Résogrip annonce une "épidémie de grippe particulièrement meurtrière"

Publié le 03/02/2017 - 16:24
Mis à jour le 18/04/2019 - 11:10

Au plan national, fin janvier, la surmortalité liée à la grippe est estimée à plus de 8.100 depuis le début du mois de décembre 2016. Résogrip, dispositif de veille sanitaire du virus de la grippe en Bourgogne-Franche-Comté annonce une poursuite de cette surmortalité dans les semaines à venir.

Le dernier bulletin concerne les 2e et 3e semaines du mois de janvier 2017. Résogrip note un nombre de consultations en cabinet de ville qui reste élevé. Toutefois, les patients présentant une infection respiratoire aigüe sont un peu moins nombreux. D’après le dispositif de surveillance, "le pic de l’épidémie a probablement été franchi, mais la grippe reste très présente sur le territoire de la Bourgogne-Franche-Comté."

Les médecins vigies du réseau observent toujours une part importante de grippe clinique. Ils notent que "le typage des virus de la grippe retrouve exclusivement du virus A, les virus B semblant totalement absents de l’épidémie cette année."

Le taux d’attaque est particulièrement important chez les personnes âgées, expliquant en partie "l’excès de la morbi-mortalité observé au plan national par Santé publique France". La surmortalité est ainsi estimée à plus de 8.100 décès depuis le début du mois de décembre 2016. Ces décès touchent presque exclusivement des personnes fragilisées et âgées de plus de 65 ans.

"Les décès survenant majoritairement par décompensation d’une pathologie chronique pré-existante, on va malheureusement assister à une poursuite de la surmortalité dans les semaines à venir", déplore Résogrip. "Il faut continuer à surveiller l’évolution de cette épidémie de grippe qui n’a peut-être pas dit son dernier mot."

À noter que le nombre de gastro-entérites vues en consultation par les médecins vigies du réseau semble modéré sur la région.

Infos +

Jusqu’en 2014, l’épidémie de grippe était surveillée par l’association GROG Bourgogne-Franche-Comté (Groupes Régionaux d’Observation de la Grippe). Suite à l’arrêt du GROG national, le nom du réseau a dû changer. Il s’appelle désormais Résogrip Bourgogne-Franche-Comté.

Présidé par le Docteur Emmanuel Debost, médecin généraliste à Plombières-les-Dijon, le dispositif de veille sanitaire assure une surveillance régionale par un réseau de médecins vigies libéraux, généralistes et pédiatres, des infections respiratoires aigües, dont la grippe. Ce dispositif permet également de surveiller les épidémies de gastro-entérite.

Une vingtaine de médecins font partie de ce réseau. Ils sont seulement 3 en Franche-Comté, région sur laquelle le réseau, historiquement implanté en Bourgogne, souhaite maintenant se développer davantage en intégrant de nouveaux médecins. L’action des médecins vigies au sein de ce réseau de surveillance permet d’apporter une information territoriale fine de l’épidémie.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

grippe

L’épidémie de grippe responsable d’environ 9.500 morts

L'épidémie de grippe a été d'une gravité modérée durant l'hiver 2018-2019 avec environ 9.500 décès selon une estimation encore provisoire publiée mercredi par Santé publique France qui précise par ailleurs que 633 cas de rougeole ont été déclarés depuis le début de l'année.

Grippe : des vaccins livrés au compte-gouttes à Besançon

Neuf millions de personnes ont été vaccinées en France depuis le 6 octobre 2018. La campagne de vaccination se poursuit jusqu'au 31 janvier 2019, mais avec quelques contraintes : les vaccins sont donnés au compte goutte et aux personnes vulnérables. Nous nous sommes rendus dans une pharmacie du centre-ville de Besançon pour faire le point.

Santé

Le plan blanc déclenché dans tous les établissements de Bourgogne-Franche-Comté

En raison de la hausse des hospitalisations pour formes sévères de la Covid-19, l'agence régionale de santé a décidé d'étendre le plan blanc à tous les établissements de santé publics et privés de la région autorisé en médecine, chirurgie et/ou soins de suite et de réadaptation.

Covid-19 : Castex muscle les mesures à l'école, ferme les discothèques

Fermeture des discothèques, renforcement du protocole sanitaire à l'école primaire, ouverture de la vaccination envisagée pour tous les enfants : Jean Castex a annoncé lundi une batterie de mesures contre la 5e vague de Covid-19 sans vouloir recourir à des dispositions "disproportionnées" comme les confinements ou jauges.

Covid-19 : le gouvernement écarte de nouvelles restrictions

Le gouvernement a écarté a priori lundi de nouvelles restrictions face à la flambée épidémique de Covid-19, se contentant de renforcer légèrement le protocole en vigueur à l'école primaire où le taux d'incidence est le plus fort. Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran tiendront une conférence de presse à 19h pour détailler les mesures décidées. Mais de source gouvernementale, ils ne devraient pas annoncer de changements de règles importants.

Pour ou contre la vaccination des enfants à partir de 5 ans ?

Après les Etats-Unis ou encore Israël, c'est au tour de la France de réfléchir à la vaccination contre la Covid-19 des enfants de moins de 12 ans à partir de 2022. A noter que la vaccination des enfants de 5 à 11 ans présentant un risque de faire une forme grave de la maladie et de décéder et pour ceux vivant dans l'entourage de personnes immunodéprimées ou vulnérables non protégées par la vaccination est autorisée depuis le 25 novembre.

Covid-19 : le gouvernement évalue l’intérêt de nouvelles mesures

Nouvelles mesures ou simples recommandations ? Le Conseil de défense sanitaire devra décider lundi de la stratégie à adopter alors que l'épidémie de Covid-19 flambe sur tout le territoire et touche de nombreux enfants. Dans le même temps, les chiffres grimpent. En Bourgogne-Franche-Comté le taux d'incidence frôle les 450 cas pour 100.000 habitants avec un taux de positivité des tests de 7%. Le Jura est le département le plus touché (635) devant le Doubs (570) et la Saône-et-Loire.

Covid-19 : la vague monte « fortement » en Bourgogne-Franche-Comté

La circulation du virus s'est encore accélérée en Bourgogne-Franche-Comté avec un taux d'incidence de 346 cas pour 1000.000 habitants en Bourgogne-Franche-Comté. Le Jura est le troisième département de France le plus touché par la cinquième vague et les conséquences commentent à peser sur le système de santé. L'agence régionale de santé enjoint la population à renouer avec les gestes barrières.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.3
légère pluie
le 09/12 à 3h00
Vent
2.18 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
99 %

Sondage