Alerte Témoin

Fin de l'état d'urgence : ce qui change à partir du 11 juillet 2020 et ce qui ne change pas...

Publié le 10/07/2020 - 10:32
Mis à jour le 10/07/2020 - 10:33

CORONAVIRUS •

À partir de ce soir minuit, l'état d'urgence en France instauré en mars dernier pour lutter contre l'épidémie de covid-19 prendra fin. Qu'est-ce qui va changer à partir de samedi 11 juillet 2020 et qu'est-ce qui ne changera pas ?

Besançon
Besançon © Alexane Alfaro

L'état d'urgence avait été instauré le 23 mars pour lutter contre la propagation du covid-19 en France. Il prendre fin ce vendredi 10 juillet à minuit (sauf en Guyane et à Mayotte où il est prolongé jusqu'au 30 octobre).

Qu'est-ce qui va changer ?

  • Fin de la trêve hivernale : les propriétaires auront le droit d'expulser des locataires.
  • Réouverture des stades et des hippodromes : ces espaces, déjà rouverts pour des pratiques sportives encadrées avec des mesures de prévention, rouvriront au public avec une jauge maximale de 5.000 personnes.
  • Croisières fluviales autorisées : ces croisières seront de nouveau autorisées, mais ce n'est pas le cas des croisières maritimes internationales.
  • Manifestations et rassemblement sur la voie publique : si le nombre de personnes à une manifestation sur la voie publique était limité à 10 personnes (sauf autorisation préfectorale), cette limite est levée avec celle de l'état d'urgence.
  • Accès au gaz naturel : les fournisseurs d'énergie seront autorisés à couper l'accès au gaz naturel et à l'électricité en cas de non-paiement des factures.
  • Fin du délai de carence : le délai de carence en cas d'arrêt maladie sera de retour, soit un jour pour les salariés de la fonction publique et trois jours pour ceux du privé.
  • Fin de l'exonération d'impôt des heures supplémentaires : elles ne pourront plus bénéficier d'une exonération d'impôt sur le revenu dans la limite de 7.500€ annuels. Le plafond revient à 5.000€.
  • Plafonnement des prix des masques et du gel hydroalcoolique : jusqu'à présent, le prix d'un masque était fixé à 95 centimes et les 100ml de gel hydroalcoolique ne devaient pas dépasser 2,64€.
  • Un reconfinement total sera impossible. Pour cela, il faudrait un nouvel état d’urgence sanitaire.

Les interdictions qui restent…

  • Le port du masque reste obligatoire dans les transports collectifs jusqu'en novembre.
  • La jauge maximale de 5.000 personnes dans les grands évènements, les stades et les salles de spectacle est maintenue jusqu'au 1er
  • Les sports de combat restent interdits au moins jusqu'en septembre.
  • Les foires et salons restent interdits au moins jusqu'en septembre.
  • Les discothèques restent fermées au moins jusqu'en septembre.

Infos +

  • Jusqu'au 30 octobre inclus, le Premier ministre et son gouvernement peuvent encore prendre des mesures règlementaires par décret en cas de reprise de l'épidémie, y compris après la sortie de l'état d'urgence.
  • En Europe, face à la recrudescence de cas de covid-19, plusieurs pays ont dû reconfiner une partie de leur population comme en Espagne, en Allemagne, au Portugal et au Royaume-Uni.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Coronavirus : les indicateurs continuent de se dégrader

Dans son bilan hebdomadaire en date du vendredi 7 août 2020, l'agence régionale de santé appelle à "rester prudent", notamment auprès des plus fragiles. 160 cas positifs ont été enregistrés en une semaine dans la région. En France, plus de 2.000 nouveaux cas ont été enregistrés en 24h. Durant cette période estivale, l'ARS invite au respect de tous les gestes barrières lors des rassemblements en famille ou entre amis

Formation accélérée du « décubitus ventral » : l’hôpital de Besançon en exemple

"Teams DV" •

Pour répondre à l’augmentation du nombre de patients Covid-19  souffrant du syndrome de détresse respiratoire aiguë durant la crise sanitaire, 212 volontaires ont été formés entre le 27 mars et le 15 avril au CHRU de Besançon à la mise en décubitus ventral (DV) des patients placés sous respirateur artificiel et sédatés. L'initiative "Team DV" a été saluée dans la revue scientifique Annals of Surgery et pourra servir à d'autres établissements en cas de seconde vague...

Santé

Où se baigner en toute sécurité en Bourgogne Franche-Comté ?

carte de baignade • L'Agence Régionale de la Santé de Bourgogne-Franche-Comté appelle les habitants de la région à la plus grande prudence en privilégiant les points de baignade surveillées pour se rafraichir durant les fortes chaleurs. Voici la liste de près de 80 points de baignade naturelle classées en fonction de la qualité de l'eau. 

Été et risque de noyade : les conseils pour votre baignade

Le ministère des Sports a lancé un appel à la vigilance pour sensibiliser les baigneurs aux risques de noyades et d'hydrocution. Les noyades accidentelles sont responsables chaque année d’environ 1.000 décès et constituent la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans.Voici tous les conseils utiles et pratiques pour éviter les accidents de baignades.   

Que faire en cas de piqûre de guêpe ?

C'est la saison des guêpes  ! Cet été 2020, avec de très faibles précipitations, est propice à leur développement. De plus, la chaleur facilite la survie des insectes, première nourriture des guêpes. Alors quand il y a piqûre ? Que faire ?  Une piqûre de guêpe  doit être soignée. Pour les personnes allergiques, il faut réagir très vite, car une vulgaire piqûre peut être mortelle. Voici les conseils.

Canicule : interdiction de se baigner dans les lacs et les rivières

Rappel • Joël Mathurin, le préfet du Doubs et les sapeurs-pompiers appellent à la plus grande prudence suite aux récentes noyades survenues dans le département. Pour rappel, il est interdit de se baigner dans les lacs et rivières du Doubs "hors zones de baignades référencées et autorisées." Les pompiers invitent la population à respecter les consignes "pour éviter des drames".

L’agriculture intensive augmente les risques de pandémie (étude)

L'exploitation des terres pour l'agriculture intensive, qui rapproche des humains les animaux sauvages dont l'habitat est dérangé, rend plus probable la survenue de pandémies telles que celle du Covid-19, selon une étude publiée mercredi. Selon cette étude publiée dans la revue Nature, les maladies dont sont porteurs les animaux sauvages ont plus de risque d'être transmises aux humains en raison de l'évolution de l'usage des terres.

Médecin urgentiste du Jura mort du Covid-19 : son épouse a porté plainte

Médecin urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Saunier, Éric Loupiac, 60 ans, est décédé le 23 avril 2020 du  Covid-19 après plus d'un mois passé en réanimation à Marseille. Il était alors le 10e médecin à mourir du Coronavirus en France. Son épouse, Claire Loupiac avait annoncé début mai vouloir porter l'affaire devant la justice. Une plainte a été déposée ce mardi 4 août 2020. 
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     30.11
    ciel dégagé
    le 08/08 à 12h00
    Vent
    1.62 m/s
    Pression
    1019 hPa
    Humidité
    30 %

    Sondage