Une stratégie par "région" pour freiner l'épidémie de Covid-19

Publié le 17/03/2021 - 07:30
Mis à jour le 17/03/2021 - 07:35

Conseil scientifique • Le Conseil scientifique recommande de ne fermer les écoles qu’en dernier recours et préconise dans un nouvel avis une « stratégie précoce et régionale » pour freiner l’épidémie de Covid-19 et la saturation des services hospitaliers.

Durant le confinement du printemps 2020 ... © CT
Durant le confinement du printemps 2020 ... © CT

Le conseil scientifique recommande une stratégie « précoce et régionale »

"La fermeture d'écoles apparaît comme une mesure sanitaire extrême de dernier recours, dès lors que des protocoles sanitaires efficaces existent", écrivent les membres du Conseil scientifique, qui soulignent "l'impact très négatif de la déscolarisation sur l'apprentissage, et même peut-être irrattrapable pour les enfants issus de familles défavorisées ou en situation précaire".

"En cas de situation sanitaire critique, la présence au collège et au lycée peut être graduée" et alternée, ajoute l'instance, dont une délégation est reçue mardi en fin de journée par Emmanuel Macron.

"Situation insatisfaisante en milieu professionnel"

En revanche, le conseil scientifique juge la "situation insatisfaisante en milieu professionnel", et plaide pour "une tentative de durcissement des protocoles sanitaires, et des moyens dédiés à leur respect et à leur contrôle effectif, en particulier lors des repas".

Son avis a été remis jeudi dernier au gouvernement, qui ne l'a pas encore rendu public, mais qui a été partagé sur les réseaux sociaux.

Après avoir plaidé en vain fin janvier pour un confinement strict de quatre semaines, l'instance -  dont fait partie aujourd'hui le Pr Catherine Chirouze du CHRU de  Besançon -   considère que "la menace que font peser les variants sur la dynamique épidémique reste très présente". En tablant sur 300 000 doses de vaccin injectées chaque jour à partir du 1er avril, mais "sans réductions supplémentaires des taux de transmission et avec l'effet des variants, on peut s'attendre à observer un pic d'hospitalisations supérieur à celui de mars 2020", relève le conseil scientifique notamment en se basant sur les modélisations de l'Institut Pasteur.

"Une stratégie précoce, régionale, ajustée et ciblée"

Dans ce contexte, il privilégie "une stratégie précoce, régionale, ajustée et ciblée", mais juge "primordial que la gestion régionale de l'épidémie soit extrêmement réactive et dans l'anticipation" et prévient que cette stratégie est "difficilement tenable en cas de flambée épidémique dans plusieurs régions françaises". "Par rapport à l'approche attentiste, des mesures précoces permettent de minimiser le pic épidémique et le nombre cumulé d'hospitalisations et de décès et les mesures pourront également être levées plus rapidement conduisant à un impact économique moindre", insiste l'instance présidée par Jean-François Delfraissy.

D'un autre côté, "une telle stratégie peut permettre également d'envisager, dans les territoires à taux de transmission du virus très bas, un allègement progressif des mesures restrictives les plus strictes", note le conseil scientifique, qui range dans la catégorie "à risque peu élevé" les "lieux culturels y compris cinémas et théâtres".

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Cernés par le sucre ? Valentine Caput fait le point sur la présence du sucre dans les produits

Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient de livrer ses conclusions concernant l’utilisation de sucres ou de produits sucrants dans quelques 54.000 produits alimentaires transformés de consommation courante. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats pour le moins vertigineux...

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Numérique en santé : l’Europe consolide son soutien à la plateforme régionale eTICSS

Au cœur de la stratégie e-santé en Bourgogne Franche-Comté, eTICSS est l’outil clé de la transformation numérique des parcours de santé dans la région. Dans un communiqué daté du 3 avril 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté annonce avoir mobilisé 10,5 millions d'euros de financements européens pour la seconde phase du projet numérique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.21
peu nuageux
le 21/04 à 21h00
Vent
1.57 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
92 %