Vaccin contre la grippe : quand ? Pour qui ? Pourquoi ?

Publié le 28/12/2018 - 16:26
Mis à jour le 28/12/2018 - 16:26

L'épidémie de grippe en France survient chaque année au cours de l'automne et de l'hiver. Elle touche 2 à 6 millions de personnes et plus de 90% des décès liés à cette infection surviennent chez des personnes de plus de 65 ans…

vaccination_grippe_5115654021.jpg
© Daniel Paquet CC0
PUBLICITÉ

La vaccination contre les virus grippaux saisonniers concerne les personnes fragilisées vis-à-vis de l’infection et à risque de complications, notamment les personnes âgées, celles atteintes de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes et les personnes obèses. Selon le site vaccination-infoservice.fr, elle permet à la fois :

  • de réduire le risque d’être contaminé par la grippe ;
  • de réduire le risque de faire des formes graves de la grippe.

La vaccination des femmes enceintes protège également le nourrisson dans ses premiers mois de vie.

Les souches de virus de la grippe en circulation ne sont pas les mêmes d’une année à l’autre et la durée de protection du vaccin peut s’estomper après quelques mois. C’est pourquoi il faut se faire vacciner chaque année.

Quelles sont les recommandations ?

Une vaccination tous les ans contre la grippe est recommandée pour toutes les personnes de 65 ans et plus.

Plus particulièrement, la vaccination contre la grippe est recommandée aux femmes enceintes, quel que soit le stade de la grossesse et à toute personne âgée de plus de 6 mois si elle présente l’une des maladies suivantes :

  • maladies respiratoires : bronchite chronique, emphysème, asthme, bronchopneumopathie obstructive (BPCO), silicose, dilatation des bronches, mucoviscidose, malformations de la cage thoracique… Toutes ces maladies sont en effet susceptibles d’être aggravées par la grippe ;
  • maladies cardiovasculaires : cardiopathie congénitale, insuffisance cardiaque, maladie des valves cardiaques, troubles du rythme cardiaque, maladie des artères du cœur, angine de poitrine, antécédent d’accident vasculaire cérébral (AVC), d’infarctus ou de pontage ;
  • maladies neurologiques et neuromusculaires : formes graves des affections neurologiques et musculaires (myopathie, sclérose en plaques, séquelles d’accident vasculaire cérébral, démence de type Alzheimer ou autre, poliomyélite, myasthénie…), paraplégie ou tétraplégie avec atteinte du diaphragme ;
  • maladies des reins et du foie : néphropathie (atteinte du rein) chronique grave, personnes en dialyse, syndrome néphrotique, maladie chronique du foie ;
  • troubles métaboliques : diabète, obésité ;
  • troubles de l’immunité et maladies sanguines : cancers et autres maladies du sang, transplantation (greffe) d’organe et de moelle, déficits immunitaires, maladies inflammatoires et/ou auto-immunes traitées par immunosuppresseurs, infection par le VIH, drépanocytose ;
  • à l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois qui présentent des facteurs de risque de grippe grave : prématurés, enfants atteints de cardiopathie congénitale, de déficit immunitaire congénital, de pathologie pulmonaire, neurologique ou neuromusculaire ou d’une affection de longue durée (ALD).
  •  aux personnes en situation d’obésité avec un indice de masse corporelle (IMC) égal ou supérieur à 40 kg/m2.
  •  aux personnes séjournant dans un établissement de soins de suite ou dans un établissement médico-social d’hébergement quel que soit leur âge.

La vaccination contre la grippe est recommandée chez toutes les personnes concernées par les recommandations générales, en particulier lorsqu’elles participent à un voyage, notamment en groupe ou en bateau de croisière.

 

(Source : vaccination-info-service.fr)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Grossesse : l’ARS souhaiterait que les futurs parents accèdent davantage à l’entretien prénatal précoce

L'Agence Régionale de Santé (ARS) indique ce 21 mars 2019 sa volonté de "généraliser l’accès" à l'entretien prénatale précoce aux futurs parents en Bourgogne-Franche-Comté. Cette disposition entre, selon elle, dans les priorités inscrites dans le projet régional de santé.

Recherche : un médicament « vivant » pour vaincre la leucémie

C'est une première mondiale. Après cinq années de recherche, les Dr Christophe Ferrand et Dr Marina Deschamps aidés de  leur équipe de l'établissement français du sang Bourgogne Franche-Comté à Besançon ont développé de nouvelles immunothérapies dans le traitement de la leucémie. La création d’une start-up est en réflexion afin de lever deux à quatre millions d’euros.

Vin, bière ou whisky, quel taux l’alcool pour un verre ?

THÈME DE LA SEMAINE : LA SAINT-PATRICK #4 • Macommune.info a lancé le 4 mars 2019 une nouvelle rubrique intitulée "La question (pas si) con". Chaque jour, une question est posée, accompagnée de la réponse sur un thème hebdomadaire différent. Cette semaine, il s'agit de questions que l'on est susceptibles de se poser sur le thème de la Saint-Patrick (le 17 mars) : à votre avis, vin, bière ou whisky, quel taux l'alcool pour un verre ?

Les députés autorisent les pharmaciens à délivrer certains médicaments sans ordonnance

Mercredi 13 mars 2019, les députés ont prévu en commission dans le cadre de l'examen du projet de loi santé d'autoriser les pharmaciens à délivrer dans certaines conditions des médicaments normalement sous ordonnance pour des pathologies bénignes comme des cystites ou angines. Les députés ont aussi prévu, à l'initiative du rapporteur et de certains députés LREM, de permettre aux infirmiers d'adapter des traitements en fonction des résultats d'analyses de biologie médicale des patients

Choix du médecin traitant : bientôt des voies de recours pour les patients

Les patients dépourvus de médecin traitant auront des voies de recours pour en obtenir un lorsqu'ils ne parviennent pas à en trouver, ont voté jeudi les députés en commission, à l'occasion de l'examen du projet de loi santé. Des amendements de deux députés apparentés MoDem et d'un LR ont été adoptés pour ainsi "rendre opposable l'accès au médecin traitant pour tout assuré en faisant la demande".

Commerçants solidaires, ensemble aux côtés des malades atteints de sclérose en plaques !

Forte de ses cinq années de succès, la Fondation ARSEP renouvelle sa campagne "Maman je t’aime un peu, beaucoup, solidairement !" Dans le département du Doubs, des commerçants participeront à cette campagne en plaçant une tirelire sur leur comptoir et une affiche en vitrine durant tout le mois de mai : un appel à la générosité du public pour que la recherche avance et donne espoir aux malades et à leurs familles de vaincre un jour la sclérose en plaques.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.18
ciel dégagé
le 24/03 à 12h00
Vent
2.16 m/s
Pression
1024.52 hPa
Humidité
89 %

Sondage