)s, dénonce le syndicat dans un communiqué.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.21
légère pluie
le 01/10 à 18h00
Vent
5.82 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
95 %

Sondage