L'épidémie de grippe responsable d'environ 9.500 morts

Publié le 10/04/2019 - 14:50
Mis à jour le 18/04/2019 - 11:10

L'épidémie de grippe a été d'une gravité modérée durant l'hiver 2018-2019 avec environ 9.500 décès selon une estimation encore provisoire publiée mercredi par Santé publique France qui précise par ailleurs que 633 cas de rougeole ont été déclarés depuis le début de l'année.

 ©
©

"Environ 9.500 décès (sont) attribuables à la grippe depuis le début de la surveillance" en octobre et jusqu'au 24 mars, a indiqué l'agence sanitaire. "87% de ces décès concernent des "personnes âgées de 75 ans et plus". Ce chiffre est calculé à partir de la surmortalité toutes causes confondues constatée au cours d'une période par rapport à la moyenne des années précédentes. Santé publique France estime ensuite quelle part de cet excès de mortalité peut être attribué à la grippe.

Cette maladie virale avait entraîné 14.400 décès lors de l'épidémie de 2016-2017 et 12.980 l'an dernier, selon ces estimations.

Santé publique France publiera la semaine prochaine un "bilan préliminaire" couvrant l'ensemble de la durée de l'épidémie, qui a commencé cette année de façon tardive, en janvier, et s'est terminée fin mars.

633 cas de rougeole déclarés depuis le début de l'année

L'organisme public fait par ailleurs état de 633 cas de rougeole déclarés depuis le 1er janvier, contre 1.686 sur la même période en 2018, en quasi-totalité "chez des sujets non ou mal vaccinés". 193 personnes ont dû être hospitalisées, dont 10 en réanimation, et 50 ont souffert d'une pneumopathie, l'une des complications graves de la rougeole.

Santé publique France avait annoncé en mars le décès d'une femme des suites d'une encéphalite due à la rougeole. Cette maladie a causé une vingtaine de décès en France depuis 2008.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

grippe

Grippe : des vaccins livrés au compte-gouttes à Besançon

Neuf millions de personnes ont été vaccinées en France depuis le 6 octobre 2018. La campagne de vaccination se poursuit jusqu'au 31 janvier 2019, mais avec quelques contraintes : les vaccins sont donnés au compte goutte et aux personnes vulnérables. Nous nous sommes rendus dans une pharmacie du centre-ville de Besançon pour faire le point.

Santé

Covid-19 : l’ARS observe de premiers indices de rebond en Bourgogne-Franche-Comté

7 départements sur 8 de la région Bourgogne-Franche-Comté sont en dessous du seuil d'alerte fixé à 50 cas pour 100.000 habitants. La Haute-Saône enregistre toutefois une forte augmentation du nombre de cas avec +56,25 % en sept jours. Elle se trouve au niveau du seuil d'alerte... L'Agence Régionale de la Santé a d'ailleurs noté un indicateur à la hausse chez les plus de 65 ans en Haute-Saône et en Saône-et-Loire.

Ségur de la Santé : les détails des investissements en Bourgogne Franche-Comté

Dans le cadre de l'enveloppe globale de 19 milliards d'euros négociée lors du Ségur de la Santé, les mesures prises pour chaque région ont été publiées, dont celles prévues en Bourgogne Franche-Comté. Ce mardi 19 octobre, le Premier ministre, Jean Castex, aux côtés du ministre de la Santé, Olivier Véran et de la ministre déléguée en charge de l’autonomie, Brigitte Bourguignon étaient en déplacement en Côte-d’Or pour présenter la stratégie régionale des investissements Ségur en Bourgogne-Franche- Comté.

Covid : la circulation du virus poursuit sa baisse en Bourgogne Franche-Comté, l’ARS veut maintenir la dynamique de vaccination

La circulation du virus poursuit sa baisse lentement mais continuellement en Bourgogne Franche-Comté selon les derniers chiffres de Santé publique France en date du 14 octobre 2021. Malgré une baisse du nombre d'hospitalisations, le nombre de patients en réanimation est en hausse.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.62
ciel dégagé
le 28/10 à 3h00
Vent
1.21 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
100 %

Sondage