L’Assurance maladie appelle se faire vacciner contre la grippe

Publié le 23/12/2015 - 12:08
Mis à jour le 18/04/2019 - 11:10

Durant l'hiver 2014-2015, l'épidémie de grippe en France y compris en Franche-Comté a durement frappé les populations les plus fragiles. L'Assurance maladie du Doubs explique cette situation en partie par un "recul important du recours à la vaccination". Pas moins de 89 500 personnes ont été invitées à se faire vacciner dans le Doubs. Au 15 décembre 2015, deux mois après le démarrage de la campagne, seuls 45% des assurés concernés dans le département ont été vaccinés.

1287677139.jpg
Seule protection contre la rougeole: la vaccination ©carvy
PUBLICITÉ

Dans le Doubs, le taux de vaccination « décroît de façon inquiétante » indique l’Assurance maladie. Il est passé de 64,2% en 2009 à 50,5% lors de la dernière campagne pour les personnes de plus de 65 ans alors même que la population concernée augmente. « Ce recul de près de 15% présente un réel danger pour les populations à risque » précise l’organisme.

« L’efficacité de la stratégie vaccinale dépend à la fois de l’efficacité du vaccin mais aussi de la couverture vaccinale. La baisse continue enregistrée depuis 2009 traduit un manque de confiance dans le vaccin grippal. Pourtant et même s’il ne constitue pas un rempart absolu contre la contamination par le virus de la grippe, le vaccin est le moyen le plus efficace pour réduire les risques de développer des formes graves de la grippe pouvant entraîner une hospitalisation, voire le décès, chez les sujets fragiles », selon l’Assurance maladie.

La campagne de vaccination contre la grippe se poursuit jusqu’au 31 janvier 2016.  

« Un délai de 15 jours après la vaccination est nécessaire pour être protégé contre la grippe. Il ne faut pas attendre le début de l’épidémie pour le faire. » précise l’organisme.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

grippe

L’épidémie de grippe responsable d’environ 9.500 morts

L’épidémie de grippe responsable d’environ 9.500 morts

L'épidémie de grippe a été d'une gravité modérée durant l'hiver 2018-2019 avec environ 9.500 décès selon une estimation encore provisoire publiée mercredi par Santé publique France qui précise par ailleurs que 633 cas de rougeole ont été déclarés depuis le début de l'année.

Grippe : des vaccins livrés au compte-gouttes à Besançon

Grippe : des vaccins livrés au compte-gouttes à Besançon

Neuf millions de personnes ont été vaccinées en France depuis le 6 octobre 2018. La campagne de vaccination se poursuit jusqu'au 31 janvier 2019, mais avec quelques contraintes : les vaccins sont donnés au compte goutte et aux personnes vulnérables. Nous nous sommes rendus dans une pharmacie du centre-ville de Besançon pour faire le point.

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.03
légère pluie
le 25/05 à 15h00
Vent
3.4 m/s
Pression
1016.1 hPa
Humidité
71 %

Sondage